Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • Obi wan Kenobii - Desman - Rohann
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 17:40
Repost 0
Published by Obi wan Kenobii - Rohann - dans Actualité Luttes - actualité Nationales
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 17:23
Repost 0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 19:36
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole
Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole

Préparation du piquet de grève, rassemblement et prise de parole

Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !
Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !

Manif, environ 800 dans les rues, soyons encore plus nombreux par la suite !

Ce 31 mars 2016, les postiers Commingeois ont répondu à l'appel du mouvement national. C'est une très forte mobilisation suivie par les différents services postaux (guichet / distri).

Aux guichets, l'ensemble des agents étaient en grève (+ de 90% hors cadres pour ne pas tricher), seuls 2 agents ont été réquisitionné afin d'assurer la continuité du service, c'est une action forte et solidaire en réaction à la nocivité que représente la loi El Khomri. En effet, aux guichets comme à la distribution, cette loi impacterait encore plus sur les conditions de travail des agents déjà bien trop dégradées par les différentes réorganisations.

A la distribution, c'est une mobilisation d'ampleur ! Les bureaux de St-Gaudens, Bagnères de Luchon, Montréjeau, St-Martory, Boulogne et Aspet étaient représentés au piquet de grève. Pour St-Gaudens ce sont + de 80 % du personnel hors cadres : seuls 4 agents cdi ont travaillé, le reste du personnel présent, ce sont des précaires (CDD) ne pouvant répondre à l'appel de peur d'une rupture de contrat mais soutenant notre action, conscients des enjeux dans l'avenir. Une nouvelle démonstration de force de la part des postiers Saint-Gaudinois qui ne lâcheront pas avant d'obtenir gain de cause !

Les postiers de Luchon aussi ont démontré leur détermination face à la sourde oreille de la Direction. Trop c'est trop ! Les agents ont bien compris que nous gagnerions pas sans grossir le rapport de force. Ils ont de quoi être fiers, la bataille menée aujourd'hui est déjà une victoire puisqu'elle a permis l'unification des différents bureaux, il était temps !

Les autres agents grévistes des bureaux de Montréjeau, St-Martory, Boulogne et Aspet n'avaient pas déposé de préavis local mais ont voulu exprimer leur indignation à l'appel du mouvement national impulsé par les O.S. CGT, FO, Solidaires et FSU. Le but était aussi de montrer à notre Direction qu'il n'est plus question de la laisser faire n'importe quoi et que, pour faire le lien entre tous, nous avons le potentiel de mener des actions unitaires puissantes en inter-syndicale.

Notre Comminges mérite un service public postal à la hauteur, les postiers qu'ils soient guichetiers comme facteurs le savent et l'exigent ! Déjà d'autres actions sont à prévoir comme le 5 avril, nous ne lâcherons pas, nous irons jusqu'au bout côte à côte et nous imposerons à notre Direction nos revendications communes !

Ensemble, ne laissons aucun répit à la machine à dégraisser ! Exigeons emplois, cédéisation des précaires à l'ancienneté pour répondre au bon fonctionnement du service, stop aux restructurations, stop aux cadences infernales imposées, stop aux moqueries et à l'indifférence de nos dirigeants !

A la manif, ce jour, nous étions environ 800 ! Continuons d'informer et de sensibiliser autour de nous, famille, amis, collègues de travail, afin de grossir les rangs des insoumis !

Prise de parole de la section CGT FAPT de Saint-Gaudens, 31 mars 2016, 11h

 

Aujourd’hui nous sommes à un tournant de l’histoire française. Le gouvernement MEDEF voudrait plier les salariés encore un peu plus. Avec la loi El Khomri, le gouvernement signe un acte d’assassinat du monde du travail. Depuis déjà plusieurs semaines, la colère monte ! C’est par nos jeunes que le mouvement s’est mis en marche, qu’il continue de se développer et c’est à l’ensemble du monde du travail, public comme privé, de protéger les conquis sociaux obtenus par le militantisme, les grèves, la lutte de nos aînés.

Ces attaques à nos droits et libertés, par la destruction du Code du Travail ne doivent pas restées impunies. C’est à la rue d’inverser la tendance, les enjeux sont trop importants pour ne pas réagir.

Nos dirigeants voudraient nous faire croire que nous évoluons dans une démocratie progressiste mais ce qui se cache réellement derrière c’est tout simplement les lubies des plus riches qui en veulent plus et par n’importe quel moyen. La démocratie c’est le pouvoir par le peuple et pour le peuple, non pour une élite ne servant que ses propres intérêts.

Vous le voyez bien actuellement, nous n’avons pas les moyens de vivre décemment mais certains profitent de leur position et vivent bien sur le dos des contribuables, je pense notamment à la plupart de nos politiques éternels donneurs de leçons.

Le Code du Travail est un outil indispensable pour le salarié. C’est une histoire, c’est notre histoire, nous devons le défendre et l’améliorer. Regardez autour de vous, vous apercevrez des hommes et des femmes de plus en plus précaires, effectuant un travail pour lequel ils n’ont pas toutes les clés. Envoyés souvent à l’aventure, du fait que les tournées deviennent un parcours du combattant  quotidien avec son lot de nouvelles missions non prise en compte, ces salariés précaires n’ont vraiment aucune perspective d’avenir. On ne leur offre que des contrats bouche trou, une fois bien utilisés à outrance, après moultes heures sup non payées, on n’en entend plus parler.

