Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • OB1Kenobii
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

Le délégué syndical

https://youtu.be/s4ADdV-HxIw

6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 20:38

Sale temps pour les postiers d'Aspet et de Saint-Gaudens.

En effet, à compter du 17 octobre, les deux bureaux seront réorganisés et serviront de site pilote permettant de tester de nouveaux fonctionnements.

Qui dit réorganisation dit surtout continuité de destruction du service public postal en Comminges. La Poste sous prétexte de baisse de trafic courrier persiste et signe dans sa volonté de réduire l'emploi et concentrer les différents métiers en un seul. Travailler plus pour le même salaire, on connaît !

REORGANISER POUR LA GLOIRE ET LES PAILLETTES

Si des groupes de travail sont créés et que les facteurs y sont conviés, c'est juste une manière de montrer que La Poste est dans le "dialogue social", nous le savons, nous ne sommes pas dupes. La voix des postiers n'est pourtant que purement consultative, La Poste pratique plutôt le dumping social lui assurant d'étendre un peu plus son emprise sur les salariés. Les esprits de ces derniers étant de plus en plus façonnés au fatalisme, à l'idolâtrie de l'élite. La Poste évoque un "c'est le mieux à faire" afin de surmonter les différents drames la touchant de près ou de loin. Il suffit cependant de regarder les bénéfices pour se rendre compte de la supercherie, nous prend t-on pour des c*** ? Tout cet argent engrangé par le travail des postiers ne suffit pas, il faut plus, toujours plus. A quand le temps où La Poste demandera à certains agents de faire des heures supplémentaires qu'elle ne leur paiera pas ? Ah mais c'est déjà le cas ! C'est dingue ce que l'on peut faire faire à des agents quand on leur fait croire n'importe quoi... La psychologie est une arme sur les personnes les plus influençables et La Poste en profite grassement.

Cette réorganisation est, n'ayons pas peur des mots, un traquenard infâme qui mettra à l'épreuve le physique et le moral des postiers, engendrera un mécontentement compulsif chez les usagers mais... là n'est pas la question, contentons nous du rôle de dindon de la farce que l'on nous attribue. Non ?

Description : le bureau d'Aspet perd une tournée de plus (par rapport à il y a 2 ans il n'en restera plus que 4), les tournées sont transformées en tournées longues (plus de 6 heures dehors par temps de pluie, de neige, de froid ou de chaud), le tri d'Aspet reste à Saint-Gaudens, mais nouveauté, les postiers de Saint-Gaudens devront classer les tournées d'Aspet (on continue dans la bêtise, l'illogique). Ayant constaté à quel point le tableau de tri d'Aspet avait été bâclé, il est indéniable que cela dégradera encore plus les conditions de travail des uns et des autres. Le travail du facteur est de trier sa tournée, classer sa tournée et distribuer sa tournée. Il n'est pas concevable de faire faire une de ces choses à un tiers, c'est stupide et non constructif.

Les postiers devant travailler en binôme et pour d'autres, auront aussi une presion de plus sur le dos, cela les mènera t-il à un éclatement des solidarités ? Rien n'est moins sûr ! Il est de notoriété publique que les postiers savent se rassembler quand il le faut et cette réorganisation ne peut qu'alimenter un peu plus leurs griefs à l'égard des dirigeants.

La création de postes de facteur guichetier est certes une avancée en ce sens où des postiers vont bénéficier d'une promotion, mais un recul inégalé en terme d'emploi et de qualité de service. C'est aussi un moyen d'isoler un peu plus les agents, ceux-ci seront en contact réduit avec le gros des troupes. Ainsi il sera plus difficile de se réunir, de communiquer. Une question reste cependant en suspens. Comment se fait-il qu'avec toutes les candidatures retenues, aucune ne concerne de près ou de loin des syndiqués ou sympathisant CGT ? Ca sent la discrimination à plein nez et la punition de 2015 ! Pourtant plusieurs parmis eux ont plus d'expérience et d'années de travail voire même sont plus consciencieux ou encore ont déjà le grade... La réponse n'est pas si difficile à trouver, il est impératif de ne pas placer des "grévistes potentiels" sur des positions stratégiques. Encore une fois, c'est finement joué de la part de La Poste.

