Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • OB1Kenobii
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

Le délégué syndical

https://youtu.be/s4ADdV-HxIw

30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 10:39

Une fois de plus, La Poste, dans son élan de casse du service public, a dû revoir sa copie. Mais les comptes ne sont toujours pas bons !

C'est en effet un désert public en ce qui concerne l'implantation des bâtiments postaux et un jeu absurdes des chaises musicales : fermeture du bureau d'Aurignac, les facteurs sont donc rapatriés sur Saint-Martory, la moitié des effectifs de Cazères idem. Par contre les facteurs du Fousseret sont déplacés sur Cazères. Quelle tambouille !

Rajoutez à cela 10 positions de travail supprimées, au ressenti des agents ce sont pas moins de 7 tournées qui sont réparties sur l'ensemble des autres. La Poste a aussi voulu continuer dans l'innovation en instaurant des tournées portage de repas (expérimentation sur 3 ans).

Les agents ont fait massivement des requêtes et 5 tournées ont été accompagné en septembre (6 mois après la mise en place) dans un premier temps sur Cazères et Saint-Martory, en test. La Direction ne comprenait pas leur détresse, pour elle, les agents "n'avaient pas la cadence et c'est normal au début".

Le Département CGT FAPT a déclenché une alerte sociale en raison de nombreux burn-out et tensions entre cadres et agents. Entre temps, en audience, les négociations n'avançaient pas. Rappelons au passage que les postiers ont eu le soutien des élus et d'autres agents lors d'une grève devant le bureau de Saint-Gaudens le 30 mars, mais là aussi, les élus n'arrivaient pas à se faire entendre auprès du représentant de la DEX Occitanie (entendez le patron de notre patron).

Une seule directive : le service public postal en milieu rural ne doit pas faire exception à la ligne de conduite imposée par La Poste même si cela laisse des gens sur le carreau. Ce qui compte c'est de rentabiliser !

Les 5 tournées accompagnées ont pourtant révélé un écart considérable entre le travail prescrit et le réel quotidien des postiers. Elles dépassaient en effet, toutes, de plus d'une heure. Après la remise en question du travail des agents, c'était maintenant l'excuse des différentes mise à jour du logiciel qui a permis de réorganiser les tournées... Mais qui l'a donc mal fait.

"Il y a eu 6 mises à jour entre la mise en place, les différentes négociations et l'accompagnement", voilà donc le fautif, ce satané logiciel ! Et si les agents n'avaient rien fait remonter, bah, ça passait crème !

Le 5 octobre, les services ont fait grève à 80% après les accompagnements donc. En résulte une victoire pour les agents : la recréation d'une tournée sur Cazères et 2 sur Saint-Martory ainsi qu'une bonne avancée, les facteurs sont en renfort depuis lors (les deux secteurs sont effectués par des moyens supplémentaires).

Nous constatons encore que si on laisse passer les choses, les seuls gagnants de l'histoire sont ceux qui accentuent la casse, qui l'approuvent et qui la mènent. On parle énormément de violence en ce moment, d'autant plus durant cette crise sanitaire, mais cette violence existe depuis la nuit des temps :

Hé oui, la violence dans le monde du travail est un réalité quotidienne à laquelle il faut faire face car si on la laisse trop longtemps s'installer par le biais de réorganisations insensées, de pressions, de discriminations, et bien d'autres biais qui n'ont que pour but de profiter à une élite, il faut s'attendre à ce qu'elle engendre un retour de bâton.

La différence c'est que nous luttons pour un bien commun, de meilleures conditions de travail, un service public de qualité et pour la dignité de chacun postier comme usager.

La poste, comme d'autres entreprises, lutte pour ses propres intérêts. Nous saluons la lutte des salariés de la SAM en Aveyron et leur apportons notre soutien !

https://www.touleco.fr/La-CGT-Occitanie-se-mobilise-pour-la-Sam,32610

Repost0
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 21:28

Ca n'est pas de toi dont il s'agit, ça n'est pas de moi, mais il s'agit de nous, il s'agit de tout !

No Use For A Name

Il fallait s'y attendre, après avoir affronté deux lourds conflits depuis 2015 à Saint-Gaudens, La Poste a mis les bouchées double afin de minimiser les "diverses incidences et perturbations" pouvant nuire à son image d'employeur modèle...

C'est désormais par l'intermédiaire de "plans de secours" que La Poste gère les débrayages intempestifs. Autrement dit, il s'agit d'utiliser le personnel présent afin de couvrir une ou plusieurs position(s) gréviste(s). Bien entendu, La Poste restant à la limite de la légalité, ne s'aventure pas à embaucher de l'intérimaire ou couvrir des tournées dans leur intégralité (quoi que...). Non, voyez plutôt l'aspect : "toi t'as surement besoin de pognon, ben alors aujourd'hui tu feras des heures sup !". Que l'agent le veuille ou non c'est pareil le plus souvent on ne leur laisse pas le choix.

Sauf que légalement, La Poste n'a pas à imposer d'heures supplémentaires (encore moins pour effectuer du travail de gréviste), un délais de prévenance de 48h est de rigueur en temps normal. Ainsi, il appartient aux agents de respecter le choix de leurs collègues et donc le droit de grève tel qu'il est inscrit dans la Constitution.

Or depuis peu, ces plans de secours deviennent récurrents lors de grèves même ponctuelles. Il semblerait que La Poste entende cacher à la population ce qu'il se passe dans le service. Qui plus est, les agents prouvent toujours plus leur détermination contrairement à ce que devait penser la Direction, et bien non, malgré plus de 20 jours de grève l'an dernier, nous ne reculons pas lorsqu'il le faut ! Notre porte monnaie ne se porte pas terriblement bien mais notre volonté est plus forte lorsqu'il s'agit de défendre une cause par conviction. Il faut aussi préciser que ça n'est pas parce que l'on va couvrir une position gréviste que la qualité sera au rendez-vous. Comment justifie t-on les choix de distribution dans ces cas ? Toujours pareil, à la tête du client (attention aux entreprises !!!) et à l'urgence de livraison (presse). Mais que fait-on d'un courrier important, d'analyses ou de résultats par exemple ? La Poste fait un choix en rapport avec ce qui lui rapporte. Précisons au passage, avant tout jugement hâtif, que nous sommes peut être postiers mais usagers dans un même temps et attendons aussi du courrier urgent... double peine avec la grève. Mais le sens des priorités fait que si nous voulons continuer à desservir nos clients dans les meilleures conditions, il faut savoir faire des sacrifices pour le bien commun que représente le service public postal.

Avec la mise en place de la distribution pilotée, La Poste marque des points au niveau dissimulation puisqu'elle va habituer les usagers à ne pas avoir de courrier tous les jours, donc, un jour de grève passera forcément inaperçu à leurs yeux à terme... Finement joué ! Si ce n'est qu'encore une fois cela revient à prendre les gens pour des ignorants et ça c'est moyen...