Ces agents intégrés à une équipe, remplissant tant bien que mal leur mission, devraient être cdisés puisque sur St Go, par exemple, un certain nombre de postes sont vacants et du point de vue du Code du Travail, la loi n’est pas respectée. Quel avenir pour ces jeunes ? C’est à nous d’agir pour répondre à leurs besoins c’est-à-dire un emploi stable. Cela répondrait d’ailleurs aussi aux nôtres et améliorerait ainsi le fonctionnement des équipes.

Il faut tout de même préciser que la lutte à mener sera certes âpre mais bénéfique pour tous. En ces temps de répression syndicale appuyée par les merdias et le gouverneMEDEF, chacun doit réfléchir à sa vision du travail. Resterons-nous assujettis, soumis, stressés ou souhaitons-nous au contraire évoluer dans les meilleures conditions possibles ? Il nous appartient de débattre largement et de nous investir à notre échelle car notre modèle social est en péril et celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu !

La lutte des classes est plus que jamais d’actualité. Ce que les travailleurs ont tendance à oublier, c’est qu’ils sont créateurs de richesses, détiennent un pouvoir, et ce pouvoir c’est le nombre, ce qu’on appelle le rapport de force.

Les travailleurs l’ont prouvé par le passé, quand la solidarité est de mise, les conquêtes sont importantes. Ces mêmes conquêtes sont aujourd’hui menacées, il est temps de nous mobiliser! Le patronat à l’inverse, à quoi sert-il vraiment à part à imposer de nouvelles contraintes et serrer un peu plus la vis aux travailleurs ? L’humain n’est pas au centre des préoccupations, c’est navrant ! Les choses avanceraient dans le bon sens si seulement les aspirations de l’ensemble des salariés étaient prises en compte. L’entreprise fonctionnerait à plein régime dans ces conditions mais cela impose de construire réellement ensemble un meilleur partage des richesses, ce qui est hors de question pour nos dirigeants dépourvus d’éthique morale. Les plus riches veulent s’assurer leur confort en justifiant les bienfaits de la mondialisation, du libre-échange mais cela ne répond qu’à leurs besoins. Pas à notre qualité de vie au travail.

Vous pouvez aussi constater en vous informant au mieux, et pour cela je vous rappelle l’adresse du site cgtfapt-comminges.fr, que l’état ne fait plus dans la dentelle vis-à-vis de l’opposition militante. Ainsi vous pouvez voir des jeunes en sang évacués à grands coups de tonfa comme de vulgaires terroristes, menottés et malmenés alors qu’ils s’organisaient pacifiquement pour défendre leur avenir. Il est inadmissible de rester passifs face à ce genre de violence sur notre jeunesse alors que nous nous sommes levés comme un seul homme lors des attentats de janvier 2015. Ces répressions sont similaires à la diabolisation de l’action syndicale menée depuis des décennies par les différents gouvernements et appuyées par les merdias. Répression et criminalisation qui atteignent leur paroxysme avec la condamnation des Goodyears et l’affaire d’Air France par exemple. Elles ont pour but de couper à la racine toute sorte de réflexion et d’opposition à un régime avéré destructeur. Les militants surtout s’ils sont de la CGT subissent de graves atteintes et discriminations, jusqu’à être traités comme des voyous, jetés en prison pour n’avoir voulu que défendre les droits des salariés. Localement, on ne lésine pas sur les moqueries ou a décrédibiliser les militants devant leurs collègues, c’est un fait pour le vivre encore aujourd’hui. La CGT dérange, elle est une menace, il faut la mettre hors-jeu ! La violence patronale est de même quotidienne au sein des entreprises (localement, citons Leclerc, Casino, Péchiney pour souvenir, les ets Bernadet, la tuilerie de Blajan et bien entendu, La Poste).  Le chômage quant à lui tue pendant que les paradis fiscaux se goinfrent et la loi El khomri confirmerait encore plus cette affirmation.

Nous n’avons pas le temps de détailler la nocivité de cette réforme, nous vous invitons à vous en informer sur le site ou visionner les affiches disponibles sur place. La cerise sur le gâteau, c’est que si la loi passe, les salariés pourraient travailler 12 h par jour jusqu’à 60 h par semaine avec  des temps de repos fractionnés les coupant de la vie familiale, comble de l’ironie : il y a déjà un taux de chômage élevé et il faudrait bosser 2 fois plus. Pourquoi ne pas alors réduire ce taux avec l’appui des propositions de la CGT, un travail à 32 h comme aux Pays-Bas c’est-à-dire un travail pour tous ! D’autres petits détails qui ont leur importance : cette loi permettrait de baisser les salaires, changer le temps de travail,  de se voir modifier les dates de ses congés annuels au dernier moment. Elle faciliterait aussi les licenciements et par conséquent, les Prud’hommes deviendront obsolètes. Certes dans Macron tout est bon pour le patronat mais dans El Khomri c’est tout bénef aussi !

La section locale a fait appel à l’ensemble des salariés du site de St Go à se mettre en grève le 31 mars afin de montrer notre mécontentement, notre opposition à nous précariser encore davantage, d’un seul bloc, solidaires et courageux pour lutter ensemble pour nos droits et libertés. A Luchon, les postiers ont fait de même en déposant un préavis local. D’autres agents des bureaux de la plaque Comminges d’Aspet, Boulogne, Montréjeau ou encore Saint-Martory se sont déplacés pour exiger le retrait de la loi El Khomri. C’est un rassemblement unitaire et inter-syndical fort ! Nous pouvons être fiers, et il convient de souligner que l’élan de camaraderie réchauffe le cœur.