La Poste assure une place pour tous, mais ce qu'elle ne dit pas c'est que pour réorganiser, il faut d'abord "démonter". Ainsi ce sont, comme par hasard, deux postiers syndiqués CGT (dont un avait déjà été démonté lors de la dernière réorganisation) qui subissent cette lourde punition. L'un d'eux desservant la même tournée depuis plus de 20 ans. Manque de bol pour lui, il est souvent arrêté pour de gros soucis au niveau du dos et est proche de la retraite... Une manière de lui faire comprendre qu'il faut qu'il s'en aille. Du joli ! La direction nie pourtant cette affirmation. Le ressenti est là !

Des tournées longues sont aussi créées, comme à Aspet, là aussi étrangement on tape sur des sympathisants ou syndiqués CGT, bizarre ! Pourtant nombre de tournées ne sont pas couvertes par des titulaires mais par des CDD et une collègue avait demandé à passer en tournée longue, les horaires lui convenant mieux pour des raisons d'économie (nounou), solution passée à la trappe.

Le tri postal se fera que sur Saint-Gaudens, je ne vous explique même pas le basar que ce sera. Plus de mono-communal, tri et classement d'Aspet à l'aveugle (malgré les listings). La théorie c'est beau sur le papier, mais la pratique c'est pourtant criant de vérité...

Comment aussi arriver à faire tout ce qui est prévu dans les mêmes temps que la précédentes réorganisation ? Je pense que ça n'est pas sérieux, ce projet ne peut voir le jour, c'est d'ores et déjà un échec du point de vue humain et pratique.

La direction se plaint de ne pas trouver de CDD, et de ne pas les garder, elle ferait mieux de se demander pourquoi...

Cela pouvait se faire autrement, les facteurs qualités avaient de bonnes idées et faisaient remonter les doléances de leurs collègues. La sourde oreille est de mise. La Poste n'a décidément pas l'intention d'écouter les postiers (rappelons le, spécialistes du terrain), et encore moins les usagers et élus qui commencent aussi à grogner. La devise de la maison c'est le "ça passe et ça casse !"

UN DIALOGUE A SENS UNIQUE...

Les alertes sur la dangerosité et le non sens que représente ce projet ne cessent de remonter à la direction. Le problème est que celle-ci "a des consignes et doit les appliquer". Prenons l'exemple d'un patron vantant à un salarié les bienfaits de s'attacher un poids avec des chaînes autour de ses chevilles et de se jeter dans la Garonne, le ferait-il ? J'en doute.

Un doute persistant règne dans l'esprit des postiers saint-gaudinois quant à la fameuse logique imposée par La Poste. En effet cette logique n'est absolument pas constructive, pertinente ni même et surtout... logique. Comment expliquer aux usagers de Pointis-Inard pour ne prendre que cet exemple tellement il est invraissemblable, qu'un facteur passera le matin distribuer le courrier et qu'un autre passera plus tard avec les colis et la publicité alors que jusqu'à présent un seul facteur desservait le village ? C'était une logique incontestable qui assurait un service de qualité et une réelle satisfaction client. Or maintenant, sous prétexte de placer un facteur guichetier, les villageois devront faire avec les contraintes imposées par La Poste, et pour parler écologie, puisque La Poste se vante de "rouler au vert", que penser des économies de carburant ? Le facteur livrant les colis venant de Labarthe-Inard, vous suivez ?

Un exemple parmis tant d'autres qui n'est pas pris en compte par la direction. Il faut suivre le cap, tenir bon la barre et tant pis si le bateau coule. C'est un véritable sabordage des conditions de travail des postiers, c'est une aberration du point de vue de la qualité de service aux usagers.

Disons le haut et fort, cette réorganisation est du point de vue cataclysmique aussi dévastatrice qu'Irma. Elle laissera sur le carreau nombre de postiers et verra augmenter l'insatisfaction auprès de la population.

