Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • OB1Kenobii
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

Le délégué syndical

https://youtu.be/s4ADdV-HxIw

18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 18:13

Ce jeudi 17 mai, dans le collectif courrier départemental, étaient présents les responsables syndicaux de la PIC, Plaisance du Touch, Muret, Cugnaux, Nailloux, Côte Pavée, Toulouse Nord, Saint-Lys, L'Union et bien sûr Saint-Gaudens.

Tous réunis avec les mêmes préoccupations, les mêmes remontées recueillies dans les différents services et les mêmes aspirations. Concrètement les postiers subissent des réorganisations qui n'ont de "réorganisation" que le nom... La stratégie de La Poste est en effet un échec global à l'échelle humaine qui impacte à la fois sur les conditions de travail des agents, la santé et la sécurité de tous et sur la qualité de service donc le service rendu aux usagers. Les postiers sont malmenés, usés par un travail qui se veut de plus en plus déhumanisé malgré l'énorme campagne de pub menée depuis quelques temps qui décrit un facteur épanouï présent auprès des clients. On observe de plus une perte de repère et une remise en question perpétuelle des capacités à effectuer son travail. Cela provoque un stress quotidien, dans les têtes de chacun c'est : "est-ce que je vais parvenir à tout distribuer aujourd'hui ?"

Les enjeux sur l'avenir du postier, de son devenir sont très importants et il est urgent que tous les postiers réfléchissent à comment ils souhaiteraient voir évoluer leur métier. Les dirigeants de La Poste dénaturent intégralement notre métier et le marchandise au maximum. De jour en jour ce qui pouvait être réalisé par la gratuité, le service, devient payant et par conséquent la norme au sein de nos bureaux. Il faut bien sûr faire évoluer le métier en fonction des nouvelles technologies, c'est un fait. La CGT FAPT est porteuse et forte de propositions conciliant les exigences de l'entreprise en matière de compétitivité, celles des usagers en terme de service de qualité et de proximité et enfin des besoins et aspirations des postiers. En ayant un réel dialogue, il serait possible de faire évoluer les choses dans le bon sens pour tous : La Poste, les usagers et les postiers.

 

I) Un tour d'horizon dans les services

Après avoir présenté les diverses difficultés rencontrées dans nos services, nous avons travaillé sur l'urgence d'établir une réponse collective capable de générer le rassemblement autour de la question du devenir de notre métier. Les attaques à son encontre se succèdant à un rythme toujours plus effréné, il est impératif et d'intérêt commun de réfléchir collectivement, de façon constructive et en ayant préalablement élaboré un cahier revendicatif détaillé pour gonfler le rapport de force.

Les postiers sont toujours plus pris à la gorge à chaque nouvelle organisation et enfermés dans des scénarios qui n'ont que pour seul but de reprendre de la productivité et rentabiliser toujours plus le temps de travail. La fatalité et même le désespoir les poussent dans leurs derniers retranchements pour certains alors qu'ils n'aspirent qu'à travailler correctement et dignement, avoir des jours de repos autour des week-ends pour pouvoir profiter et non récupérer comme ça peut être le cas un peu partout. Les exemples fusent : à Saint-Lys par exemple, les agents sont favorables aux 42h parce que le samedi de repos toutes les 6 semaines leur paraît séduisant. Mais comment cela se passera t-il dans la réalité puisque l'on sait que La Poste surcharge les tournées et créé donc des dépassements ? Au bout de 6 semaines de boulot et bien on passera un jour sur le canapé... Ce scénario là, sur le long terme, est voué à créer un cumul de fatigue surtout que la vie d'un postier ne se limite pas à son travail. Comment arriver à concilier vie professionnelle et vie privée dans cette situation là ? Les 42h de travail d'antan ne correspondent plus au travail actuel. Ce qu'il faut aussi souligner, c'est qu'en acceptant ce scénario, c'est aussi permettre la casse d'au moins 4 tournées sur le bureau, ce qui ne permettrait pas de déprécariser des CDD ou Intérimaires par exemple. C'est aussi un moyen de laisser s'installer la pause méridienne tant controversée et enfin être dehors par tous les temps plus longtemps. Enfin, ça laisse bien évidemment la porte ouverte à La Poste pour proposer des scénarios à 45h / 50h comme le prône le gouvernement en place. Plus de jour de repos, peut être, mais plus de fatigue... Sachant de plus que des fuites au sujet de la suppression de la 5ème semaine de congés et des RTT est envisagée par le gouvernement pour relancer l'économie, passant donc par de nouveaux efforts et sacrifices des travailleurs, il n'est pas prudent de laisser s'installer ce genre de plan (ayons à l'esprit le cas de l'entreprise Smart qui fait bosser ses salariés 39h payées 37 ou comme récemment le nouveau contrat social chez PSA ratifié par FO...). Pour la CGT FAPT, ça n'est pas un scénario viable sur le long terme qui correspond aux réels besoins des agents mais qui serait au contraire, propice à des dégradations des conditions de travail, de la santé et la sécurité des agents.

Une accélération des réorganisations se fait sentir dans tout le département. La Poste projette de mettre en place la distribution à la sacoche, la pause méridienne (non payée) permettant de rallonger le temps de distribution ainsi qu'une distribution colis plus tardive ou encore les horaires collectifs pour ne plus avoir à payer les dépassements. C'est un énorme coup porté au service public postal, la qualité de service n'étant plus une question essentielle, on le constate bien chaque jour (tournées vacantes, embauche de précaires, tournées à découvert, restes considérables etc...).