Mobilisons- nous encore ! Soyons citoyens et responsables, entrons dans la danse et faisons Vallser les irresponsables ensemble ! C’est maintenant qu’il faut saisir notre chance, maintenant qu’il faut conquérir ! Ne choisissons pas la résignation, ne nous cachons pas derrière nos peurs, avoir des garanties exige des sacrifices, mais pensons à ce que cela nous apportera ainsi qu’aux futures générations. Parce que celui qui lutte a déjà tout gagné ! Et la solidarité est notre force.

Les agents de Luchon et de Saint-Gaudens ont donc déposé des préavis locaux regroupant leurs revendications propres. A Luchon comme à Saint-Gaudens, les dernières réorganisations ont fini de casser le bon fonctionnement du service, les tensions se multiplient sans que rien n’avance. Pourtant après moults interpellations de la direction, les agents n’ont toujours pas de réelles réponses à leurs attentes. Les chiffres ont parlé, c’est comme ça et pas autrement. Les postiers vivent du bricolage au jour le jour du planning, surtout les plus précaires ne pouvant rien dire de peur de ne pas être repris ou embaucher. Comment peut-on laisser des gens, prouvant leur efficacité, se questionner ainsi sur leur lendemain ? La Poste s’en sert pourtant bien pour faire du cache misère. La précarité pour La Poste c’est la facilité : le coup de la carotte on le connaît depuis longtemps mais il est aujourd’hui inadmissible de jouer avec la vie de ces travailleurs. Cet entêtement de nos responsables à rebuter tout réel dialogue constructif est vécu comme un manque de respect de l’humain, la prise en compte des requêtes de chacun ne mène à rien. Nous posons donc la question de la responsabilité de la direction. Manquerait-elle de cran face à sa hiérarchie afin de répondre favorablement à nos revendications car les besoins sont indéniables, ou choisit-elle simplement d’ignorer la chose ? Le choix nous l’avons tous et certains hauts cadres l'ont prouvé en choisissant de lutter aux côtés de leurs salariés.

Parlons du service public, de qualité de service à nos « clients », puisqu’il faut parler ainsi, celle-ci est  bâclée aux profits des intérêts du groupe, nous pouvons le certifier. Les bénéfices sont pourtant nettement en hausse.  Les effectifs eux, sont en baisse, c’est devenu une habitude pour les grandes ets (psa, renault, sanofi, les banques etc...) La Poste doit garantir un réel service public postal mais ses dernières positions prouvent encore une fois que ce qui compte vraiment c’est l’image ou être dans les clous (entre gros guillemets) pour cacher les apparences : dernièrement par exemple, on nous a demandé de mentir pour redorer les statistiques, la poste se décharge ainsi de tout impair. Les postiers sont choqués par ce fonctionnement et posent la question du service public postal. Le trafic courrier en J+1 est laissé pour compte au profit de la lettre verte que l’on nous présente comme plus écologique. Tout cela cache que la poste est dans l’incapacité de garantir ses engagements car vous l’aurez constaté, il n’est pas rare que la distribution ne se fasse pas dans les temps impartis. Le courrier n’a plus d’importance, ce qu’il faut c’est vendre, faire du chiffre, on ne compte plus les soucis de distribution, les erreurs, les tournées à découvert, le manque de formation, l’absentéisme et l’accidentologie montent en flèche... Tout cela n’est pas anodin. C’est purement une raison de manque d’effectif, les postiers sont usés, il faut embaucher en cdi. Certes La Poste affirme que ça se fera mais il faut d’abord que les futurs agents passent par un contrat pro et soient pris au bout du cursus. Là encore, pour les jeunes voulant travailler dans la région, la poste ne s’engage pas à les prendre sur place. Il faut le gagner et nous l’avons fait pour une collègue lors de la mobilisation de juin 2015. Aujourd’hui, dans l’urgence, nous exigeons l’embauche sèche de nos cdd à l’ancienneté. Le conflit de Balma a prouvé que c’était possible, nous disons alors chiche !

Pour terminer, si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour nous battre sur des questions locales mais aussi contre la loi El Khomri qui assassinerait un peu plus les postiers,  le service public postal et rendrait le métier invivable. Quid de l’emploi en Comminges si cette loi passe ? Quid du service public postal en milieu rural ? Quid de l’impact sur l’économie locale ? Nous nous devons de nous battre ensemble pour l’avenir de notre région, artisans, commerçants unis pour le bien commun. Nous sommes après tout des consommateurs, l’augmentation de notre pouvoir d’achat répondrait aux besoins de tous. La grande distribution finira d’achever le centre-ville, c’est un fait, si nous ne faisons rien ! Mais cela ne se fera pas non plus sans l’appui de tous ces acteurs.

Ne laissons pas les plus riches profiter de nos résignations, ne revenons pas à l’époque de nos aïeux dépourvus de droits et libertés et qui ont justement dû se battre pour avancer !

Pour ces raisons nous sommes ici, agents de St-Go, Luchon, Montréjeau, St-Martory, Aspet, Boulogne, syndicats CGT, FO et Solidaires et nous nous battrons côte à côte pour faire revivre l’économie locale  et faire valoir nos droits, pour construire un avenir plein de lendemain pour nos enfants!

Repost 0
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 20:20
*Demain, jour-J, on foule le pavé ensemble !*

La journée du 31 s'annonce particulièrement forte, nous ne devons pas louper un tel évènement !

C'est un cri de colère qui vient du coeur, une mobilisation d'un seul bloc, l'écriture même de l'histoire française. Cette date importante ne doit pas rester sans lendemain, c'est inconcevable ! Nous devons renforcer les rangs, créer un rapport de force à la hauteur afin de gagner.

