Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • Obi wan Kenobii - Desman - Rohann
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

Le délégué syndical

https://youtu.be/s4ADdV-HxIw

2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 20:46

Aujourd'hui se tenait le Comité Technique conclusif sur la mise en place du projet de réorganisation du 17 octobre. Les élus Comité Technique de toutes les organisations syndicales étaient conviés à y participer. Les postiers s'y sont invités afin de faire remonter le malaise à la Direction Départementale.

Quelle surprise ! Comme il y a 2 ans, les agents sont intervenus dans cette instance afin de signaler l'infaisabilité et le caratère non ficelé de ce projet. Nous avions plusieurs fois demandé son ajournement afin d'entamer de véritables négociations et exigé le bilan détaillé des tournées mais rien ne nous a été transmis. Le CT allait se tenir quand même...

En entrant dans la salle nous sentions que nous dérangions. Nous avons demandé à être reçu avant d'entamer la réunion. La Direction Départementale nous répondit que le CT devait se tenir et qu'il se tiendrait avec ou sans les Organisations Syndicales (qui ont encore souligné à l'unanimité la nocivité de ce projet) et nous demanda gentiement de quitter les lieux sans faire de grabuge.

Disciplinés mais remontés nous sommes sortis et avons voté la tenue du siège de l'élu CGT FAPT à ce CT même si nous savions que ça n'allait guère avancer...

En effet nous avons attendu un bon moment dans la cafét avant d'être sollicité pour une rencontre avec la Direction Départementale. Le CT n'ayant pas avancé d'un iota sur les points de revendications qui coincent le plus selon nous. Personne n'a mandat ! C'est tout de même un monde ! On se renvoit la balle à tous les niveaux... on tourne en rond, on nous fait perdre notre temps, notre argent.

Lorsque nous nous exprimons à propos de l'infaisabilité du projet, nous soulignons le fait que nous sommes les professionnels du terrain, que nous SEULS pouvons juger de la difficulté de notre travail, de sa pénibilité. Nous sommes porteurs de suggestions, de solutions mais on ne nous écoute pas, La Poste a une stratégie et entend l'appliquer même si elle va y laisser des hommes et des femmes sur le carreau. Car c'est bien de cela qu'il est question. Nous sommes avant tout des femmes et des hommes qui souhaitent faire avancer la boîte mais dans les meilleures conditions possible. La Poste n'applique pas son affirmation de "concilier vie professionnelle et vie privée". Nous sommes pris dans un casse-tête qui va jusqu'à nous mettre à mal après nos heures de service. Nous sommes pris dans l'incertitude, l'incompréhension ou encore la colère. Seulement nous sommes dans une perspective qui fait que nous n'avons plus le choix. Etre en grève n'est pas une sinécure, ça ne nous amuse pas de nous priver, de priver la population de nos services. Au contraire, recourir à cette situation nous coûte dans tous les sens du terme et nous comptions nous rendre à Toulouse afin de faire passer ce message. Nous refusons de travailler dans des conditions qui ne feraient que dégrader un peu plus la qualité de service rendue aux usagers.

Depuis 2015 nous ne tenons plus moralement et physiquement, trop c'est trop !

Après quelques minutes de débat, nous avons compris à demi mot que les choses pourraient se débloquer d'ici mercredi mais à certaines conditions. Il a été question des TI / TE, de la cdisation de la collègue en contrat pro par exemple mais rien de vraiment concluant... on verra bien ce qu'on a à nous proposer ! Une seule chose est sure, nous tiendrons cette fois-ci !

En bref, c'est encore une journée bien remplie qui est passée. Piquet de grève à 7h30, départ pour Toulouse à 10h, investigation du CT à 14h30, entrevue avec la Direction Départementale juste après et retour au foyer à 20h00.

Qui a dit que la vie de militant, de gréviste était facile ?

On continue à se battre pour un travail juste, équitable et bien défini. Hors de question de retomber dans les travers d'une réorganisation mal ficelée comme c'était déjà le cas en 2015.

On se donne donc rendez-vous demain matin, même heure, puis nous partirons tracter au rond-point Pégot de St Gaudens, à 10h00 dépôt de motions et remise des signatures de la pétition à Mme La Sous Préfète.

Nous comptons sur l'ensemble de la population et des postiers pour faire remonter la besoin d'un service public postal en Comminges. Sans service public, sans activité de grosses entreprises, plus de commerce, plus de consommation. Voulons-nous que nos campagnes se désertifient ? Voulons-nous faire des kilomètres pour trouver ce dont on a besoin ? Voulons-nous enfin que la finance impose ses règles et tourne le dos à nos besoins ?

C'est une bataille collective que nous devons mener, à demain pour la suite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires