Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • OB1Kenobii
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

Le délégué syndical

https://youtu.be/s4ADdV-HxIw

28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 20:30

Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.

Bertolt Brecht

En pleine période de comptages, alors que le premier secteur d'ajustement se rajoute aux tournées des facteurs, La Poste nous annonça enfin quelque chose qui allait réjouir nos coeurs et améliorer nos conditions de travail.

En effet, lors du brief "quotidien", nous apprenions qu'une diététicienne nutritionniste serait à notre disposition pour d'éventuels besoins (d'où le jeu de mots en titre #chuispasfortiche)... Oh joie, oh bonheur incommensurable ! Il nous fallait bien cela pour nous remonter le moral, répondre à nos revendication et bien sûr régler les nombreux dysfonctionnements occasionnés par la nouvelle organisation de travail. C'est sûr, les usagers seront tout requinqués et ravis de savoir qu'on s'intéresse à nos rondeurs ou au fait que nous ne mangeons pas bien aux heures adéquates et ainsi, la qualité de service se verrait surement améliorée grâce à ce nouveau régime alientaire...

Plus sérieusement, nous ne doutons pas du sérieux et du professionnalisme de cette personne mais, de qui se fiche t-on ? N'y a t-il pas mieux à faire que cela ? Ne pourrait-on pas par exemple faire une expertise sur le travail réel ? D'ailleurs La Poste (le siège) vient de refuser à la confédération CGT la possibilité de filmer les postiers de Saint-Gaudens dans leur élément, sur le terrain (sans revendicatif) pour la réalisation d'un film sur les services publics sans vraiment donner de bonne raison. C'était bien l'occasion de faire quelque chose d'utile afin de montrer l'envers du décor (celui du film des Ch'tis par exemple #cestpascommeçaquontravaille) et ainsi de montrer les gestes du quotidien, les différents chantiers (back-office, colis, courrier etc...), ce qui s'effectue dans l'ombre autrement dit. #amonavissontpastranquilles

Bref, donc la réponse est non... pourquoi ? On peut très facilement se l'imaginer. La Poste n'aime pas trop qu'on vienne fouiner de trop près dans ses affaires, surtout considérant notre bureau, sortant de conflit, comme une éventuelle menace de divulgation ou susceptible de repartir en grève. La confiance règne ! C'est preuve que La Poste n'est pas tranquille sur le dossier.

Revenons à nos moutons. Une diététicienne, ok. Ah, mais peut être avons nous tout faux : dans l'hypothèse de la pluri-activité chère à nos dirigeants sur la base du "travailler plus pour gagner plus", il se pourrait qu'elle nous accompagne en tournée en tant que vérif... Non, y a pas à dire, c'est complètement incongru et à la base certains d'entre nous avaient compris "esthéticienne" #payetonaudition Faut dire que ça peut se montrer intéressant dans un autre contexte, mais bon, si nous recentrions le débat sur le réel mal être des agents ?

Force est de constater que pour beaucoup d'entre nous, pour ne pas dire l'ensemble, cette nouvelle organisation a fait beaucoup de mal. C'est sans doute celle de trop, celle qui finira par nous détruire à terme. Il faut dire que le rythme d'une semaine à l'autre est harassant du point de vue physique et moral. C'est une course quotidienne effrenée contre la montre qui se joue et qui use les agents. Les intérims arrivés au terme de leur contrat (comblant les positions d'ajustement) sont partis sans regret. Les tournées sont surchargées et nous ne voyons toujours pas l'ombre d'une réponse pour l'accompagnement au réel. En attendant, ce sont des agents fatigués, toujours plus stressés et non considérés qui effectuent leur travail avec la certitude de le bâcler et culpabilisent de mal servir leurs clients. Qu'on ne nous parle pas de santé et sécurité au travail, on en est loin encore si La Poste n'ouvre pas la porte du débat constructif qui bénéficierait autant à La Poste qu'aux agents et aux usagers. Ne nous leurrons pas dans le contexte actuel, il est de l'ordre de l'impossible d'effectuer un travail sérieux de qualité et de proximité.

Dans cette optique, la section CGT FAPT locale se mobilise toujours plus pour faire avancer les choses dans le bon sens et pour tous !

  • Une date pour la commission de suivi du dossier Saint-Gaudens est datée au 04 juin à 9h00. Il nous appartient à tous de faire remonter nos remarques et dénoncer les abus (voir par exemple dernier article relatant la remise en cause du droit de grève) et autres dysfonctionnements vécus depuis la reprise du travail après grève. La Poste essaie par tous les moyens de nous diviser, montrons lui que c'est peine perdue ! Dans la foulée, nous avons programmé une réunion des syndiqués à 14h.
  • Une autre date est retenue au 06 juin puisque nous avons demandé à être reçus pour une bilatérale sur le projet de réorg du bureau de Montréjeau. Nous irons donc à la rencontre des agents pour faire le compte rendu de la plénière de lancement (dispo sur ce lien) pour savoir où ils en sont et s'ils ont besoin d'appui ou de faire remonter des choses.

Il est dans l'intérêt de tous de se serrer les coudes et de participer activement et à son échelle à la défense du collectif, de ses droits et libertés. La CGT a prouvé maintes fois qu'elle est capable de rassembler et mobiliser les agents autour d'un cahier revendicatif étoffé et de gagner comme ça a été le cas à Saint-Gaudens. Gardons à l'esprit que c'est par notre travail et notre professionnalisme que le facteur est la deuxième personnalité préférée des français. Nous leur devons énormément et il nous appartient de répondre à leurs besoins en défendant ce qui fait la beauté de notre métier, le lien social de proximité et le service de qualité dans un engagement de service public.

Il s'agit par là même de prendre nos affaires en main et lutter ensemble pour ne pas que La Poste impose "le tout marchandisé". A l'heure où le gouvernement accélère les réformes destructrices et anti-sociales, passe en force et maltraite professionnels et usagers par son mépris affiché et décomplexé de ceux qui luttent encore pour des droits nouveaux ou conserver un semblant de dignité, les plus riches bénéficient d'une tranquilité à toute épreuve à faire ce qu'ils veulent et voler les français (la France numéro 1 mondial pour payer ses actionnaires) sans pour autant investir un sous pour faire redémarrer l'économie. Dans un même temps, ce même gouvernement invite les moins riches à faire des concessions et à se serrer toujours plus la ceinture pour... le bien commun. Une supercherie nationale qui ne trouve pourtant pas réponse à sa hauteur. Les français seraient-ils devenus sourds et aveugles à ce point ? Il y a pourtant d'autres alternatives, à nous de les porter !

Et si nous commencions la révolution par le Comminges ?

En fin d'année vous aurez l'occasion de vous exprimer, votez CGT ! Vous pouvez aussi vous syndiquer, notre force c'est vous, votre force c'est nous !

Note de la section :

Il faut saluer la rapidité d'esprit et l'humour d'une personne qui nous tient à coeur qui a tourné en dérision le recours à un nutritionniste à La Poste, en fait c'est : "pour mieux faire digérer les réorganisations". Bien joué, fallait y penser ! #pimpmyvibe

Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 20:49
Bientôt du nouveau contenu dans le blog !

Si nous vous tiendrons au courant de l'actualité postale dans de prochains articles, il convient de vous signaler aussi que nous allons créer un JT de la section qui paraîtra mensuellement dans le blog.

Au programme,

  • de l'info concernant l'évolution de la situation postale en Comminges,
  • des explications sur notre métier pour que tout le monde puisse mieux comprendre nos revendications,
  • un bulletin spécial destiné aux usagers leur apportant plus de renseignement,
  • nous pourrons bien entendu répondre à vos questions posées sur le  courriel : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
  • envisager un micro-trottoir de temps à autre
  • des interviews, etc...

Nous verrons les détails par la suite, le JT ne devrait pas durer plus de 5 minutes, nous n'en sommes qu'aux prémices du développement, les idées fusent, il faudra tout recouper.

Tout un programme donc, le JT porte déjà un nom : "Le Remu-Comminges", pour la petite histoire, nous avons tout simplement repris l'idée d'un édito retraçant l'activité militante d'il y a quelques années à des camarades en fin d'activité maintenant.

Ou comment faire du neuf avec du vieux !

On travaille déjà à la conception de la première édition, en espérant que ça vous plaira et surtout que vous ayez l'info de manière plus attractive et enfin que ça donne des idées à d'autres cellules d'échanger sur leur boulot.

Restez connectés !

Repost0
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 10:23

En ce début de semaine, les facteurs sont toujours sur le front.

Sachant qu'aujourd'hui La Poste n'enverrait pas de médiateur pour négocier sur place, nous avons décidé de nous réunir à domicile pour nous organiser et nous plancher sur l'organigramme prévisionnel de la réorganisation.

Il s'agit de noter tous les détails laissant apparaître des zones d'ombre, des questions auxquelles nous devons avoir des réponses et vite pour construire un projet abouti.

Pour le moment La Poste ne nous a toujours pas remis les documents nécessaires. Nous bataillons depuis le début pour avoir ne serait-ce qu'un bilan des tournées afin de comprendre comment La Poste a réussi à comprimer autant notre temps de travail et ainsi justifier cette nouvelle réorganisation. Le problème étant qu'au niveau chiffre justement, si on fait tous les calculs en n'omettant pas le temps de décasage ou de chargement par exemple, ça ne passe pas ! La magie du papier ne fonctionne plus, on ne peut vraiment pas imposer quelque chose en trichant, quelle image renvoie t-on ? Alors qu'on nous demande d'être réglo, de faire un pas... à un moment donné, faut arrêter de nous prendre pour des cèpes !

Ceci étant, encore une matinée bien remplie, pleine de volonté et d'idées constructives. Le groupe créé n'a jamais été aussi complémentaire, il est regrettable que l'ensemble du personnel n'ait pas réussi à voguer sur le même courant.

Nous avons donc décidé d'une dernière tentative afin de rallier le reste du personnel à notre cause qui est aussi la leur. A échanger avec ces agents, en ressort les mêmes attentes, les mêmes problèmes, les mêmes colères. Pourquoi alors ne sont-ils pas dehors à nos côtés diriez-vous ? Pour plusieurs raisons et par respect nous n'épiloguerons pas !

Toujours est-il que, malgré tout, les grévistes souhaiteraient que l'unité l'emporte, c'est sur cette note que nous avons rédigé la lettre ouverte ci-dessous, non pas parce qu'on est aux abois, mais parce qu'après plus de 4 semaines à lutter pour le collectif et que les choses n'avancent pas terrible, il serait temps que tout le monde prenne conscience qu'il faut donner des actes à ses paroles.

 

 

 

 

 

  • Voici la lettre ouverte des grévistes :

 

LETTRE OUVERTE AU PERSONNEL DISTRIBUTION D’ASPET ET SAINT-GAUDENS NON GREVISTE…

Depuis les 21 et 27 septembre, nous sommes en grève contre un projet de réorganisation qui a déjà montré sa nocivité avant sa mise en place.

Nous avons fait ressortir plusieurs points, des zones d'ombre qui démontrent les incohérences de ce projet et qui confirment le fait que pour les facteurs comme les usagers, ça ne sera pas viable dans les temps impartis par exemple.

Pour rappel, dès le début du conflit nous avions fait passer un tract vous appelant à la mobilisation.

Maintenant, il en va de la responsabilité de chacun d'affirmer ses positions et d'être en phase avec ses propos. Nous avons tous des raisons valables pour ne pas faire grève mais nous avons chacun trop à perdre pour rester passif. Nous sommes tous dans le même bateau et La Poste le saborde toujours plus à chaque réorganisation !