Ne laissons pas les plus riches nous dicter nos vies, nous supprimer nos droits et libertés, priver notre jeunesse de leurs lendemain. Un travail pour tous, ça n'est pas ce que nous propose la loi El Khomri. Ce qu'on nous promet c'est plus de flexibilité, de mobilité aux salariés pour plus de souplesse, de productivité au patronat. Plus de facilité de nous pourrir d'avantage la vie tout en se remplissant bien les poches, c'est abject, ça a existé autrefois et c'est un énorme recul social.

A nous de nous battre ensemble et d'imposer nos exigences, nous le peuple !

Rendez-vous déjà demain matin devant le bureau de St-Go avant de fouler le pavé à 15h aux côtés de l'inter-pro et surtout des lycéens qui ont impulsé le mouvement d'insoumission !

Le mot de la section : ne vous en prenez pas au copain qui lutte pour ses droits, demandez-vous plutôt pourquoi il le fait et surtout pourquoi pas vous ? L'ennemi des travailleurs ça n'est pas le petit patron qui essaye de s'en sortir malgré les charges, ça n'est pas non plus le militant jamais content qui se bat pour tout et n'importe quoi (préjugés ndlr), souvent nous n'avons pas suffisamment d'information pour comprendre ce qui nous entoure, à nous de nous documenter au mieux cela éviterait tout débordement ou conflit inutile. Le vrai ennemi, celui qui nous pourri la vie au quotidien, c'est le fric ! Ce sont les magnas de la finance qui jouent avec au détriment de l'humain ! Alors avant de vous en prendre à des militants, qui sont aussi, je vous le rappelle des hommes et des femmes avant tout, pensez-y à deux fois. Merci d'avance !

Le plus de la section : vous trouverez une sélection de liens utiles ci-joints vous permettant de mieux comprendre le pourquoi du comment :) bonne lecture !

Repost 0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 22:18
*La Poste, le 31 mars les facteurs contre la loi El Khomri*

Le 31 mars, les postiers commingeois se mobilisent contre la loi travail.

Les bureaux de Saint-Gaudens et de Bagnères de Luchon ont déposé des préavis locaux afin de faire remonter leurs revendications. Les dernières réorganisations ayant eu des conséquences désastreuses sur les agents du point de vue effectif et charge de travail. Le fait est que La Poste a vu gros et a dégraissé au plus les effectifs ne tenant pas compte des conditions de travail des agents et de sa mission de service public postal.

La vision de La Poste c'est de faire du chiffre ! Tout est possible pour faire des économies y compris de nier la réalité. En résulte un jeu de cache-cache pervers : les tournées à découvert sont réalisée en heures sup quotidiennes, un bricolage de la distribution, des contrats cdd et de leur tiers temps (remplacement en cascade à outrance), postes vacants comblés par du précaire est tout ce qu'il y a de plus récurent.

La section CGT FAPT Comminges dénonce ces agissements contraire au respect du Code du Travail. Le besoin en effectif est évident, La Poste doit faire le nécessaire pour le bon fonctionnement du service.

Jeudi 31, nous appelons les postiers à se mobiliser largement, il est temps d'agir ensemble, parlez en à vos OS et rejoignez-nous !

Dans cet article, nous vous donnons des liens utiles afin de mieux comprendre les enjeux et le danger de cette réforme, bonne lecture !

Repost 0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 21:39

Pourquoi nous appuyons la jeunesse

par Pierre Alferi (écrivain), Jérome Baschet (historien), Daniel Colson (sociologue), Daniel Denevert (artisan), Stéphanie Eligert (écrivain), Jacques Fradin (Philosophe), Eric Hazan (éditeur), Nicolas Klotz (cinéaste), Frédéric Lordon (économiste), Pierre Marcelle (journaliste), Karine Parrot (juriste), Elisabeth Perceval (scénariste), Serge Quadruppani (écrivain)...

Les médias nous disent que la loi Travail est menacée par un mouvement de la jeunesse. Ils spéculent sur l’état de ce mouvement. Est-il en phase ascendante ou déjà en train de s’essouffler ? On se livre à de passionnantes querelles d’interprétation sur les chiffres de la police. Nous qui ne sommes plus ni lycéens ni étudiants depuis bien longtemps et qui, pour certains, avons atteint un âge respectable, nous ne voyons pas les choses ainsi. Il nous semble que ce qui bouillonne dans le pays a certes pour déclencheur la loi Travail, mais n’a au fond que peu à voir avec cette loi. Et qu’insister sur la jeunesse dans ce mouvement relève d’une stratégie d’étouffement que viendront conclure, au moment-clé, les vacances et les usuelles démissions syndicales.

« On ne fait pas d’omelette sans casser des banques » écrivent avec esprit les lycéens sur les vitrines fracassées des agences bancaires. Ce qui s’exprime dans les slogans, dans les cortèges, dans les tags, dans les occupations, dans les affrontements avec la police, a trait à la situation générale du pays. Ce qui s’exprime là est un ras-le-bol diffus, une rage commune, une révolte transgénérationnelle. Jamais dans notre vie, nous n’avions vécu sous un gouvernement aussi discrédité, aussi cynique, aussi inapte à faire face aux défis du présent. Jamais l’idée qu’une alternance politique puisse changer quoi que ce soit à notre sort n’a semblé aussi absurde. Jamais la perspective d’une élection présidentielle n’a paru aussi saugrenue, grotesque et pour tout dire révoltante. Jamais la lutte entre les prétendants à la victoire électorale n’a offert un spectacle plus ridicule.