 

II) Ojectif : le colloque sur le métier de facteur (octobre 2018)

La question est de savoir comment les postiers veulent que leur métier évolue, comment ils veulent travailler et quelle consistance lui donner en sachant qu'il faut bien sûr prendre en compte l'évolution vers le numérique.

Le fait est que ce sont les postiers qui doivent porter le devenir de leur métier et amener leurs propositions. Chacun a des aspirations différentes et appréhendent leur métier à leur convenance personnelle : certains préféreront par exemple travailler sur des horaires matinales, d'autres en journée etc...

Avec la mise en place de la distribution pilotée, il nous est possible d'exiger comme nous le portions déjà depuis longtemps, d'alléger la distribution le samedi. Si les machines sont capables d'identifier des courriers et donc en laisser de côté, c'est donc faisable, plus d'excuse.

Ce qui fait d'un facteur un bon facteur c'est avant tout la connaissance qu'il a de son métier, son savoir-faire. Lourdement malmenée par les réorganisations incessantes, cette connaissance s'étiole à mesure que les "anciens" partent. Connaître sa tournée de A à Z ainsi que les exigences de ses clients, c'est ce qui fait la force d'un bon facteur, disponible, proche et compétent parce qu'il maîtrise sa fonction. Hors le but de La Poste est de casser ce fonctionnement qui pour elle est synonyme de nuisance à la rentabilité. Sa vision ne se limite qu'au chiffre et au compteur temps, temps qu'il faut récupérer pour être plus productif...

Depuis déjà quelques années, La Poste forme ses nouveaux agents à son nouveau fonctionnement, les formatant donc à suivre des objectifs pour être compétitifs et donc rapporter de l'argent. Le métier en lui même n'est pas au centre du débat, l'usager réduit à la simple utilité de porte-feuille et les facteurs devenant des prestataires multi-fonctions sous qualifiés et mal rémunérés. Ces nouveaux agents sont en quelque sorte conditionnés à se transformer en serial traqueurs afin de satisfaire les exigences de la boîte. La Poste a réussi à imposer de travailler davantage sans pour autant reconnaître le travail effectué. Et les lois gouvernementales tombent pile poil pour justifier le "travailler plus pour toucher moins"...

L'objectif du colloque, c'est avant tout une histoire d'un ensemble. Il s'agit de rassembler, d'inviter les agents à la réflexion et arriver à des discussions convergentes, le consensus. La CGT FAPT est forte de propositions et insite au débat. Que l'on soit syndiqué ou non, chaque réflexion, témoignage ou revendication à sa place et son importance.

Le travail que nous avons tous à faire autour du devenir de notre métier est d'une importance capitale. Ne laissons pas plus longtemps La Poste marchandiser notre métier et défaire complètement le service public. La CGT est le seul syndicat à mobiliser autant. Des luttes ont lieu chaque jour et partout en France. Ces luttes invisibles n'intéressent pas les médias au service du capital mais elles prennent vie tous les jours un peu plus. A nous de les rendre publiques et surtout gagnantes. Rien que dans notre métier, il suffit de taper quelques mots dans un moteur de recherche pour se rendre compte que des postiers luttent à tel ou tel endroit et le plus souvent pour les mêmes raisons. Nous ne sommes pas seuls, unissons-nous et faisons converger nos luttes ! Il n'y a pas de secret, c'est en gonflant le rapport de force que nous gagnerons.

Le colloque permettra en ce sens de sensibiliser le plus grand nombre sur notre métier et ainsi interroger les acteurs du quotidien sur comment ils souhaitent le voir évoluer dans une réelle vision de service public de qualité et de proximité.

 

Note de la section :

Il serait temps que les consciences s'éveillent ! Au sortir d'une plénière de lancement d'un projet d'organisation qui va à nouveau chambouler le quotidien des postiers et créer de nouvelles tensions, il est inadmissible de constater une nouvelle fois que des organisations syndicales (or Sud) viennent siéger sans au préalable avoir consulter les agents, pris note des revendications et étudié le projet un minimum pour pouvoir défendre l'intérêt des salariés, des usagers et le service public. Il est aberrant de constater que ces mêmes organisations ne posent aucune question ou acquiescent docilement les dires de la Direction et bien sûr ne proposent rien de concret pour minimiser les dégâts pour l'ensemble du collectif. Nous savons bien comment cela se passe, en coulisse, dans l'ombre ou l'on négocie en douce les cas individuels des syndiqués sans mesurer les conséquences engendrées sur le collectif. C'est un manque de respect et une preuve de trahison de la défense des salariés et la section CGT FAPT de Saint-Gaudens mettra tout en oeuvre pour dénoncer ces agissements scandaleux et contre productifs. Venir siéger pour faire de la figuration ou attendre d'être sollicité pour signer un accord sur le dos des postiers, on vaut mieux que ça ! Ça ne passera plus ! Quand la situation d'un agent est soulagée ou améliorée c'est irrémédiablement un autre qui se retrouve en difficulté voire en souffrance, nous ne saurons le tolérer plus longtemps !
Que dire aussi de la transparence et la crédibilité de ces organisations qui ne font aucun compte rendu des diverses réunions auxquelles elles participent et décident souvent pour le collectif sans son accord ? C'est honteux et indigne de personnes se disant responsable du personnel.
Des solutions existent la CGT FAPT en est porteuse.

Partager cet article

Repost0

commentaires