Nous savons que la majorité d'entre vous est contre ce projet, nous soutient virtuellement, mais ça n'est pas suffisant à ce jour. La Poste se rit de la situation prétendant que nous nous amusons de notre côté et que vous êtes prêts à jouer le jeu du vôtre, à vous de montrer que la Direction a tort, ou pas… !!!

Pour arriver à faire reculer La Poste et inverser la tendance, il faut que tout le monde soit dehors ! Rejoignez-nous pour accélérer les choses, nous avons tous à y gagner !

Nous avons réussi à créer un collectif solidaire, il ne vous reste plus qu'à l'intégrer.

100 % dehors c'est un protocole de sortie de conflit correspondant à nos attentes communes.

Il n'est jamais trop tard pour réagir, quoi qu'il advienne, nous, nous ne lâcherons pas !

Rester passif c'est adhérer au projet ! Soyez solidaires !

Les facteurs grévistes

Soyons clair à ce propos, cette lettre ouverte est un cri du coeur, rien d'autre. Elle a pour but de faire réagir et d'amener à la réflexion. Toute autre spéculation en convenance ne serait qu'illusoire. Les agents l'ont écrite et votée pour être délivrée à leurs collègues.

 

  • Passons à l'audience accordée à une délégation de grévistes auprès du Directeur de la DSCC. Pas grand chose à dire, on va faire court, on n'a plus le temps de perdre du temps...

En bref : mauvaise foi, reculades, inconsidération, incohérences douteuses et stagnation. A se demander à quoi cela sert de se déplacer jusqu'à Toulouse. La prochaine fois on déroule le tapis rouge et on fera venir la tête d'affiche !

Pour la note, nous ne détaillerons pas. Trop de notions techniques parfois des interventions incompréhensibles justifiant le souhait de ne pas dialoguer plus. Ce qu'il faut savoir c'est que le Directeur campe réellement sur ses positions en accusant les grévistes de faire perdre du temps et à tout le monde et "d'user certains de ses collaborateurs". Quelle ironie !

 

 

 

Que faut-il donc envisager maintenant pour qu'enfin on nous entende réellement ? Il va falloir passer à la vitesse supérieure, nous n'en doutons pas, peut être serons nous rejoints par des collègues qui auront enfin compris où est l'important ou peut être que La Poste saisira la perche que nous lui tendons depuis si longtemps. Nous verrons demain, le mouvement est reconduit, un protocole doit nous être transmis, on en saura plus à ce moment là.

D'ici là, nous vous remettons la vidéo "les facteurs s'adressent à vous !" qui devient plus que populaire sur les réseaux sociaux (ici :https://www.facebook.com/CGTFAPTComminges/videos/vb.387169498147297/720481464816097/?type=2&theater&comment_id=721639254700318&notif_t=video_comment&notif_id=1508776353762112)

Repost0
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 21:15

Des sociétés qui nourrissent en leur sein des millions et des millions de chômeurs risquent de s’effondrer. La violence menace, la capacité industrielle est durablement atteinte, le tissu social se déchire. A terme, la démocratie elle-même est en cause.

Michel Albert

Recentrer l'humain au sein de notre société : faire la peau au monde de la finance !

Encore de quoi méditer tranquillement sur l'actualité pour s'organiser en conséquence.

En fouillant sur internet, en lisant les journaux indépendants, en vous renseignant auprès de vos UL, il n'est plus possible d'ignorer ce qu'il se passe et de ne pas comprendre qui sont les réels casseurs du système.

Trop longtemps on a laissé passé, trop longtemps on a abandonné la rue et laissé filer nos droits et libertés.

Critiquer la lutte, injurier les militants, stop ! Ouvrez les yeux, la réalité est frappante ou enfoncez vous encore plus dans l'ignorance. Le problème c'est que tôt ou tard, vous serez touchés et vous serez bien contents d'être soutenus par des "connards" de la CGT !