Le désastre social, économique, écologique, existentiel, ou pour le dire d’un mot : la crise de civilisation que nous traversons, ne trouvera pas d’issue dans la politique classique. Aussi, la question qui se pose au mouvement en cours n’est-elle pas celle de la loi El Khomri, mais bien celle d’un soulèvement. La destitution du gouvernement et du régime ne se fera pas par l’adjonction à un mouvement de jeunesse d’un mouvement syndical de salariés et de fonctionnaires. Ce ne peut être que le fait d’un vaste mouvement populaire. Voilà qui ne se fera pas sans violence, ni sans stratégie. La férocité qu’a déployée la police pour empêcher jeudi 17 mars à Tolbiac une assemblée ouverte du mouvement dit assez combien le gouvernement perd son sang-froid à l’idée de jonctions inattendues, auxquelles il nous faut donc travailler.

Pour sortir des limites fixées par les différentes bureaucraties, les prochaines dates sont le 24 et surtout le 31 mars, avec la proposition, ce jour-là, de rester dans la rue et d’occuper des places. Mais nous avons appris ces dernières années que les occupations de places à elles seules ne suffisent pas à bloquer le fonctionnement des institutions. Le risque qu’elles contiennent est de se contenter d’exister, d’attendre leur évacuation ou leur épuisement. À notre sens, elles doivent donc plutôt servir de base depuis lesquelles prendre les lieux d’où les « représentants du peuple » prétendent pouvoir le gouverner, et à l’occasion le matraquer. Mairies, conseils divers, assemblées soi-disant régionales ou nationales, tout cela mérite d’être investi, repris, assiégé ou bloqué. Nous devons viser le blocage organisé du pouvoir politique. Il est donc crucial que soit défendu publiquement, dans ces jours, le bien-fondé du recours à l’action de rue. Bref : ce petit texte pour dire à la jeunesse que nous sommes avec elle, que nous serons avec elle dans la rue ou en esprit, et qu’aucune manœuvre d’isolement ne nous en dissociera. Qu’elle se permette tout ce qu’il lui semblera nécessaire d’expérimenter. Nous l’appuierons. À très vite, dans la rue.

Pierre Alferi (écrivain),Daniel Colson (sociologue) Daniel Denevert (artisan), Stéphanie Eligert (écrivain), Jacques Fradin (Philosophe), Eric Hazan (éditeur), Nicolas Klotz (cinéaste), Frédéric Lordon (économiste), Pierre Marcelle (journaliste), Karine Parrot (juriste), Elisabeth Perceval (scénariste), Serge Quadruppani (écrivain)...

Repost 0
Published by Obi wan Kenobii - Rohann - dans Actualité Luttes - actualité Nationales
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 19:33

La violence est le dernier refuge de l'incompétence.

Isaac Asimov

Repost 0
Published by Obi wan Kenobii - Rohann - dans Luttes - actualité Nationales Actualité
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 15:00
*En Comminges, la mobilisation du 31 mars doit frapper fort !*

Retour sur la journée de mobilisation du 24 mars, trop peu nombreux dans les rues de Saint-Gaudens alors que les évènements nationaux s'amplifient !

Le Comminges se sent-il épargné par les attaques du Gouvernement ? C'est à croire puisque juste une centaine de courageux ont répondu présents aux côtés de quelques jeunes...

Pourtant, l'avenir est sombre pour tous, la loi travail nous assujettira un peu plus au besoins des plus riches en nous en demandant toujours plus et pour le même salaire. Le pouvoir d'achat en pâtira aussi et nous ne pourrons plus faire vivre l'économie locale (artisans, commerçants) déjà menacée par la grande distribution.

Une remarque justement par rapport à la mobilisation. Nous avons pu entendre des : "Bande de bons à rien !" ou encore, "Ces jeunes, je te leur couperais la tignasse et te les mettrais au travail !", bien, bien de la part de certains commerçants du coin occupés à nous baver dessus plutôt qu'à justement travailler. N'avez-vous rien de mieux à faire ? Rejoignez les insoumis, les désobéissants au lieu de juger de manière non réfléchie.

Heureusement qu'il y en a qui se bougent, heureusement que la jeunesse se préoccupe de ce que vous avez laissé filer trop occuper à ne pas voir plus loin que le bout du nez ! Parce que si personne ne le faisait, vous n'auriez rien ! Il faut juste avoir une bonne paire de c...

Rappel : les militants CGT se battent aussi pour le maintien d'une économie locale indépendante et soutiennent l'ensemble des travailleurs qu'ils soient marchands de chaussures, boulangers, fleuristes, gérants de bars, maraîchers etc... Notre souci est le tous ensemble qu'on se le dise !

Bref, des ânes il y en a et on n'en fera jamais des chevaux de course... On leur pardonne tout de même mais avant de juger, on se renseigne ok ?

Parenthèse fermée, le 31 mars, la section CGT FAPT de Saint-Gaudens invite l'ensemble des postiers à se mobiliser et se rassembler devant la direction boulevard Charles de Gaulle à Saint-Gaudens.

Il est vital que l'ensemble des postiers comprennent ce dont il retourne. La loi travail est parfaitement adaptée aux besoins de La Poste, pas à ceux des agents... Il faut comprendre plus de facilité pour licencier, augmentation des heures de travail et donc diminution du personnel, qui dit fractionnement des repos dit chamboulement de la vie privée, suppressions de droits pour raison familiale etc... Vous trouverez un détail descriptif avant/après sur ce lien.

Les bureaux de Saint-Gaudens et de Luchon ont déposé des préavis locaux reconductibles pour le 31 mars. Trop c'est trop, les agents n'ont pas l'intention de se résigner !

Nous vous donnons donc rendez-vous dès la prise de service devant l'établissement, nous avons l'intention de faire du bruit, d'informer au mieux la population sur la nocivité de la réforme et surtout sur le fonctionnement aberrant de nos services ! L'indifférence de la Direction n'a que trop duré, on va se battre et gagner, on lâche rien !

