Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • Obi wan Kenobii - Desman - Rohann
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 19:21
Gérard Mordillat. (©Baltel/Sipa)

Gérard Mordillat. (©Baltel/Sipa)

L’écrivain et réalisateur Gérard Mordillat prend, comme Robert Guédiguian, parti pour les ouvriers de Goodyear condamnés. Tribune.

C’est une maladie aussi vieille que le capitalisme: la syndicalophobie, la détestation voire la haine des syndicats et de tout ce qui s’apparente à une organisation de travailleurs contre les patrons qui les exploitent.

Zigzaguons un peu dans l’histoire...

Cette syndicalophobie fut – et est toujours ! – d’une violence meurtrière aux Etats-Unis. Un seul exemple qui vaut pour tous: le 3 mai 1886, la répression d’une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick à Chicago. Le 4 mai, une marche de protestation est organisée. Lorsqu’elle allait se disperser, une bombe explose, faisant un mort dans les rangs de la police. Cinq syndicalistes sont arrêtés, jugés et condamnés à mort sans la moindre preuve. «Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui», dira August Spies avant d’être pendu.

Autre exemple, en France, la Fédération syndicaliste des Jaunes – briseurs de grèves – promettait de «clouer la charogne de Jaurès vivante contre une porte». Jaurès qui pourrait écrire aujourd’hui à propos des Goodyear ce qu’il écrivait dès 1893: «Vous n’oserez peut-être pas détruire ouvertement les syndicats ouvriers ; mais avec [vos] magistrats [...] vous trouverez bien assez le moyen [...] de supprimer [leur] liberté.»

Plus tard encore, les chemises noires de Mussolini persécuteront à coups de gourdin, de tortures, d’assassinats les syndicalistes italiens pour imposer une corporation fasciste comme seule interlocutrice du pouvoir. Plus près de nous, Margaret Thatcher se fit une gloire d’avoir brisé la grève des mineurs anglais et détruit leur syndicat. Reagan l’imitera avec les contrôleurs aériens; quant à Tony Blair il se situera résolument dans la même perspective.

Le gouvernement français actuel (qu’on ne peut qualifier de «socialiste» qu’ironiquement) est l’héritier méritant de cette longue tradition antisyndicale. Avec la condamnation des syndicalistes de Goodyear à neuf mois de prison ferme, avec la destruction annoncée du Code du Travail et des lois de protection des salariés, il semble même vouloir entrer dans le livre Guinness des records de la répression et de la discrimination syndicales.

François Hollande ayant définitivement – et sans ambiguïté – pris le parti de l’actionnariat contre le salariat, la syndicalophobie est dès lors consubstantielle à son action. Rien ni personne ne doit faire obstacle au patronat, à la finance, à la spéculation, surtout pas les syndicalistes, ennemis du néolibéralisme, ces «voyous» d’Air France, de Continental, deGoodyear et de tant d’autres entreprises, passibles de prison pour cela! Les patrons qui ont applaudi Manuel Valls ne s’y sont pas trompés: il est des leurs contre les salariés ayant l’insupportable prétention de lutter pour sauver leur emploi et leur dignité.

En France, la syndicalophobie prospère dans les organisations patronales, dans tous les courants de droite et d’extrême droite, y compris parmi les membres du Parti «socialiste» ou ses sympathisants. De façon anecdotique, il est significatif qu’à la une du journal «le Monde» le dessinateur Plantu manifeste systématiquement sa haine des syndicats (et en premier lieu de la CGT), des mouvements sociaux, des grèves, des ouvriers en lutte qui, sous son trait, apparaissent toujours mal rasés, mal habillés, sales, obèses et plus ou moins avinés.

François Mitterrand avait réussi à atomiser le Parti communiste et à mettre en selle le Front national. Digne successeur, François Hollande va réussir à vitrifier le Parti socialiste et à dresser un piédestal pour le même Front national. Sa syndicalophobie lui vaudra à coup sûr une statue offerte par la droite (y compris «socialiste») et l’extrême droite reconnaissantes. Parions qu’elle sera dressée rue Thiers (l’assassin de la Commune) à Paris, dans le 16e arrondissement. La farce sera jouée. Sauf à tout renverser avant qu’il soit trop tard.

Gérard Mordillat

Né en 1949 à Paris, écrivain et réalisateur, Gérard Mordillat a tourné une vingtaine de films, dont «Vive la sociale!» (1983) et «En compagnie d'Antonin Artaud» (1993). Il a réalisé pour France 2 l'adaptation de son roman, «les Vivants et les Morts» (2010). Il est l'auteur, avec Jérôme Prieur, de «Corpus Christi» (1997) sur les origines du christianisme, et tout récemment de «Jésus et l'islam» (2015, Arte), série documentaire accompagnée d'un essai, «Jésus selon Mahomet» (Seuil).

Source : http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160201.OBS3815/il-faut-en-finir-avec-la-syndicalophobie.html

Le mot de la section :

Il n'est vraiment pas rare de constater que la CGT est souvent prise pour cible ces derniers temps.