Rester insensible aux violences endurées et à la précarité toujours plus présente dans le monde du travail, c'est refuser d'admettre la réalité, c'est se retrancher derrière ses peurs, c'est ne pas se montrer citoyen et responsable !

Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 22:45

Saison 2 Episode 1: Le scandale de l'évasion fiscale, révélations sur les milliards qui nous manquent Les journalistes Valentine Oberti et Wandrille Lanos ont obtenu le témoignage d'Hervé Falciani, l'ex-informaticien de la banque HSBC Genève qui avait quitté l'établissement en 2008, emportant avec lui la liste des clients. Trois disques durs remplis de noms, d'adresses et de numéros de comptes révélant l'identité de tous ceux qui fraudent le fisc en cachant leurs avoirs en Suisse. Menacé de mort et placé sous la protection de la police, l'homme livre sa vérité sur l'évasion fiscale. Accusé de vol de données par la justice suisse, il avait choisi de partager la liste avec les services fiscaux de Bercy. Mais certains acteurs du dossier accusent le gouvernement français d'avoir fait entrave au bon déroulement de l'enquête. Cash investigation revient aussi sur le cas des entreprises «fraudeuses» implantées en France. Elise Lucet France 2 #cashinvestigation

Saison 1 Episode 5 (partie 1): Paradis fiscaux, les petits secrets des grandes entreprises Comment les grandes sociétés échappent-elles à la «rigueur» qu'impose le monde économique actuel ? Filiales, sociétés écrans, montages comptables sophistiqués : elles ont développé de nouveaux moyens de réduire artificiellement leur facture fiscale, le tout avec la bénédiction des autorités locales. Elise Lucet France 2 #cashinvestigation

Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 22:37

Ils ne connaissent pas la crise. Ils gagnent toujours plus d'argent. La rémunération des actionnaires explose. En 2013, elle a atteint le montant historique de deux cents milliards d'euros en France. Pour arriver à de telles sommes, les grandes entreprises françaises ont recourt à des stratégies et des méthodes difficilement avouables. Plans sociaux, licenciements, pressions sur les salariés, certaines grandes entreprises sont prêtes à tout pour dégager toujours plus d'argent au profit de leurs actionnaires. Ce sont parfois ces mêmes entreprises qui bénéficient d'aides publiques massives. Pendant un an, de Hénin-Beaumont à Toronto, en passant par Londres et Boston, Edouard Perrin a tenté de remonter les circuits financiers pour révéler qui s'enrichit derrière les plans sociaux et fermetures d'usines en France.

Elise Lucet
France 2
#cashinvestigation

Repost0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 22:00
Salariés détachés, salariés sacrifiés

Caroline Constant Mardi, 22 Mars, 2016 L'Humanité

Cash Investigation : salariés à prix cassés. sue France 2, ce soir à 20 h 55 Cash Investigation se penche sur la situation scandaleuse des salariés européens détachés, surexploités et sous-payés au mépris de toutes les lois françaises et européennes.

On ne le dira jamais assez : l’arrivée de Cash Investigation dans le paysage médiatique n’en finit pas d‘être une bonne nouvelle. Aujourd’hui, Élise Lucet et ses acolytes dénoncent le phénomène des salariés dits détachés. Soit une réalité sociale qu’on connaît sans la connaître, hélas, dénoncée régulièrement par l’Humanité et l’Humanité Dimanche.