Les recrutements en CDD se font déjà rares, beaucoup viennent, voient puis fuient... Ceux qui restent s'accrochent pensant à une embauche incertaine. Les contrats pro, rappelons le rémunérés par le Conseil Général, utilisés à outrance par La Poste n'ont en effet que peu d'espoir d'être pris sur place. Nous venons d'apprendre qu'une collègue s'est vu proposé un poste en région toulousaine peu de temps après un autre. Pourtant si le bureau tourne c'est grâce à tous ces CDD, quelle considération ! La solution envisagée par La Poste est l'anticipation de la loi travail XXL de par l'embauche en CDI intérimaire, cousin du CDI de mission dans le bâtiment (dépendant des besoins de l'entreprise en moyen de remplacement).

LUTTER OU SE FAIRE BOUFFER !

Il n'y a pas de secret, chacun doit en être conscient, l'heure est à la révolte ! Nous subisons au quotidien des attaques de la part du Gouvernement élu (au rabais) et La Poste compte bien profiter de la situation. La casse du Code du Travail, les différentes ordonnances allant contre les salariés, ça n'est pas une fiction, c'est la réalité. Une réalité qui tapera de plein fouet les travailleurs si la réponse n'est pas à la hauteur. 

Continuons à nous faire entendre car nous voyons bien que nos dirigeants cherchent à anéantir nos forces. C'est un acharnement de tous les jours mais si rien ne se passe, si nous laissons faire, nous serons les seuls responsables de cette catastrophe. Quand je dis "nous", c'est l'ensemble des travailleurs syndiqués ou pas. Nous avons le devoir de construire un futur viable pour les prochaines générations, il ne s'agit pas de survivre.

La CGT seule est capable de tenir le combat. Il n'y a qu'à voir comment certains syndicats tournent leur veste à leur base. Pour autant, nombre d'entre eux, postiers en Comminges ont une capacité d'adaptation alarmante à l'instar de leurs meneur qui va où le vent les portent et en oublient par là même ce qu'est la solidarité...

Il ne faudra pas venir pleurer ! Nous nous souviendrons ! Nous nous souvenons !

Nous nous souvenons du pourquoi de la création du Code du Travail, ne reproduisons pas bêtement les erreurs du passé ! Ne restons pas figés dans des conflits de cour d'école ou d'égo. Quel est notre réel intérêt ?

UN CONTEXTE SOCIAL ALARMANT

Ce que nous pond le Gouvernement, le projet loi travail XXL, c'est tout bénef pour La Poste. Cela impactera fortement sur les conditions de travail des salariés ainsi que sur leur qualité de vie professionnelle et privée. Ainsi seront facilités les licenciements, les nouveaux contrats CDI seront tout simplement des contrats de mission à plus ou moins long terme mais surtout au bon vouloir du patron, le temps des kleenex est arrivé !

Le Gouvernement veut aussi taper fort sur les instances comme les CHSCT qui nuisent encore trop aux exigences de la productivité. Les syndicats sont largement visés, surtout ceux qui voient la finalité dans l'aboutissement de ce projet de loi et qui tirent la sonnette d'alarme depuis le début de ce canular n'ayant que pour but de servir les intérêts des plus riches.

C'est un réel retour en arrière, on crache sur plus de 100 ans d'avancées sociales. On crache surtout sur l'humain, sur du concret pour de l'abstrait... On voudrait nous faire croire que le Code du Travail est à l'origine du chômage de masse tout comme on pourrait faire croire à des moutons qu'il y a des remises sur le toilettage à l'abattoir. On voudrait nous faire rêver aussi, en faisant l'éloge de la méritocratie, du zèle au travail, peut être était-ce la carotte que présentait le patron aux mineurs de Courrières juste avant la catastrophe...

Nous avons des acquis, des concquis il est légitime de vouloir protéger un passé obtenu par la lutte tout comme nous avons un devoir de mémoire envers ceux qui ont résisté ne serait-ce que par respect pour nos vies, notre confort actuel que nous n'aurions sans doute pas eu si ces courageux n'avaient pas bougé. Aujourd'hui qui peut se vanter d'essayer de faire bouger les choses, qui peut affirmer qu'il fera de son mieux pour s'opposer à tout ce que l'on nous balance en pleine face ? Beaucoup se terrent encore dans le mutisme, beaucoup grognent mais ne font rien, beaucoup encore n'y croient pas. Il n'y a pas mieux qu'une bonne claque de réalité pour éveiller les consciences, mais c'est déjà trop tard.