Parlons justement de la distribution pilotée qui marque toujours plus une volonté d'enfermer les "clients" dans de "l'étiquetage" arbitraire et les départager par niveau de classe tout comme peut le faire le gouvernement. C'est en effet un procédé pour le moins discriminatoire puisque La Poste base la distribution quotidienne d'un quartier ou d'une entreprise sur une moyenne mensuelle de volume courrier (tiens, ça rappelle quelque chose ça les moyennes...). Comprenez qu'il s'agit de livrer tous les jours des points de remise en respectant tout d'abord les plis urgents (lettres prioritaires / timbre rouge en J+1 que La Poste nous incite à ne plus vendre, on comprend mieux pourquoi aujourd'hui) et dans un deuxième temps, des points de remise identifiés, pesés en fonction des plis distribués sur un mois et convenant à une variable d'ajustement pré établie.

Effectivement, La Poste montre bien ses ambitions à faire passer coûte que coûte le message à ses agents qu'il est inutile de lutter et tente de les isoler dans le fatalisme et l'individualité. Ces agissements sont dignes de patrons voyoux qui n'assument pas l'échec de leur stratégie organisationnelle et qui ne savent pas même vers où ils vont. Les dés sont pipés d'avance de toute façon puisque la réglementation du marché du travail passe par les lubbies, caprices et besoins des actionnaires ou de la finance. Pour endiguer ce phénomène de rouleau compresseur implacable, il faut construire un rapport de force à la hauteur et sensibiliser toujours plus autour de nous afin que les positions et choix des grévistes soient respectés.

[Par la grève, un salarié défend ses intérêts mais aussi celui de ses collègues. Il est important de se préserver les uns et les autres en faisant preuve de respect mutuel et d'humilité. La Poste n'a jamais puni un agent parce qu'il ne souhaitait pas effectuer d'heures sup en effectuant du travail de gréviste, si tel était le cas, la réponse de la section CGT FAPT serait à la hauteur de l'attaque. Pour nous agents, un seul mot : "solidarité".]

  • Par ce billet, les syndiqués CGT FAPT et les sympathisants grévistes appellent l'ensemble des agents fonctionnaires, CDI, CDD ou intérimaires à adopter une attitude ferme respectant le droit constitutionnel que représente la grève. Nous ne saurions dénigrer un agent qui souhaite effectuer des heures supplémentaires en temps normal (tournée à découvert, absence inopinée etc...) mais si nous acceptons que La Poste commence à mettre un pied dans ce cadre légal, c'est laisser la porte ouverte aux abus et signer par avance notre propre défaite.

Enfin, en utilisant le personnel présent, en exerçant une sorte de contrainte voire de chantage, c'est aussi bénéfique pour La Poste étant donné qu'elle ne paiera ni l'agent absent ni le personnel disponible (FQ le plus souvent puisqu'ils sont sensés rester au bureau). Ce cas de figure revient à effectuer du travail dissimulé et c'est bien entendu puni par la loi.

Vous le voyez donc, il existe plusieurs moyens pour ne pas se laisser embourber dans un jeu de dupe. La Poste tout comme d'autres employeurs n'hésite pas à réquisitionner des agents pour effacer toute trace de résistance quitte à leur faire avaler n'importe quoi, par là même elle tente de décourager ceux qui luttent activement en se servant du "diviser pour mieux régner" mais nous valons tous mieux que ça et ne sommes justement pas dupes !

La question est camarade postier, comment appréhendes tu le devenir de ton métier ? Comment voudrais tu le voir évoluer ? Parce que c'est par ton travail quotidien que La Poste continue à tenir debout, par ta volonté, ton attachement au métier ou à ta clientèle, ou encore par ta sur-implication qui n'est pas reconnue telle qu'elle le devrait.

C'est en ce sens que s'inscrit la lutte de la section CGT FAPT, dans la vision d'apporter un mieux au collectif ne se limitant pas qu'aux simples syndiqués mais bien à l'ensemble des agents. De nombreux moyens sont à notre disposition pour faire valoir nos revendications, la grève en est l'aboutissement mais n'est en rien une prérogative ou une solution systématique. Nous savons nous organiser et l'avons déjà prouvé maintes fois à Saint-Gaudens.

Si tu ressens le besoin d'en savoir plus, si tu as peur d'éventuelle répercussion ou si l'avenir proposé par La Poste ne se rapproche pas de tes convictions, syndique-toi ! Mais bon ne t'inquiète pas, si tu as besoin on sera là pour couvrir tes arrières quand même car nous ne sommes pas sectaires bien au contraire. Donc n'hésite pas et surtout fais marcher ta cervelle et ne te laisse pas faire !

 

#lagrevecestpournoutous

#laforceestentoi

#onlâcherien

#çavabientôtpéter

#serronsnouslescoudes

#c'estpasnousquonvaylaisserdesplumes

#abonnezvous

#leshéroscestvous

#leszéroscesteux

#soyezpasdescasseursderêve

#onnestpasdesmoutons

#tenaspasmarredetenprendrepleinlagueule

Repost0
19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 17:38

Quand un peuple ne défend plus ses libertés et ses droits, il devient mûr pour l'esclavage.

Jean-Jacques Rousseau

Conformément à sa stratégie visant à récupérer toujours plus de productivité et rentabiliser au maximum le service de distribution, La Poste met en place dès ce mardi une nouvelle organisation du travail qui va provoquer de nouvelles perturbations dans le quotidien des facteurs mais surtout des usagers.

Avec la mise en place de la distribution pilotée, La Poste enterre définitivement le J+1, les produits seront desservis selon un système de zone de distribution (voir article précédent : "les raisons de la colère") ce qui va entraîner un changement radical dans les boîtes aux lettres et les habitudes créées par le lien postier / usager.

Les dangers d'une privatisation complète du courrier se font de plus en plus entrevoir. La distribution finira, à terme, par devenir un luxe réservé à une clientèle pouvant y mettre le prix. Le principe même de la distribution pilotée est de faire des économies en outrepassant les engagements contractés avec l'Etat. Tout est permis quand il s'agit de gonfler les profits ou les poches des actionnaires.

Ce qu'il faut comprendre c'est que les facteurs seront soumis à des contraintes horaires strictes et devront jongler entre les différentes zones de distribution afin de ne pas prendre de retard et finir dans les temps (refus de payer des heures supplémentaires, horaires collectifs imposés). Finir dans les temps oui, mais pas pour tous. A la différence des facteurs, les intériméraires pourront eux, faire des heures supplémentaires, donc dépasser l'heure de fin de service s'ils n'ont pas fini. Le service rendu dispose déjà d'une différence de traitement. C'est en effet l'agence d'intérim qui paiera ces heures sup. Cela prouve bien que La Poste se fiche de la qualité de service, mais pas des petites économies...

Quelles conséquences sur le lien social existant ?

Il n'y en aura tout simplement plus, les postiers étant pressés par le temps, ils pourront peu ou plus prendre le temps de renseigner ou d'attendre au portail sous peine de pénaliser les usagers de fin de tournée. De plus si jamais le facteur constate à un certain endroit qu'il a pris du retard, il se retrouvera devant un dilemne : soit il continue mais ne pourra pas aller jusqu'au bout (contrainte de temps), soit il fait l'impasse sur une zone pour pouvoir avancer dans la distribution et inversement, une vraie usine à gaz ! Ne parlons même pas des habitations éloignées qui n'auront peut être qu'une seule fois du courrier par semaine... Plus question de s'embarrasser d'une conscience professionnelle ou alors c'est le burn out assuré...