A 15h, nous rejoindrons l'ensemble des manifestants Plac Jean Jaurès afin de crier notre colère, notre indignation face à la répression accentuée par le Gouvernement espérant couper court à la propagation du virus combattif !

L'avenir est entre vos mains, ne le gâchez pas par faiblesse ! Rejoignez la lutte, ensemble nous serons plus forts public comme privé. Orientez votre colère sur ceux qui nous assassinent, qui font tabasser nos jeunes et profitent réellement du système, soyez responsables et citoyen. Dîtes simplement NON à l'austérité, NON à l'exploitation, NON à la répression, NON aux vrais profiteurs du système, OUI à la solidarité, OUI au tous ensemble, OUI à nos droits et libertés et là nous gagnerons sur nos différentes aspirations !

ON SE MET SUR SON 31 et ON REVENDIQUE POUR UNE FRANCE DEBARRASSEE DE L'INDIVIDUALISME, DE LA FINANCE ET DE TOUS SES RIPOUX ! NE LAISSONS PLUS LES PLUS RICHES FAIRE N'IMPORTE QUOI AVEC NOTRE ARGENT !

Postiers, faîtes circuler ce message au plus large !

Repost 0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 21:52
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*
*Comminges, à Saint-Gaudens la mobilisation doit s'amplifier*

INTERVENTION UL CGT COMMINGES 24.03.2016

Même s’il n’en est qu’à ses débuts, le mouvement actuel frappe par sa maturité politique, son haut niveau de conscience.
Depuis trois semaines, notre jeunesse, lycéens et étudiants portent la mobilisation contre le projet de loi El Khomri.

C’est eux qui ont déclenché l’offensive le 9 mars dernier.
C’est eux qui d’AG en journée d’actions affichent leur détermination et leur rejet de ce projet pourri !
Parce que la jeunesse a compris que la loi Travail aggraverait le chômage, l’exploitation et la précarité qu’elle subit déjà à une échelle massive.
Beaucoup d’entre eux rejettent non seulement cette loi, mais l’ensemble du système qu’elle sert !
Le ras le bol est général.
Et ce ne sont ni les arrestations arbitraires ni la violence de la répression qui va les décourager !

Pour preuve ils étaient encore très nombreux ce matin dans les rues de Marseille, Saint-Lô, Rennes, Nantes, Tours, Toulouse... Beaucoup de lycées et faculté sont bloqués. A Nantes, l’accès aux amphis est impossible. Sciences Po à Paris, le lycée Descartes à Rennes.... Les exemples ne manquent pas.
A Toulouse, Rouen, Paris et partout ailleurs des salariés occupent locaux, bâtiments administratifs, ronds points...
La rue est à nous camarades !!!

Présentée le 14 mars, la deuxième mouture de la loi – aussi inacceptable que la première – n’était pas de nature à les démobiliser nos jeunes ! Quant aux dirigeants syndicaux qui prennent leurs ordres au MEDEF, comme Laurent Berger, ils n’auront aucune autorité sur la jeunesse. Je souligne par ailleurs que les adhérents CFDT de continental étaient dans la rue, que des UL et UD vont à l’encontre du national et demandent elles aussi le retrait du projet de loi.

Pour beaucoup d’entre nous, la nécessité d’unir les jeunes et les travailleurs est une évidence. Alors que des directions syndicales nationales n’appelaient pas clairement à participer à la manifestation de jeudi dernier, beaucoup de travailleurs et militants de syndicats CGT s’y sont ralliés.

La nécessité d’une convergence des luttes des salariés est, elle aussi, plus que nécessaire. La dynamique unitaire est, d’emblée, à un niveau supérieur à 2006.
Chacun de nous a gardé en mémoire la satisfaction de notre victoire contre le CPE.
De Villepin était alors droit dans ses bottes ! Nous l’avons pourtant fait tomber !

Aujourd’hui que Valls l’arrogance et la Komri !
Que Valls leur mépris, leur suffisance !
La rue est à nous ! Jeunes, retraités, actifs, privés d’emploi, précaires... !

Et que l’on ne nous dise plus de voter pour eux afin de préserver les valeurs de la République et nos libertés !

Jeudi dernier, le gouvernement a balayé d’un revers sa volonté « d’écouter » sa jeunesse, dans les rues et aux abords des universités.
Des étudiants et des lycéens ont été les cibles de violences policières, alors qu’ils manifestaient pour exiger le retrait du texte de loi travail. À Paris, Caen, Rennes et Marseille, des CRS ont attaqué des jeunes à coups de matraque et les ont arrosés de gaz lacrymogène et de gaz poivre, bloquant le déroulement d’assemblées générales. A Strasbourg, cinq personnes ont été gravement blessées.

À l’université de Tolbiac, à Paris, les policiers n’y sont pas allés de main morte. Des étudiants ont été évacués, alors qu’ils occupaient un amphithéâtre pour y tenir une AG, après la dispersion du cortège en fin de journée. Des courses-poursuites, des coups de matraque ont été lancés et pas moins de cinq personnes ont été interpellées.
Ce matin encore, des CRS sont intervenus dans un lycée du XIXème !

Si le gouvernement a très peur de la mobilisation des jeunes, c’est précisément parce qu’elle a un caractère « incontrôlable » et parce qu’elle peut jouer un rôle important dans la radicalisation de l’ensemble des travailleurs.
En France, Mai 68 et la lutte de 2006 contre le CPE évoquée tout à l’heure en sont deux exemples évidents.
Il n’aura chaque fois manqué qu’une réelle alternative politique, pour prolonger le combat de la rue.
Parce que le mouvement social doit se prolonger dans, et par le combat politique. Il est grand temps de s’organiser citoyennement.