Un « salarié détaché », c’est un salarié européen qui va venir travailler sur un chantier français. Il est censé y être nourri et logé, et toucher un salaire. Ses cotisations sociales sont censées être payées à son pays d’origine. La directive, explique Cash Investigation, existe depuis 1996. Depuis, le nombre de ces salariés a explosé : ils seraient aujourd’hui 230 000 ; 230 000 salariés à vivre dans des conditions indignes, sous-payés, voire pas rémunérés du tout, y compris sur des chantiers d’État. Preuves à l’appui, témoignages face à la caméra, Élise Lucet et ses journalistes démontent, pied à pied, ce système d’esclavage moderne où les ouvriers, beaucoup employés par le BTP, font « des horaires de forçats », et dont les cotisations sociales ne sont pas payées. Autrement dit : ils espéraient trouver de quoi nourrir leurs familles, et quand ils finissent par rentrer chez eux, souvent après plusieurs d’années d’exploitation, leur situation sociale est explosive. Et ces hommes, puisqu’il s’agit beaucoup d’hommes, sont bien amers. D’autant que, pendant ce laps de temps, « l’obligation » d’être logés se résume bien souvent à des mobil-homes absolument pourris. Mais à qui profite cette exploitation ? Qui en tire les ficelles ? Entre les économies réalisées sur les salaires grâce à des montages ahurissants, celles réalisées sur le logement, et le non-paiement de ces cotisations sociales, certains s’en mettent plein les poches. Cash Investigation estime à 11,3 millions le manque à gagner pour l’État français. Élise Lucet épingle ainsi Atlanco, une « multinationale du détachement frauduleux ». Une société fantôme, qui part recruter à l’étranger, qui inonde l’intérim du BTP, mais aussi le secteur agroalimentaire et la métallurgie. Son créateur est un ancien joueur de hockey qui a ainsi amassé une fortune considérable en réduisant ses semblables quasiment en esclavage. La justice, ici et ailleurs, tente de coincer ce fameux Michael O’Shea sans jamais y parvenir. La boîte change de nom, exile ses sous dans des paradis fiscaux. Ne paie évidemment aucun des impôts auxquels elle est soumise. Mais pourquoi avoir recours à ces sociétés, alors ? Là aussi, Élise Lucet et ses enquêteurs montrent un je-m’en-foustime de la part des autorités complètement désarmant. Pour ne pas dire scandaleux et révoltant. Du chef d’un chantier qui construit un méthanier, au chantier de l’EPR de Flamanville, la première réponse est un étonnement feint. La seconde consiste à se protéger par un « je ne savais pas » ou « tout est normal ». Après deux exemples flagrants sur ces chantiers, l’enquête se mène du côté du transport routier. Transport routier complètement démantelé, en France, par l’entrée sur le marché de concurrents moins chers, beaucoup moins chers, et corvéables à merci. Encore une fois. Avec des conséquences en cascade : sur le droit du travail, les rémunérations, l’emploi en France dans le secteur… et le trafic routier.

En bref, on ressort essoré de colère après ces presque deux heures de diffusion. En rage. Mais avec le sentiment que si ce genre de situations était davantage connu, les citoyens pourraient aussi agir sur ce levier. Et faire en sorte que plus jamais on n’admette que sur un chantier, ou ailleurs, se côtoient des situations sociales aussi inadmissibles, que des gars puissent être laissés sans protection. Et que les méchants soient poursuivis, coûte que coûte, puisque désormais… on sait.

Un scandale, une main d'oeuvre ultra précaire moins chère travaillant plus, par nécessité... Un reportage à voir, une honte !

Repost0
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 20:51
La question du travail et du patronat en vidéo

Gérard Filoche explique ! Le chômage est voulu !

Fokus : a-t-on vraiment besoin de patrons ?

Repost0
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 19:26

La sécu, la retraite par répartition, les comités d'entreprise, les conventions collectives, la règlementation des heures supplémentaires, la médecine du travail, c'est lui !

Voilà un vrai ministre du travail, près du peuple, qui a oeuvré pour le peuple et non pour les intérêts de groupes financiers ou le grand patronat !

Militant CGT, secrétaire général de la Fédération CGT des travailleurs de la métallurgie et ministre du Travail et de la Sécurité sociale de 1945 à 1947.

Repost0
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 11:57
Destruction du droit du travail : le grand renversement

Prenez le temps de regarder, 15 minutes pour mieux comprendre.

Repost0