Les usagers deviennent des numéros soumis au bon vouloir de la distribution, les postiers des sortes de robots multi-servics en devenir. Une qualité de service toujours plus détériorée, la remise en question d'une distribution quotidienne de tous les objets, la remise en cause du lien social sont autant de conséquences de la casse du service public postal.

La seule véritable raison tolérée mais surtout fortement recommandée pour "perdre du temps" chez le client sera de réaliser un contrat, vendre des produits et proposer différents services. Donc vous l'aurez compris, aller chercher du fric... Le lien social se transforme en lien pécunier, les usagers des vaches à lait en puissance, triste réalité de la volonté des grosses entreprises à déshumaniser le travail. Le temps c'est de l'argent !

On peut se poser la question sur la distribution de la presse quotidienne qui elle aussi est remise en cause par la nouvelle organisation. Que veut-on réellement ? Au lieu de renforcer son fonctionnement, La Poste l'ébranle toujours plus et ouvre toujours plus la voie au mécontentement.

Une réorganisation dans les clous ?

Encore une fois nous déplorons que La Poste nous mette devant le fait accompli sans même et malgré de nombreuses interpellations nous apporter les éléments nécessaires afin que chaque agent puisse voir clairement et concrètement le travail qu'il va devoir effectuer. La Direction n'a pas réuni l'ensemble du personnel pour expliquer leur prochaine mission.

La fiche de poste, l'organigramme de la journée, le bulletin d'itinéraire sont autant d'éléments qui nous manquent pourtant essentiels afin de faire remonter tout dysfonctionnement. En plus des difficultés que nous rencontreront en effectuant les tournées, La Poste a tout simplement omis de répondre à la principale préoccupation des agents à savoir la prise en compte du réel. Dès demain nous avancerons donc à l'aveugle en faisant bêtement ce qu'on nous a pondu à l'arrachée... Mais il n'est pas question de laisser faire.

Une interrogation persiste aussi dans le fait que La Direction nous a affirmé ne pas prendre en compte la baisse de trafic et donc de rester sur les mêmes chiffres que la précédente organisation. Or, il se trouve que nombre de tournées ont été allongées alors qu'elle étaient comptées bonnes ou qu'au contraire La Poste leur devait du temps. Comment expliquer alors qu'on puisse rajouter une charge supplémentaire dans ces conditions ? La Poste le fait pourtant, une vraie escroquerie, les agents se sentent une nouvelle fois trompés et la qualité de service n'a pas fini de dégringoler...

Après plusieurs prises de parole les choses ont pourtant bougé, deux des CDI prévus pour juin ont été avancés au 1er avril (en espérant que ça ne soit pas un poisson)... Comme quoi !

Pourquoi ça passe alors ?

La grève de septembre / octobre 2017 a montré les limites d'acceptation de la plupart des agents des bureaux de Saint-Gaudens et d'Aspet. Conscients que leur métier allait prendre un chemin de non retour, le projet géré de façon hasardeuse et sans réelle écoute, cela a suffit à lancer le mouvement.

Aujourd'hui, nous ne sommes pas plus avancés, bien au contraire, nous avons tapé dans la fourmilière mais il faut toujours partir à la pêche aux infos pour savoir comment nous allons être mangés, cela devient problématique et ça a surtout tendance à nous faire grincer des denst. Encore aujourd'hui règnent des zones d'ombre et certains agents ont pu constater qu'on leur vendait souvent plusieurs sons de cloche. Les cadres et la Direction en passant par le chef du projet, autant de versions soit ambigües, soit pas complètes, soit différentes etc...

On a réellement le sentiment de partir droit dans le mur ! Les "habitués" de la bagarre sont sur les starting-blocks, d'autres commencent à sortir les crocs gentiment, d'autres encore sont totalement déboussolés mais une chose est sure, si la prise de conscience a du mal à émerger, elle ne tardera pas durant les premiers jours qui seront, nous en sommes convaincus, catastrophiques. En gros, les agents commencent à parler, ils savent que les réorganisations ont leur lot de "pétage de câble" et ils appréhendent la suite plus que d'accoutumé. Pas de fatalisme mais pas non plus d'optimisme.

Nous sommes convaincus que les agents ne tarderont pas à rejoindre le débat, le rapport de force pouvant inverser la tendance, nous avons tous à y gagner !

Nous rappelons ici que la meilleure façon de couper court au débat c'est de créer la division, quoi de mieux que d'accentuer les inégalités entre agents pour créer un climat de tension. Ce jeu de la division a toutefois une date limite et se retourne obligatoirement à un moment donné. A certains moments de la vie, nous pouvons tomber dans les tréfonds de l'individualisme, attirés par ce que nous pourrions gagner à rester docile, ou en faisant preuve de zèle. Cela n'apporte rien à terme puisque nous sommes tous embarqués dans la même galère mais c'est la nature de l'homme, l'instinct primitif de survi...

Le 22 mars nous aurons moyen d'exprimer notre colère en faisant grève et en allant manifester pour défendre le service public, notre devenir. Rester chez soi ou râler dans son coin n'est pas la solution, tous dans la rue pour défendre nos droits et libertés !

 

  • Dans le cadre du préavis local, notre section sera reçue le 21 mars à 15h.

 

  • Une réunion des syndiqués se tiendra le mardi 27 mars à 14h


 

La note de la section :

Cela fait déjà plusieurs fois que nous recevons des mails haineux ou remplis de leçon de vie ou encore de mécontents qui ne supportent ni les grèves ni les syndicats. Simplement de leur répondre, soyez en phase avec vos propos et refusez donc les avancées et autres concquis obtenus par les luttes, à ce moment là on pourra commencer à vous considérer à votre juste valeur et on pourra discuter. Merci !

Appel ds facteurs partout en France, ces réorganisations ont un but final...

Appel ds facteurs partout en France, ces réorganisations ont un but final...

Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 19:25
*La Poste Saint-Gaudens, les raisons de la colère !*

Au bout du compte, ce qui donne la mesure d'un être humain, ce n'est pas son attitude lors de moments agréables, confortables, mais celle qu'il adopte à l'heure des défis et de la controverse.

Martin Luther King

Dans le cadre de la journée nationale d'action du 22 mars, notre section dépose un préavis de grève local sur les points suivants :

- Le comblement de l’ensemble des postes vacants par la requalification en CDI de tous les contrats précaires (CDD, Intérim, contrat pro, alternant...) qui le souhaitent

- L'arrêt immédiat de la distribution pilotée

- La prise en compte des charges de travail réelles, notamment pour les imprimés publicitaires et le PPI, le paiement ou la compensation du travail supplémentaire réalisé et la création des emplois correspondants

- Pas de pause méridienne à St Gaudens

- Le comblement de poste à l’aplomb de la bascule tel qu’il est écrit dans le protocole

- Prise en compte des prestations dans la charge de travail

- 2.1 grade de base qui passe par la promotion de tous les 1.2

- Prise en compte de la santé au travail et du stress en mettant l’humain au centre de l’organisation de travail

I) La mise en place de la distri pilotée signe la mort programmée du métier de facteur. Non seulement la mission de service public ne s'effectuera plus 6 jours sur 7 comme le veut l'engagement poste - Etat mais les tournées étant conséquemment chargées seront distribuées selon des zones de distribution prédéfinies. Fini de voir le facteur passer tous les jours même pour une lettre, parfois vous le verrez passer... à vide sauf exception si vous avez de quoi payer !