Le combat citoyen et engagé c’est par exemple les Fralib et leur nouvelle vie, sans patron ni dividende et nous qui interpellons les grands distributeurs, les petites ou moyennes surfaces du coin pour que les produits 1336 (du nombre de jours de grève) soient commercialisés et accessibles à tous.

Le combat citoyen et engagé c’est aussi se retrouver, pour construire ce que nous voulons pour nos territoires, nos aînés, nos enfants...C’est tout le sens de la rencontre prévue demain à Saint-Béat et décidée lors du rassemblement contre la fermeture de la classe Segpa.

Le combat citoyen et engagé c’est encore ne pas oublier Rémy Fraisse tué en octobre 2014 sur le barrage de Sivens. C’est participer à la collecte de dons initiée par sa famille pour participer aux frais de la procédure judiciaire. Car toute la lumière doit être faite sur la mort de ce militant !

Le combat citoyen et engagé c’est aussi lutter pour que justice soit rendue à nos camarades de Goodyear et d’Air France et à tous celles et ceux qui dans l’ombre paient leur engagement militant.
Traités comme des bandits parce que syndicalistes !
Est-ce supportable ?
Nous devons nous mobiliser et nous battre pour leur relaxe et leur réintégration.
Mais que serons-nous en mesure de faire si l’appel ne leur était pas favorable ?
Devrons-nous nous résigner ? Certainement pas ! La résignation est un suicide quotidien !

Il faudra s’engager à la hauteur de l’engagement qui est le leur !
Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas nous limiter à des collectifs de soutien lorsqu’ils seront convoqués ! Nous devons être déterminés à aller plus loin !
Ils ne doivent pas connaître une seule seconde l’univers carcéral !!!

Au-delà de la mobilisation pour le retrait du projet de loi, les sujets ne manquent donc pas pour qu’une marée citoyenne noie les places, les rues de notre hexagone.

Il incombe à chacun de nous de se mobiliser bien sûr mais aussi de faire que sa famille, ses amis... se mobilisent et soient présents dans les rues, à nos côtés. D’expliquer par ailleurs aux petits commerçants ou artisans que la hausse du Smic n’est pas leur ennemi mais qu’ils sont étranglés par les banques et les donneurs d’ordres….

Je ne peux terminer cette intervention sans évoquer la journée du 22 mars à Bruxelles, faisant tristement écho à la soirée du 13 novembre à Paris.
Bien sûr que nous condamnons ces gestes. Une fois de plus des citoyens paient le prix fort. Ils paient les choix politiques de nos gouvernements.

Valls déclare que nous sommes en guerre. Non ce sont leurs guerres ! Et nous nous comptons nos disparus chez Daesh et nos morts...

Finalement le gouvernement français a de la chance. Notre lutte pour le retrait du projet de loi passe au second plan des discussions. Le côté répressif de la force aux ordres du gouvernement peut reprendre sa sale besogne.

Et ce même gouvernement sans vergogne, lance un message clair : « Nous ne nous laisserons pas manœuvrer par la jeunesse qui ose faire face ».
Le terrorisme d’état commandité par ces élus autoritaires mais désavoués doit être dénoncé et condamné !

Quand les forces du pouvoir ne tuent pas, elles matraquent, piètinent, gazent, arrêtent... Comme aux heures les plus sombres de notre histoire.

Faudra-t-il un autre Malik Oussekine ? Un autre Cyril Ferez ? Un autre Rémi Fraysse ?

C’est parce que « Les seuls regrets doivent naître des choses que l’on n’a pas pu accomplir » que tous ensemble, nous devons nous donner les moyens de bâtir un autre monde fait de fraternité, de liberté, justice sociale, de justice tout court.

Gardons en mémoire ces mots de Romain ROLLAND :
« La fatalité, c'est l'excuse des âmes sans volonté ! »

Repost 0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 21:44

Position de la CGT GOODYEAR sur l'attitude de l'UD et UL Amiens ville ....