Un grand nombre des personnes intervenant violemment à notre égard ne passent pas par la réflexion. Le plaisir de critiquer ou de déverser des paroles haineuses jusqu'à même en venir à des actes, tel est le leitmotiv d'une population qui cherche en nous des coupables alors que s'ils s'instruisaient un peu plus, ils se rendraient compte que nous nous battons pour une juste cause, les droits des salariés.

Bien sûr certains de ces sites sont tenus par des personnes bien ancrées dans le conflit politique (FN ou autre) qui souhaitent par cette stratégie attirer un maximum d'internautes dans leur propre cause. Le piège est tellement grossier, il n'y a qu'à visionner certaines publications faisant l'apologie de la haine de l'autre. A partir du moment où quelqu'un déteste son prochain juste parce que ce dernier agit pour une communauté, il faut se poser des questions.

  • La CGT ne s'occupe pas que des siens, c'est une aberration d'affirmer cela. Allez faire un tour dans les unions locales par exemple, faîtes vous une opinion ! Nombre de salariés y demandent une aide et nombre d'entre eux ne sont ni syndiqués ni sympathisants.
  • La CGT ne signe pas d'accord supprimant un peu plus les droits des salariés ou portant atteinte à leur dignité. Sauf, cas exceptionnel si le vote organisé est majoritaire puisque la CGT est très à cheval sur la voix des salariés. Toute décision passe par un vote démocratique.
  • La CGT n'est pas un syndicat subventionné à 100 % par l'Etat, idée très généralisée dans la tête des détracteurs. Les cotisations des syndiqués subventionnent à 34 % le syndicat. Il faut savoir que cela permet de payer le fonctionnement du syndicat : achats en fourniture, matériel, déplacements, formations etc... Pour le reste, c'est l'employeur d'une part par les centres de formation par exemple, les communes, les dons (ça arrive) et bien sûr la CGT possède des biens immobiliers légués par le passé. Des stages d'accueil sont organisés afin d'avoir une vision au plus juste du syndicat, nous y convions quiconque souhaite en savoir plus, il n'y a aucun engagement. Ces stages présentent l'histoire de la CGT, comme elle s'organise autour de ses syndiqués et des salariés.
  • La CGT est le syndicat le plus gênant à l'heure actuelle car le seul pouvant inverser la tendance pour peu que la population comprennent les réels enjeux politiques (loi Macron, casse du Code du Travail, etc...).
  • La CGT a eu une grande importance dans l'histoire de notre pays (notamment dans la résistance ou la construction sociale), je vous renvois au site de l'Institut d'Histoire Sociale CGT pour plus d'infos.
  • A la CGT, les travailleurs syndiqués ont les mêmes droits que les non-syndiqués, aucun passe-droit, pas plus de couverture ni d'avantages si ce n'est le fait de faire partie d'une même identité pour s'organiser et agir ensemble. Il faut savoir qu'actuellement, dans le monde du travail, les syndiqués sont de plus en plus pris pour cible. Le rapport de force n'est encore pas assez conséquent pour nous faire entendre.
  • Alors pourquoi se syndiquer ? Se syndiquer c'est vouloir être acteur de son avenir et exprimer la volonté de s'opposer à la politique ultra libérale ne servant que ses propres profits, défendre ses droits et conditions de travail.

Le mot de la fin, les différents maux de notre société ne proviennent pas de l'activité syndicale d'un groupe de personne essayant de faire aller les choses dans le bon sens, celui de la démocratie, la vraie (de Demos = peuple et Kratos = pouvoir). Car le pouvoir actuel est détenu par la finance dans son unique but d'affaiblir un peu plus les civilisations, les faibles (allez voir ce qu'il se passe en Grèce). La CGT, qu'on se le dise est une organisation de travailleurs souhaitant centrer l'humain au coeur des débats politiques et du monde du travail. Affirmer le contraire ou nous cracher au visage est normal puisque nous vivons après tout dans une société de libre expression, mais cela suppose qu'il y a un sacré problème au niveau de la réflexion... Et comme l'avait cité Xavier Mathieu (ex Conti) devant le palais de justice d'Amiens : "Je termine par une citation que je dédie à tous les militants, les contestataires, les désobéissants, les résistants, les révolutionnaires, à tous ceux qui oeuvrent pour une société humaine et un monde meilleur. Tant que vous continuerez à aimer des personnes, des nations et système qui vous méprisent et vous haïssent, vous ne cesserez de vous rendre méprisables et haïssables et ce faisant commettez un triple crime ; le premier contre votre propre dignité en vous humiliant ; le second en servant objectivement en tant que supplétifs des intérêts qui feront votre perte, et enfin contre l’intelligence et le bons sens qui veulent que l’attrait et l’admiration soient toujours partagés". (Malcom X)

Ce qui nous coûte cher, à tous, c'est le capital, ne soyez pas dupes ! Les évasions fiscales, les dividendes, les dépenses gouvernementales, présidentielles (et post-présidentielles), leurs dispositifs garantis à vie etc... voilà du pognon qui pourrait redonner un élan à notre pays et non à une élite minoritaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Obi wan Kenobii - Rohann - dans Actualité Des infos pour tous Communiqué CGT
commenter cet article

commentaires