EXPLICATION :

La distri pilotée est une nouvelle méthode permettant d’adapter la distribution à la date limite de livraison des différents produits afin de supprimer du temps de travail sur les tournées. Le flux courrier quotidien d’une tournée est divisé en trois parties, A, B, C en fonction de la priorité des produits. Ainsi la partie C est distribuée tous les jours alors que les parties A et B sont distribuées alternativement. Le courrier entreprise par exemple sera traité en partie C, considéré comme prioritaire.
C’est la remise en cause de la distribution 6 jours sur 7 dans les boîtes aux lettres, le courrier prioritaire classé en A ou B n’arrivant à destination qu’un jour sur deux. C’est aussi le choix de prioriser ceux susceptibles d’y mettre le prix (les entreprises) au détriment de l’usager lambda, La Poste créé donc des inégalités de traitement considérant qu’il y a plus matière à aller chercher de l’argent chez les professionnels.

Mieux que ça, sachant que les tournées vont être remaniées et souvent à nouveau chargées d’une masse de travail supplémentaire, les facteurs n’auront plus le temps de « prendre le temps ». Travail bâclé et vitesse augmentée se laissent entrevoir car il faudra impérativement avoir fini la distribution pour 13h50 sous peine de sanction… fini ou pas.

En quoi ça vous concerne ? Simplement sur le fait que si un facteur n’a pas fini sa tournée dans son intégralité, il devra aussi prioriser le courrier de la veille et donc délaisser une partie de sa distribution. La gestion de cette situation en plus de la distri pilotée sera catastrophique voire impossible et ne relèvera pas le niveau de qualité de service au contraire.

II) Le comblement des postes vacants devaient se faire à la bascule de la réorganisation et par de l'emploi stable (CDI). Notre section avait porté la transformation des salariés CDD de longue date en CDI. La direction avait assuré que malgré l'appel à candidature et quelques sollicitations auprès d'autres directions, personne ne souhaitait ou ne pouvait venir à Saint-Gaudens donc l'emploi de ces salariés précaires pouvait résoudre la situation. Il n'en est rien, il semblerait que maintenant cela se débloque comme par enchantement.

Le problème est que pour ne citer que cet exemple, la promotion de FSE 2.1 était disputée par deux agents, 1 de Saint-Gaudens déjà FE 2.1 (donc pas de réelle promotion mais simplement un changement de poste) et 1 agent ayant passé un contrat pro dépendant du bureau de Muret. Malheureusement pour ce dernier, sa direction ne souhaitait pas le voir partir et c'est donc le FE qui a obtenu le poste... Revirement de situation, après tout ce cirque, l'agent échaudé est recruté à partir de juin. Bizarre...

Mais voilà, si 2 postes seront comblés réellement qu'à partir de juin, ça n'est pas ce qui était convenu à la signature de l'accord. De même, d'autres positions seront comblées par du personnel précaire. La CGT ne signe pas des accords pour que La Poste continue tranquillement à faire n'importe quoi.

Ainsi puisque certains postes seront comblés qu'à partir de juin, nous exigeons que la bascule à la nouvelle réorganisation s'effectue à ce moment là.

III) L'égalité de traitement de tous les agents et à tous les niveaux devrait être de mise seulement là encore ça pêche. Il y a déjà quelques temps une factrice FE a demandé à être rétrogradée puisqu'elle restait sur le bord de la touche à la mise en place d'une réorganisation et de toute façon la mission de ce grade ne lui convenait pas. Depuis la dernière grève de 2017, un agent FE a réitéré la chose en demandant à changer de poste. Accordé, il se voit attribuer une position de rouleur au back-office (grade 1.3) mais conserve son grade de 2.1. Quid de l'équité ? Comment peut-on justifier ces deux cas de traitement ?

C'est dans cette optique que nous exigeons la revalorisation du grade de base au 2.1.

Dans un tout autre terrain, plus au niveau pratique, les agents se voient menacés de sanction pour le non port des EPI. Pourtant divers dysfonctionnements restent encore "impunis" selon qui est concerné. Nous avons déjà remonté ce grief lors de précédents articles. Il est aberrant que La Poste joue au jeu des divisions pour justifier sa stratégie. Nous ne sommes pas dupes, cette tolérance à l'égard de certains agents ne sert qu'à nous monter les uns contre les autres or la responsabilité légale revient à la Direction. Il serait regrettable d'avoir à interpeller un organisme de contrôle pour farfouiner dans tout ça (le traitement de la PNA par exemple). La Poste n'hésite pas à ne pas honorer certains marchés et à couvrir des dysfonctionnements pour ne pas montrer qu'elle titube toujours plus à chaque réorganisation du fait de privilégier rentabilité et productivité.

IV) L'excellence se cache derrière un mensonge. Depuis déjà plusieurs mois, les postiers travaillant avec leur FACTEO (smartphone) se voient obligés de notifier le pourquoi de la non distribution d'un objet suivi ou d'un recommandé par une DP (Deuxième Présentation). Peu importe si le facteur n'est pas passé, que la tournée était à découvert ou qu'il n'a pas laissé d'avis de passage, l'option obligatoire à cocher est la DP. C'est mentir directement à l'expéditeur et au destinataire afin de préserver les statistiques du bureau pour atteindre les objectifs fixés par la Direction Départementale. Les facteurs pour la grande majorité le font à contre-coeur puisque d'autres options sont disponibles mais ordre est donné de faire ainsi.

Là encore on se rend compte que la qualité est laissée pour compte lorsque ça arrange La Poste.

Pour enfoncer le clou, dernièrement avec la distribution des élection, les facteurs ont dû faire face à jouer le jeu ou écouter leur conscience professionnelle. En effet, comme à chaque fois La Poste ne veut pas reverser l'enveloppe remise par l'Etat pour la distribution des plis électoraux aux agents distributeurs (pourtant paiement d'un travail supplémentaire). Elle impose ainsi de prioriser la distribution des plis électoraux sur le reste de la distribution. Ce qui veut dire, sans précision de plus, que les entreprises ne sont pas concernées à ce moment là par la distributions du courrier, de colis (etc...) alors que les facteurs sont poussés à les démarcher pour ramener de nouveaux contrats. C'est assez paradoxal en ce sens que La Poste n'hésite pas non plus à outrepasser la loi : détention illégale de courrier pour un agent, ça ne pardonne pas c'est la porte assurée mais là ? Autrement dit ce qui est valable pour les uns, les petites mains, n'est pas valable pour les autres, les dirigeants qui peuvent donc dépasser les limites lorsque l'envie leur prend.

V) Heures sup ou pas heures sup ? Depuis déjà plusieurs semaines sont en vigueur les horaires collectifs qui ont pour but de supprimer les dépassements horaires et par conséquent, leur paiement. La fin de service étant à 13h50, les facteurs doivent passer la porte à cette heure précise fini ou pas fini. La mise en place de la distri pilotée est la solution miracle pour ne plus avoir à gérer les dépassements et ainsi justifier de charger toujours plus les tournées.

Cela n'empêchera pas une montée de stress chez les agents frustrés de ne pas avoir accompli leur mission dans son intégralité et laissé de côté plusieurs quartiers pour le lendemain. Cela induira aussi l'augmentation de la vitesse, fera grimper le taux d'accidentologie et surtout la multiplication des erreurs de distribution. En bref, la qualité de service est mise au placard. La Poste compte sur la léthargie des usagers persuadés de ne rien pouvoir faire. A nous de leur montrer le contraire !

 

On va s'arrêter là pour le moment, ça fait déjà beaucoup à digérer. Nous devons être à l'offensive sur tous ces points et ne pas lâcher comme nous l'avons déjà prouvé auparavant.

Partout en France éclate des mobilisations de postiers toujours plus nombreux qui ne supportent plus d'être les dindons de la farce. Ainsi, pour notre part, à partir de lundi démarrent les hostilités si la Direction ne met pas ce qu'il faut sur la table des négociations et ne revoit pas sa copie en ce qui concerne ses engagements.

Laisser faire rien qu'à notre échelle n'apporterait que plus d'inégalités au collectif et ne confirmerait que notre soumission à la loi du marché. Fermer les yeux en ces temps difficiles où l'on subit diverses attaques dans notre métier comme dans notre vie quotidienne reviendrait à se rendre complice malgré nous (ou pas) d'une stratégie de casse du service public. On commence par laisser filer une chose puis une autre, on termine par perdre les congès payés...

En milieu rural le service public est une urgence, défendons le dans les rues le 22 mars.

*La Poste Saint-Gaudens, les raisons de la colère !*
Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 09:59

Ce vendredi, nous aurions pu rester au lit... Pas de médiateur, pas de négociation, pas d'avancée mais à l'opposée, un jour travaillé et rémunéré en moins. C'est bien triste.

Alors que dans les esprits il commence à être temps de rentrer et que, donc La Poste a plutôt intérêt à répondre favorablement à ce que nous demandons, nous nous questionnons sur le sérieux que porte la Direction sur la situation.

Nous restons malgré tout déterminés. Aucun jusqu'ici n'a donné réel signe de faiblesse ou laissé entendre qu'il lâcherait l'affaire. Nous sommes allés trop loin pour reculer maintenant.

ET CA CONTINUE...

Du fait de l'absence du médiateur de la DSCC, nous nous sommes organisés pour continuer à nous plancher sur les nombreux aspects à améliorer ou à faire remonter.

L'Union Locale CGT et l'inter-pro ont une nouvelle fois mis le paquet pour faire comprendre à la Direction qu'en tant qu'usagers, ils avaient aussi leur mot à dire.

S'en est suivi des menaces, sans doute dûes au fait de la perte de contrôle de toute autorité. Au point où nous en sommes, l'autorité ne nous fait plus peur. Le simple fait de ne pas se sentir considéré comme un des éléments essentiels à la bonne marche de l'entreprise nous agasse au plus haut point. Nous sommes ceux qui rapportent les richesses, ceux qui font le lien avec la clientèle, des agents du terrain au plus près des usagers et nous exigeons que notre travail soit reconnu à juste titre. Sans notre professionnalisme, La Poste se retrouve dans une situation chaotique et peine à assurer la continuité du service public.

Ce qui est vraiment dommage c'est que le dialogue unilatéral de La Poste cause jour après jour pertes et fracas et plus cela dure et plus le ras le bol se fait sentir. Ne parlons pas de la mauvaise qualité de service engendrée par l'accumulation de la charge de travail : les recommandés ou colis suivis, ce qu'on nomme les objets signalés, sont avisés d'office, parfois perdus si l'on en croit certaines plaintes ou encore distribués avec un retard flagrant.

Déjà en 2017...

Même si cela nous fait mal d'être témoins de cette catastrophe, nous ne lâcherons pas pour autant. De toute façon, l'avenir du courrier qu'on le veuille ou non, ça sera ça, une qualité de service laissée pour compte au profit d'un matraquage commercial. Passons sur l'envolée du prix du timbre pour 2018 (vidéo ici) qui va finir par retirer complètement l'envie aux usagers d'écrire. Un sabordage prévu, un suicide collectif aux senteurs nauséabondes d'un si beau service qui aura la peau des plus démunis à terme. La Poste, côtée au CAC40 ne fait plus dans le sentiment, tout devient payant même les petites liasses LRAR que nous faisions passer majoritairement aux entreprises. Plus de cadeau, fini, terminé, il est l'heure de mettre la main au porte-monnaie et d'allonger les billets.

 

 

 

... ENCORE ET ENCORE

Il ne faut jamais arrêter d'essayer, toujours pousser plus loin quand on lutte pour le bien commun. La Poste malgré ce qu'elle peut prétendre ne s'est jamais aussi bien portée. Le problème est que comme tout grand dignitaire, l'appât du gain est trop important, il en faut toujours plus mais le réinvestir est une autre histoire.

Pour preuve, nous bossons toujours dans des locaux vétustes rafistolés de temps à autres d'un coup de peinture. A côté, la Banque Postale où la clientèle a accès, est flambant neuve, toujours entretenue. Ce qui nous prouve que nous sommes des riens, nous les petites mains de l'ombre.

Ne parlons pas non plus du local syndical dont nous avions demandé la réfection par écrit en 2014, le décor est toujours celui des années 70 / 80 aujourd'hui avec plus de 3cms de poussière. Impossible donc de faire le travail syndical sur des horaires bureaux, pas d'autre choix que de le faire sur du temps perso. C'est une autre histoire...

 

 

Bref revenons à cette journée de vendredi qui nous aura permis de nous mettre au point sur plusieurs choses.

Tout d'abord, avec la participation des camarades de SudPtt, nous avons rédigé un petit tract mais pour l'instant motus...

Ensuite, nous avons eu l'idée de réaliser une petite vidéo explicative (ci-dessous) destinée à la population. Quoi de mieux que de la rendre virale par les réseaux sociaux. Etant donné que nous vivons tous la même chose à La Poste, ça pourrait toujours servir afin de donner des éléments à nos différents camarades partout en France.

Au final, nous avons programmé des initiatives pour la semaine prochaine, vous l'aurez compris, nous reconduisons le mouvement en espérant avoir vite de bonnes nouvelles de la part de la DSCC.

MERCI A TOUS CEUX QUI NOUS PORTENT LEUR SOUTIEN !

Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 20:19

Spécial dédicace !

Toujours pas de fumée en vue, on n'est pas encore dans une position de reprise du travail.

Le grand pontife de la DSCC (n'y voyez pas de mépris, ndlr) dirigeant les opérations d'une main de fer en duplex depuis son QG de Rome n'est pas prêt d'entendre raison malgré nos diverses concessions. Nous tournons bien sûr l'affaire en dérision tellement cette obstination nous paraît provocatrice et que les avancées obtenues sont pour le moins insuffisantes.

Nous avons fait un pas, puis deux, puis trois, mais là, nous sommes dans une optique où nous ne pouvons plus nous permettre de laisser filer. Hors de question de courber plus l'échine, quitte à tenir des mois, nous continuerons à faire tomber le mur. La détermination est toujours là, cette journée de mobilisation nous a rechargé les batteries.

UN TOUR DE MANEGE ET UN REPAS SOLIDAIRE

Très tôt, nous nous sommes réunis au rond point de la Sous Préfecture afin de relancer une manif improvisée pour accompagner la livraison du courrier du jour au bureau de Saint-Gaudens. Une habitude maintenant qui pourrait s'intensifier selon ce qu'on nous annoncera dès demain.