La CGT fait de la prévention, essaye de construire avec tous et pour tous, chose guère facile mais le résultat est là.

Des solutions existent, la CGT en est porteuse.

Notre seule arme est l'unité, ne nous trompons pas. Il est juste judicieux de savoir si l'on souhaite revenir aux temps anciens, la lutte des classes déjà bien ancrée depuis peu, ou nous projeter vers un futur commun que nous pourrons construire ensemble. Nous avons le choix, nous pouvons agir. Une démocratie ça n'est pas ce que l'on voit actuellement avec des gars en train de se faire passer à tabac, malmener, jeter en prison alors qu'ils ne demandent qu'à protéger leurs intérets, leur boulot, leur vie.

Le Gouvernement lui même a déjà prouvé ses limites avec ses mensonges, ses trahisons, ses affaires d'état, ses escroqueries qui ne passent même plus inaperçu. Il ne fait pas bon être lanceur d'alerte non plus, preuve encore une fois d'une volonté de faire taire les gens bien intentionnés. Avec la loi XXL c'est la peine maximum pour les travailleurs. Le Président Macron n'héite même pas à humilier les français qui n'adhèrent pas à sa politique destructrice en les traitant de "fainéants, cyniques et extrémistes". Nous ne devons pas laisser passer cela.

La politique est l'affaire de ceux qui savent manipuler les mots et les coeurs, il s'agit de protéger les intérêts d'une minorité et de faire taire la majorité, lui faire penser à autre chose pour qu'elle n'ait pas le loisir de riposter. C'est principalement le boulot des médias qui endorment l'auditeur, le charme et le fait se complaire dans sa médiocrité catatonique.

Le fatalisme est l'excuse préférée de ceux qui refusent d'affronter la réalité et qui se cachent derrière les autres. Nous sommes ce que nous faisons, nous faisons ce que nous sommes ! Il est vital de comprendre qu'il est de notre responsabilité à tous d'intervenir dans le débat.

Si tu ne le fais pas pour les autres, fais le pour toi ! Bats-toi ou tu finiras par travailler au bénévolat !

FAINEANTS EN COLERE et ATTRISTES !

Ce 12 septembre fut une réussite sur le plan national comme régional. A l'appel de notre seule organisation la CGT, un grand nombre de faineants, cyniques et extrêmes ont foulé le pavé en réaction aux provocations incessantes et immondes de notre cher chef de l'Etat. Il est inadmissible qu'un Président tienne de tels propos, et à répétition. Ca n'est pas là sa seule frasque, souvenons nous ! Cette attitude, ce mépris à l'égard du monde du travail prouve bien qu'une cassure sociale existe, la lutte des classes revient au goût du jour.

A ce moment là, retournons donc le compliment, avec tout le respect dû à notre Président que je n'ai pas élu : commencez donc par balayer devant votre porte, à l'Assemblée Nationale pululent les dormeurs, les absents, les gamers et autres profiteurs visibles sur les chaînes parlementaires et merdiatique. Bref, arrêtez de donner des leçons à ceux qui font (ou ont fait) vivre la société au quotidien, qui ne comptent pas les heures sup, qui rassurent, qui protègent, qui servent, qui nettoient, qui n'ont pas un train de vie aussi palpitant que nos dirigeants, qui trinquent de plus en plus sous les coups du grand capital et j'en passe. Tous ces fainéants, ces héros anonymes au coeur vaillant, personnels hospitalier, aide-soignants, retraités, salariés du public et du privé (beaucoup d'entreprises) tous confondus et bien sûr les postiers ont répondu présent à Saint-Gaudens comme partout en France pendant que le président paradait dans les médias pour redorer son image déjà bien ternie.

Fort de 800 personnes, le cortège s'est fait entendre jusque dans la vallée de Luchon ! Nos collègues postiers de Luchon étant venu renforcer nos rangs. La colère monte, l'indignation et la soif de reconquête aussi. Nous avons tourné dans les rues avant de nous réunir devant la Sous-Préfecture.

Militer c'est aussi dire adieu à des camarades. Nous sommes attristés d'apprendre le décés d'un manifestant peu après la fin du rassemblement. Nos condoléances à la famille. Un homage respectueux à un camarade tombé dans la lutte.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires