Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • OB1Kenobii
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

Le délégué syndical

https://youtu.be/s4ADdV-HxIw

23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 21:28

Ca n'est pas de toi dont il s'agit, ça n'est pas de moi, mais il s'agit de nous, il s'agit de tout !

No Use For A Name

Il fallait s'y attendre, après avoir affronté deux lourds conflits depuis 2015 à Saint-Gaudens, La Poste a mis les bouchées double afin de minimiser les "diverses incidences et perturbations" pouvant nuire à son image d'employeur modèle...

C'est désormais par l'intermédiaire de "plans de secours" que La Poste gère les débrayages intempestifs. Autrement dit, il s'agit d'utiliser le personnel présent afin de couvrir une ou plusieurs position(s) gréviste(s). Bien entendu, La Poste restant à la limite de la légalité, ne s'aventure pas à embaucher de l'intérimaire ou couvrir des tournées dans leur intégralité (quoi que...). Non, voyez plutôt l'aspect : "toi t'as surement besoin de pognon, ben alors aujourd'hui tu feras des heures sup !". Que l'agent le veuille ou non c'est pareil le plus souvent on ne leur laisse pas le choix.

Sauf que légalement, La Poste n'a pas à imposer d'heures supplémentaires (encore moins pour effectuer du travail de gréviste), un délais de prévenance de 48h est de rigueur en temps normal. Ainsi, il appartient aux agents de respecter le choix de leurs collègues et donc le droit de grève tel qu'il est inscrit dans la Constitution.

Or depuis peu, ces plans de secours deviennent récurrents lors de grèves même ponctuelles. Il semblerait que La Poste entende cacher à la population ce qu'il se passe dans le service. Qui plus est, les agents prouvent toujours plus leur détermination contrairement à ce que devait penser la Direction, et bien non, malgré plus de 20 jours de grève l'an dernier, nous ne reculons pas lorsqu'il le faut ! Notre porte monnaie ne se porte pas terriblement bien mais notre volonté est plus forte lorsqu'il s'agit de défendre une cause par conviction. Il faut aussi préciser que ça n'est pas parce que l'on va couvrir une position gréviste que la qualité sera au rendez-vous. Comment justifie t-on les choix de distribution dans ces cas ? Toujours pareil, à la tête du client (attention aux entreprises !!!) et à l'urgence de livraison (presse). Mais que fait-on d'un courrier important, d'analyses ou de résultats par exemple ? La Poste fait un choix en rapport avec ce qui lui rapporte. Précisons au passage, avant tout jugement hâtif, que nous sommes peut être postiers mais usagers dans un même temps et attendons aussi du courrier urgent... double peine avec la grève. Mais le sens des priorités fait que si nous voulons continuer à desservir nos clients dans les meilleures conditions, il faut savoir faire des sacrifices pour le bien commun que représente le service public postal.

Avec la mise en place de la distribution pilotée, La Poste marque des points au niveau dissimulation puisqu'elle va habituer les usagers à ne pas avoir de courrier tous les jours, donc, un jour de grève passera forcément inaperçu à leurs yeux à terme... Finement joué ! Si ce n'est qu'encore une fois cela revient à prendre les gens pour des ignorants et ça c'est moyen...

Parlons justement de la distribution pilotée qui marque toujours plus une volonté d'enfermer les "clients" dans de "l'étiquetage" arbitraire et les départager par niveau de classe tout comme peut le faire le gouvernement. C'est en effet un procédé pour le moins discriminatoire puisque La Poste base la distribution quotidienne d'un quartier ou d'une entreprise sur une moyenne mensuelle de volume courrier (tiens, ça rappelle quelque chose ça les moyennes...). Comprenez qu'il s'agit de livrer tous les jours des points de remise en respectant tout d'abord les plis urgents (lettres prioritaires / timbre rouge en J+1 que La Poste nous incite à ne plus vendre, on comprend mieux pourquoi aujourd'hui) et dans un deuxième temps, des points de remise identifiés, pesés en fonction des plis distribués sur un mois et convenant à une variable d'ajustement pré établie.

Effectivement, La Poste montre bien ses ambitions à faire passer coûte que coûte le message à ses agents qu'il est inutile de lutter et tente de les isoler dans le fatalisme et l'individualité. Ces agissements sont dignes de patrons voyoux qui n'assument pas l'échec de leur stratégie organisationnelle et qui ne savent pas même vers où ils vont. Les dés sont pipés d'avance de toute façon puisque la réglementation du marché du travail passe par les lubbies, caprices et besoins des actionnaires ou de la finance. Pour endiguer ce phénomène de rouleau compresseur implacable, il faut construire un rapport de force à la hauteur et sensibiliser toujours plus autour de nous afin que les positions et choix des grévistes soient respectés.

[Par la grève, un salarié défend ses intérêts mais aussi celui de ses collègues. Il est important de se préserver les uns et les autres en faisant preuve de respect mutuel et d'humilité. La Poste n'a jamais puni un agent parce qu'il ne souhaitait pas effectuer d'heures sup en effectuant du travail de gréviste, si tel était le cas, la réponse de la section CGT FAPT serait à la hauteur de l'attaque. Pour nous agents, un seul mot : "solidarité".]

  • Par ce billet, les syndiqués CGT FAPT et les sympathisants grévistes appellent l'ensemble des agents fonctionnaires, CDI, CDD ou intérimaires à adopter une attitude ferme respectant le droit constitutionnel que représente la grève. Nous ne saurions dénigrer un agent qui souhaite effectuer des heures supplémentaires en temps normal (tournée à découvert, absence inopinée etc...) mais si nous acceptons que La Poste commence à mettre un pied dans ce cadre légal, c'est laisser la porte ouverte aux abus et signer par avance notre propre défaite.

Enfin, en utilisant le personnel présent, en exerçant une sorte de contrainte voire de chantage, c'est aussi bénéfique pour La Poste étant donné qu'elle ne paiera ni l'agent absent ni le personnel disponible (FQ le plus souvent puisqu'ils sont sensés rester au bureau). Ce cas de figure revient à effectuer du travail dissimulé et c'est bien entendu puni par la loi.

Vous le voyez donc, il existe plusieurs moyens pour ne pas se laisser embourber dans un jeu de dupe. La Poste tout comme d'autres employeurs n'hésite pas à réquisitionner des agents pour effacer toute trace de résistance quitte à leur faire avaler n'importe quoi, par là même elle tente de décourager ceux qui luttent activement en se servant du "diviser pour mieux régner" mais nous valons tous mieux que ça et ne sommes justement pas dupes !

La question est camarade postier, comment appréhendes tu le devenir de ton métier ? Comment voudrais tu le voir évoluer ? Parce que c'est par ton travail quotidien que La Poste continue à tenir debout, par ta volonté, ton attachement au métier ou à ta clientèle, ou encore par ta sur-implication qui n'est pas reconnue telle qu'elle le devrait.

C'est en ce sens que s'inscrit la lutte de la section CGT FAPT, dans la vision d'apporter un mieux au collectif ne se limitant pas qu'aux simples syndiqués mais bien à l'ensemble des agents. De nombreux moyens sont à notre disposition pour faire valoir nos revendications, la grève en est l'aboutissement mais n'est en rien une prérogative ou une solution systématique. Nous savons nous organiser et l'avons déjà prouvé maintes fois à Saint-Gaudens.

Si tu ressens le besoin d'en savoir plus, si tu as peur d'éventuelle répercussion ou si l'avenir proposé par La Poste ne se rapproche pas de tes convictions, syndique-toi ! Mais bon ne t'inquiète pas, si tu as besoin on sera là pour couvrir tes arrières quand même car nous ne sommes pas sectaires bien au contraire. Donc n'hésite pas et surtout fais marcher ta cervelle et ne te laisse pas faire !

 

#lagrevecestpournoutous

#laforceestentoi

#onlâcherien

#çavabientôtpéter

#serronsnouslescoudes

#c'estpasnousquonvaylaisserdesplumes

#abonnezvous

#leshéroscestvous

#leszéroscesteux

#soyezpasdescasseursderêve

#onnestpasdesmoutons

#tenaspasmarredetenprendrepleinlagueule

Partager cet article

Repost0

commentaires