Arrivés devant le bureau, le campement est mis en place, l'inter-pro se joint peu à peu à nos côtés afin de se rendre à la manif prévue à 11h.

Entre temps, les agents grévistes ont profité de se réunir à l'Union Locale afin de construire l'argumentation pour les négociations, débattre et décrire leur état d'esprit. Le but était d'analyser où nous en étions moralement et physiquement parce qu'il ne faut pas croire, mais être en grève, c'est très usant. Au final, les facteurs tiennent bon, le moral est là, la gnaque aussi. Toutes les conditions étaient réunies pour affronter une nouvelle journée de négociation.

Ici, nous passerons ce que nous avons échangé ensemble pour ne pas donner des billes à nos lecteurs VIP à l'oeil avisé.

 

11h tapantes, les grévistes prirent la tête du cortège et c'était reparti pour un tour, les postiers ont mis le feu dans les rues de Saint-Gaudens. Les slogans ont fusé : "Public, privé, même combat, tous dans la rue !", "Mise à mal des services publics, c'est l'économie locale qui sera impactée !", "Arrêtez de râler, agissez !", "Si vous n'avez plus de courrier, adressez vous à la Direction !", etc...

Après la manif, tout le monde s'est réuni autour des postiers afin de partager un moment de convivialité. Pendant le repas, une délégation était reçue par la Direction.

 

DES NEGOS A LA CLOCLO

"Ca s'en va et ça revient, c'est fait de tout petits riens", c'est ainsi que nous avons perçu les choses dès le premier compte rendu de l'audience. La DSCC reprend toujours plus que ce qu'on peut lui donner, les négociations s'annonçaient contrariantes, les avancées insuffisantes.

Ici aussi nous passerons les détails débattus en audience pour ne pas contrarier les mêmes lecteurs malgré le fait que nous n'apprécions guère d'être muselés dans l'information. C'est un autre pas pour affirmer notre intention de ne pas fermer la porte au dialogue. Un pas de notre part invite à un autre pas venant de La Poste, nous allons finir par danser la tarantelle...

Puisque le blog est aussi suivi, nous en profitons pour rappeler notre besoin en terme d'emploi (postes vacants depuis des lustres et déprécarisation par un CDI sur site), de conditions de travail et de service public. Une sortie de conflit ne pourra s'entrevoir que si La Poste répond favorablement à nos revendications.

Avec les camarades de Luchon

En attendant, nous multiplierons les initiatives, la sensibilisation au delà de nos murs et tâcherons d'élargir encore plus le mouvement, d'ailleurs nous avions le plaisir d'acceuillir nos collègues de Luchon venus apporter leur soutien à leur tour. Une vraie bouffée d'air frais ! Merci à eux pour la motion de soutien et leur participation à la caisse de solidarité.

 

Les négos se sont terminées aux alentours de 17h, toujours pas de fumée, on a peut être des problèmes de réception en Italie en ce moment. C'est le cas des usagers dépendants des bureaux de Saint-Gaudens et d'Aspet, il est inacceptable de continuer à leur faire payer les frais d'un entêtement injustifié sous prétexte que le phénomène pourrait devenir viral. Ca s'est réglé rapidement en CHSCT pour le bureau de Muret, pourquoi pas alors pour nous ?

Marre d'être traités comme des rats de laboratoire, il est temps d'accélérer les choses ! Durant le dernier compte rendu, nous avons analysé ce que La Poste avait posé sur la table et nous nous sommes mis d'accord pour la suite.

 

 

 

 

LA SUITE ?

Nous nous réjouissons de l'avancée du débat aux côtés des camarades de SUD, la perspective de travailler unitairement sur des points convergents et pour une même cause réchauffe énormément le coeur des postiers.

Nous reconduisons le mouvement à demain, même heure et avec le sourire. Il est fort possible que si le conflit s'éternise, nous camperons définitivement sur place. Nous avons d'ores et déjà décidé de conserver cette dynamique de cohésion afin de nous assurer de rester vigilants à notre reprise et après.

Demain sera un autre jour, en espérant que la fumée devienne blanche avant que nos cerveaux ne fument rouge.

*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
*Grève des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet, toujours pas de fumée...*
Repost0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 18:45

La journée ne s'annonçait pas terrible, le temps le confirmait. En ce mercredi 18 octobre, les grévistes accusaient le coup de la veille. Beaucoup d'incompréhension, de questions laissées sans réponse, la tension ne redescendait pas.

Le siège a pourtant enfin eu vent de ce qu'il se passait chez les irréductibles commingeois. Mais la DSCC n'a pas souhaité poursuivre les négociations pour le moment, sa contre proposition ayant été rejetée, sans doute fallait-il décupler la réflexion en cellule de crise avant de revenir vers nous.

Nous avons ouvert une porte et ne sommes pas fermés au dialogue, il ne reste plus qu'à la DSCC de saisir l'occasion de rédiger un protocole détaillé repondant aux différents points revendicatifs notés sur le préavis. Nous avons besoin d'un écrit afin d'élargir notre vision sur ce que nous propose La Poste et ainsi pouvoir avancer sur la réflexion et une éventuelle sortie de conflit dans la semaine.

 

 

 

LA POSTE DANS LA PANADE

Il est très difficile pour La Poste de faire face à la situation. Le personnel en grève est laborieusement remplacé malgré le grand nombre de renforts dépêchés sur les tournées. Du courrier est remis au lendemain, des erreurs notoires et autres soucis concernant la distribution.

Nous observons d'autre part que les règles et consignes de sécurité ne sont pas toujours appliquées (port des EPI, portage de caisses remplies au delà de la limite, etc...). Aussi quelques infractions sont à noter qui, en temps normal, auraient valu une demande d'explication à l'agent pris sur le fait. Nous ne développerons pas le sujet pour le moment, il est juste nécessaire de faire constater que ce que nous faisons au quotidien est donc contraignant, facteur c'est tout un métier !

C'est d'autant plus marquant alors que la plupart des "distributeurs" envoyés sur le terrain sont des cadres et cadres sup. Ceux là mêmes qui nous demandent de travailler correctement en chargeant toujours plus les tournées sont réduits à faire notre boulot, quelle ironie. Notre boulot mais pas dans son intégralité... Cela nous permet de nous interroger sur la crédibilité de nos décideurs et leur capacité à appliquer leurs décisions sur le terrain, ça n'est pas pareil.

On apprit par contre que La Poste a mis les grands moyens pour chouchouter ses agents détachés de la DSCC. Ils sont en effet logés dans un hôtel réputé de Saint-Gaudens. Quand il s'agit de couvrir ses erreurs, La Poste sait mettre la main au porte-monnaie. C'est assez choquant d'apprendre ça alors que nous sommes en souffrance au quotidien. C'est dire le niveau de considération.

Quoi qu'il en soit, La Poste pourra mettre tout ce qu'il faut pour essayer de casser le mouvement ou assurer une "continuité du service public" pendant le conflit, c'est perdu d'avance. La solution est de répondre positivement à nos revendications et rédiger un protocole digne de ce nom et bien sûr l'appliquer jusqu'au bout. Ainsi nous pourrons reprendre le travail.

 

PAS DE NEGO MAIS DU BOULOT

Si nous n'avons pas pu débattre sur la contre proposition posée sur la table, nous n'avons pas non plus chômé. Nous avons en effet continué à construire notre argumentation et développé des plans d'action pour la suite.