Par CGT le jeudi 24 mars 2016, 15:46


Alors que la situation demande une convergence de la lutte, vous participez à l'éclatement du mouvement, suivant comme des moutons des directives qui nous mènent depuis des années à une catastrophe sans nom !!!!
Le gouvernement n'a que faire de manifestations ou 2000 personnes se baladent pendant un parcours qui peut même servir à faire les courses, on est déjà bien au delà du ridicule...
Pas de passage là où c'est interdit, surtout respecter à la lettre les consignes de la préfecture.....
Il y a bien-sûr des régions où manifester à Paris est plus que compliqué, pour autant des délégations sont envoyées mais à Amiens, aucune excuse de ce genre n'est possible !!!
Pendant ce temps là, des syndicalistes en prennent plein la gueule, nous ne parlerons pas de nous, car notre cas est à lui seul l'exemple que le gouvernement a bien compris que dans la CGT il y avait un énorme problème, nous parlerons des salariés qui partout parce qu'ils se battent et n'acceptent pas les directives, se retrouvent en GAV, licenciés et traînés devant les tribunaux, les étudiants virés des facs à coups de flashball, les facs fermées pour éviter les AG....
La situation est la pire jamais connu depuis plus de 70 ans, jamais l'état n'a tapé aussi fort et nous constatons que des UD à la solde d'une poignée de dirigeants totalement à côté de la plaque, continuent à faire semblant de se mobiliser, c'est une honte !!!!
Oui une honte car si la loi du travail passe, nous serons coupables de ne pas avoir réuni les conditions pour la mettre en échec, quand nous voyons que nous avons osé rencontrer la CFDT nationale, ce syndicat qui signe toutes les merdes depuis des années et qui est aujourd'hui prêt à signe la mort du code du travail....
Alors il y a le congrès national, mais les militants, ceux qui luttent pour de vrai ne considèrent pas ce congrès comme la priorité, savoir qui va être à la tête, car ce qui compte c'est la politique du syndicat et non une personne ou un groupe qui se croit au dessus de centaines de milliers d'autres....
Cela fait plus de 20 ans que nous reculons, à chaque fois c'est pareil: " pas facile de mobiliser, faut attendre, c'est pas encore le moment ..."
Ok, des syndicalistes condamnés à de la prison, une loi qui va éradiquer le monde du travail et ce n'est pas le moment ???
Pour certains c'est la lutte des PLACES la priorité, alors que nous avons plus que jamais besoin de la lutte des classes pour s'opposer à une justice de classe...
Ras le bol de ceux qui nous ridiculisent, car la CGT ce n'est pas cela, la CGT c'est dans de très nombreuses entreprises des militants qui s'opposent aux mauvais coups et qui unis gagnent, mais pour gagner au niveau national il ne faut pas faire semblant et faire tout pour éviter le tous ensemble ....
Si là loi passe la CGT explosera en miette, car plus de code du travail c'est la fin des militants !!!!
Nous sommes écœurés comme bien d'autres, mais nous ne lâcherons pas car nous savons que c'est le but, nous ferons tout pour que la CGT, la VRAIE l'emporte sur la bureaucratie délirante qui depuis longtemps veut nous imposer un syndicalisme réformiste, nous sommes à la CGT, jamais nous n'accepterons de compromis avec ceux qui nous détruisent et nous méprisent ...
La CGT doit revenir à ce qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être, un syndicat de combat et d'unité avec les salariés, les chômeurs, les retraités, les étudiants, tous ceux qui veulent une autre société et non l'unité avec des pourris qui ne pensent qu'à obtenir des sièges dans les conseils d'administrations !!!
Le 31 mars nous serons à Paris, nous avons déjà beaucoup de retour de beaucoup de régions qui appellent à là convergence de la lutte.
À Amiens, il n'existe même pas de comité de soutien aux 8 de Goodyear, honte à ceux qui baissent la tête et ne permettent pas de réunir les conditions pour qu'à Amiens il y ait comme dans toutes les grandes villes et régions de France un comité de soutien qui devrait de plus préparer très activement l'appel à Amiens les 19 et 20 octobre....
Certains pensent que des places au CCN de la CGT valent une telle attitude , bien-sûr cela est loin d'être le cas partout, des UD avec des camarades qui se mobilisent à la fois contre les attaques contre les syndicalistes et la loi travail il y a en, nous avons l'occasion et la chance d'en rencontrer, mais sur Amiens se retrouver dans une telle situation est scandaleux !!!
Nous allons donc avec notre camarade de l'union locale zone industrielle d'Amiens travailler à la mise en place du comité de lutte, nous allons élargir aux comités de soutien du nord et de Beauvais, nous allons démontrer que la CGT a largement de quoi faire le travail pour que l'appel qui arrive en octobre permette d'accueillir les milliers de soutiens qui annoncent déjà leurs présences...
À Amiens depuis que notre usine est hélas fermée, les patrons rigolent, ils se disent plus de Goodyear plus de zone bloquée et pour le moment ils ont raison...
Mais, un jour ou l'autre des salariés menacés reprendront le flambeau et imposeront des blocages de la zone, alors que normalement c'est le rôle des instances de démarrer ce genres d'initiatives, GEST doit bien se marrer, lui qui avait annoncé je reprendrai la zone après la mort des Goodyear....
Nous sommes plus que déçus et c'est légitime, pendant près de 50 ans sur la zone d'Amiens et plus largement dans la région les Goodyear ont été toujours dans les mobilisations et souvent à l'initiative de blocages, si les politiques sont heureux d'avoir vu fermer notre usine, nous pensons que d'autres aussi aujourd'hui respirent mieux, plus personne pour venir les contrarier, nous avons une histoire et elle ne s'arrêtera pas là...
Ceux qui pensent que la CGT Goodyear est morte et enterrée vont vite déchanter, plus que jamais nous sommes vivants, plus que jamais nous sommes combatifs, le syndicalisme ce n'est pas faire semblant, nous avons énormément souffert de notre histoire douloureuse, mais nous souffrons encore plus de voir ce qu'il se passe à Amiens ou à part quelques militants qui comme nous ne sont pas au aux mains de l'appareil, nous constatons que c'est la désorganisation organisée la plus complète...
Nous serons là encore un bon moment et nous imposerons le choix du plus grand nombre, la CGT ce n'est pas encore la CFDT même si certains en rêvent, la CGT se sont des militants qui ont une histoire, un vécu et de l'amour pour ces 3 lettres, la CGT ce n'est pas des dirigeants qui depuis des années se plantent volontairement sur la stratégie !!!!
Nous aurons l'occasion d'exprimer de vive voie ce que nous venons d'écrire car, la CGT c'est la liberté d'expression et d'opinion et bizarrement c'est celle la plus partagée actuellement...
Le 31 est dans 7 jours, il est encore temps que vous stoppiez votre appel à l'isolement pour un appel au rassemblement, les moyens existent il faut juste en avoir la volonté !!!!
LA CGT GOODYEAR

Repost 0
Published by Obi wan Kenobii - Rohann - dans Luttes - actualité Nationales Actualité
commenter cet article