Ca n'est pas suffisant, nous méritons mieux après plus de 3 semaines !

 

 

 

Le billet :

Des camarades de la trésorerie d'Aurignac sont venus quelques instants nous apportant leur soutien. Un rassemblement était prévu à Aurignac aujourd'hui pour dénoncer la fermeture non justifiée de la trésorerie. Un camarade de l'UD avait fait le déplacement pour intervenir. Là aussi, les employés sont pris dans une machination visant à détruire le service public. Il y a des postes à pourvoir mais les candidats sont découragés d'emblée et ainsi, cela permet de justifier la fermeture. En fait la Direction organise la vacance d'emploi pour arriver à ses fins... ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Parenthèse fermée, on s'apperçoit qu'on est tous malmenés au boulot, où qu'on soit. Le service public subit une attaque sans précédent. Il est de la responsabilité de chacun de protester contre ses attaques pour maintenir le service public nécessaire au développement du territoire.

------------------------

Vous l'aurez donc compris, rien aujourd'hui, demain sera un autre jour, nous reconduisons le mouvement à demain en espérant que les choses avancent un peu plus vite.

Les facteurs ont réellement besoin d'éléments leur permettant d'avoir une meilleure vision du projet. Trop de zones d'ombre persistent, il faut que La Poste nous réponde en terme d'organisation, d'emploi, de conditions de travail tout en respectant son obligation de mission de service public. Nous avons besoin de garanties afin de reprendre le boulot sereinement et nous permettant d'assurer un service de proximité et de qualité.

L'évolution ne doit pas se faire n'importe comment. Pour faire face aux enjeux à venir, La Poste a besoin de ses agents. Il ne serait pas judicieux de nous écarter.

Continuons à élargir le mouvement, à Cugnaux, les facteurs seront en grève reconductible à partir de demain pour les mêmes raisons. Soutien et courage aux camarades dans leur lutte à mener !

 

Rendez-vous demain dans la rue, le 19 octobre est un nouvel appel à la mobilisation, soyons nombreux !

 

*Grève des postiers de Saint-Gaudens et Aspet, une journée sans négo*
*Grève des postiers de Saint-Gaudens et Aspet, une journée sans négo*
*Grève des postiers de Saint-Gaudens et Aspet, une journée sans négo*
*Grève des postiers de Saint-Gaudens et Aspet, une journée sans négo*
*Grève des postiers de Saint-Gaudens et Aspet, une journée sans négo*
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 19:14

Atmosphère plus qu'électrique en ce mardi matin devant le bureau de poste de Saint-Gaudens. Les grévistes attendaient des réponses concrètes de la veille. "Try again !" voilà comment se résumerait la journée d'aujourd'hui. Voilà pourtant presque un mois que la grève a débuté.

Dès notre arrivée, nous avons privatisé un peu plus le "parking public postal". Nous devions donner une autre gueule à notre mouvement pour ce 17 octobre. En effet, si nous n'avions pas entamé une grève, il aurait fallu tout chambouler dans le bureau, tout recommencer à zéro puisque dans le calendrier de la poste, c'était jour de mise en place de la nouvelle réorganisation. Nouveaux casiers de tri, transfert de l'activité d'Aspet, horaires collectives, autant de choses qui n'ont pas pris effet.

Note de la section :

Avant d'entamer le descriptif de la journée, nous tenions à remercier les camarades de SUD qui ont apporté beaucoup aux avancées d'aujourd'hui. Certains faits notés ci-après relèvent de leurs différentes interventions rejoignant complètement notre raisonnement, nous tenions à le souligner. Nous nous félicitons d'avancer collectivement et unitairement pour aboutir sur une sortie de conflit offrant aux postiers les meilleures chances d'effectuer leur travail dans les meilleures conditions possibles.

UN VIDE JURIDIQUE

Dès le début des négociations le représentant de la DSCC MPS a tenu à interpeller les OS intervenantes (CGT FAPT, SUD, FO) sur 3 évènements :

  • L'avenant permettant la continuité de la précédente réorganisation n'a pas été signé par FO ce qui a créé un "vide juridique". La DSCC attendait la signature du syndicat avant de mettre en place la nouvelle réorganisation. Or, pas de signature à l'avenant et la mise en place de la réorg était repoussée au 16 janvier (report obtenu dans les précédentes négos). Donc La Poste se retrouve dans ce qu'elle nomme un "vide juridique". Alors on fait quoi ? Etant dans une situation conflictuelle, le mieux est de laisser tel quel pour le moment.
  • Malheureusement, un bug informatique a eu lieu cette nuit et le nouveau plan de tri s'est mis en place (on accordera le bénéfice du doute...). Donc les facteurs travaillant ce jour ont découvert le nouveau tri alors que rien ne changeait pour eux. Comme si ça n'était pas assez, ils ont dû retrier. Dommage ! La Poste s'est engagé à remettre de l'ordre dans tout ça au plus vite.
  • Sur la proposition que nous avons fait la veille (tri sacoche facteurs guichetier), La Poste fit une contre-proposition : "D'accord pour expérimentation du 16 janvier au 24 avril mais, mise en oeuvre intégrale du projet passé cette date. Qu'avez-vous besoin en moyen matériel et humain pour faciliter la mise en place ?" ON NAGE EN PLEIN DELIRE !!! Ils nous refont la même qu'hier ! Rien n'avance, on tourne en rond de jour en jour sous prétexte que la DSCC ne veut pas créer de précédent (cf article du 16 octobre).

Aucune avancée depuis hier, on nous redonne du pas frais, un scandale ! Le numéro 1 de la DSCC étant en voyage à Rome, la CGT FAPT a demandé d'interpeller plus haut. Nous ne pouvons plus négocier dans ces conditions. Le personnel gréviste a pourtant fait un grand pas en avant pour débloquer la situation, la fierté d'un homme fait sombrer tous les autres dans le chaos ici à Saint-Gaudens.

 

DES NEGOS ENFLAMMEES

Le compte rendu a fait l'effet d'une bombe au sein des agents grévistes, le ton est monté, les esprits se sont échauffés. L'UL et l'inter-pro comme tous les jours à nos côtés, n'ont pas non plus apprécié la tournure des évènements, l'espace postal a été assiégé.

Le campement était décoré de ballons puisque paraît-il nous nous amusons, mais sur ces ballons apparaissaient des messages. "Pour le service public", "personnel en souffrance", "pour un vrai service de qualité", bref, des messages revendicatifs avant tout. L'idée était de retourner les accusations de La Poste contre elle-même.

S'en est suivi plusieurs audiences toute la journée. Le message est passé et le représentant de la DSCC sur place essayait de faire bouger les choses, en vain. La cellule de crise à Toulouse n'arrivait pas à faire entendre raison au pape... au Directeur Départemental pardon... qui est en Italie donc, d'où la confusion.

La contre proposition évolua malgré tout comme ceci : les facteurs de Saint-Gaudens prépare la sacoche des facteurs guichetier de St Go (du 16/01 au 24/04) ensuite viendraient s'ajouter les sacoches des facteurs guichetier d'Aspet et une tournée au pif jusqu'au 16/01/2020... L'idée était de ménager la chèvre et le chou. L'écriture d'un protocole a été suggérée. Mais bon, chou blanc ! Le personnel refuse à l'unanimité cette proposition plus que saugrenue, dénuée de sens et surtout profilant de l'inéquité. En clair c'est complètement irrationnel !

Aussi plusieurs points méritaient de s'y attarder dessus, comme par exemple ce qu'il allait advenir de la cabine d'Aspet. Nous avions besoin de détails supplémentaires mais aucune réponse puisque nous avions refusé la contre-proposition. Notre refus a froissé la Direction. C'est vrai qu'après des semaines de privation, nous ne sommes pas du tout froissés... On croit vraiment rêver.

On est typiquement dans le schéma du "un pas en avant et deux pas en arrière" ici. Le personnel s'est indigné vivement et la tension a atteint des sommets. Les nerfs ont été mis à rude épreuve, chacun encaisse le coup comme il le peut. Certains craquent...

 

SERVICE PUBLIC EN VOIE DE DISPARITION

Alors que le personnel apporte de quoi avancer, la DSCC bloque sans réel argument. Il ne faut pas créer de précédent, il ne faut pas que Saint-Gaudens donne des idées à d'autres bureaux... Quelle crédibilité pour la DSCC ? Ca n'est même pas pour des raisons techniques ou pécunières mais pour ne pas que notre lutte fasse jurisprudence, serve d'exemple. Est-ce comme cela que l'on doit se représenter les dirigeants d'une grosse boîte ? Des tyrans muselant leurs salariés pour ne pas qu'ils transmettent leur esprit de rébellion à d'autres ?

Nous n'en sommes pas là, nous voulons juste TRAVAILLER DANS LES MEILLEURES CONDITIONS POSSIBLES POUR ASSURER UN SERVICE DE QUALITE ! Mais La Poste voit juste qu'on pourrait donner des idées à d'autres... Cela prouve réellement que La Poste n'est pas dans la recherche d'amélioration des conditions de travail et encore moins dans l'amélioration de la qualité de service et par conséquent de la satisfaction client. C'est purement stratégique, compétitif, rentable, productif et ça écarte le principe même de répondre aux besoins de tous. Notre mission première est définitivement mise à mal et le service public finit d'être entâché par les ambitions destructrices de la finance.

Par dépit et surtout en dernière tentative de concession, l'ultime pas des grévistes envers La Poste avant d'entamer une poursuite juridique ou de durcir le conflit est de faire la sacoche des facteurs guichetier de Saint-Gaudens sur 18 mois puis récupérer celle des facteurs guichetier d'Aspet. Cela permettrait à la Direction Départementale de ne pas avoir de précédent puisque l'ensemble des facteurs acceptent une mise en place de la sacoche d'Aspet. C'était une volonté de dialogue encore une fois mais malheureusement le représentant sur place nous assura que cela allait être "difficilement vendable".

Nous attendions la réponse, et en effet, une fumée noire jaillit du smartphone de notre Secrétaire Départemental, la DSCC répondit par texto : "Pas d'information pour ce soir. Demain sera un autre jour".

Nous ne commenterons plus à partir d'ici.

 

La note en plus :

On y est, les esprits commencent aussi à s'échauffer chez les usagers. Quelques courageux ignorant ce qu'il se passe nous ont lancé des insultes en accélérant au feu de croisement devant le bureau.

MESSAGE A TOUS CEUX qui se sentent "otages" de notre mouvement. Rassurez-vous nous le sommes aussi puisque nous sommes nous-mêmes des usagers et doublement puisque nous perdons du salaire en étant gréviste. Avant de critiquer, venez faire un tour au stand on vous expliquera on pourra même vous offrir un café si jamais.

Merci de respecter ceux qui luttent pour le bien commun.

 

 

MOBILISONS PLUS, ELARGISSONS LE DEBAT

NOUS VIVONS TOUS LA MEME POLITIQUE DE DESTRUCTION AU SEIN DE L'ENTREPRISE PRIVEE COMME PUBLIQUE.

DEJA FLEURISSENT DES MOUVEMENTS DANS DES BOITES COMME MC DONALDS, BUT, CARREFOUR, HYPPOPOTAMUS, AMAZON ET BIEN D'AUTRES. SIGNE QUE TOUT LE MONDE PEUT PRETENDRE VOULOIR TRAVAILLER CORRECTEMENT !

RIEN N'EST FIGE, LE FUTUR C'EST NOUS QUI LE CREONS, APPROPRIONS-NOUS LE !

 

GREVE GENERALE !!!

Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art
Atelier street art

Atelier street art

*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
*Grève poste Saint-Gaudens et Aspet - la tension monte toujours plus*
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 17:49

LE PERSONNEL FAIT MONTER LA PRESSION

Pour la deuxième fois les postiers ont fait le déplacement très tôt le matin pour manifester depuis le rond point de la Sous-Préfecture. Plusieurs camarades de l'inter-pro ont marché à nos côtés jusqu'au bureau de poste. Le personnel en grève en a gros sur le coeur et tenait par là à montrer sa colère et son incompréhension face à une Direction plus qu'obtue qui ne s'est pas gardée de passer un savon à la délégation CGT FAPT dès les premières minutes de négos.

En effet, le camion délivrant le courrier au bureau de poste de Saint-Gaudens a été une nouvelle fois ralenti par le cortège. La Direction, en réponse, a une fois encore fait appel aux services d'un huissier, est venue à notre rencontre et a donné les noms des manifestants. L'intimidation ne marche plus, nous sommes déterminés et nous n'avons plus d'alternative. Il faut que les choses s'accélèrent pour les postiers comme pour les usagers. Parce que c'est bien en n'entrant pas dans de vraies négociations constructives et solides avec le personnel que La Poste prouve son mépris à l'égard de tous. Le problème, nous l'avions bien compris depuis longtemps, est que si ça ne passe pas chez nous, La Poste a peur que des idées viennent germer dans les esprits des autres bureaux qui seront impactés prochainement par le même projet. Sauf qu'il ne faut pas nous prendre pour des lapins de six semaines, nous voyons tous très clair dans la stratégie de La Poste.

Avoir recours à un huissier est d'autant plus mal vu par l'ensemble des grévistes sur le fait que La Poste sait trouver de l'argent quand ça l'arrange...

Les postiers se sont pourtant bien planchés sur une proposition montrant leur envie de sortir de ce conflit qui n'a que trop duré. Si des deux côtés c'est bien l'histoire des TI TE qui pose problème, les postiers ont exploité un nouveau champ de recherche : il s'agit de faire un pas vers la boîte en proposant la mise en place de la réorg au 16 janvier, les TI d'Aspet restent sur le bureau d'Aspet mais que nous serions prêts à couper et classer les parties des agents guichetier et garder le tri d'Aspet sur Saint-Gaudens, le tout sur une période d'expérimentation de 4 mois en travaillant au réel. La condition était valable pour une période de 2 ans. Proposition plus qu'honorable, mais étant donné que le numéro 1 de la DSCC décide (malgré qu'il soit en vacances en Italie), il est très difficile pour son représentant sur place de lui faire entendre raison selon toute bonne volonté. La réponse est donc ok pour l'expérimentation de 4 mois mais dès le 16 avril on retransfère tout sur Saint-Gaudens... Ca tourne en rond, la DSCC ne veut pas céder sur les TI TE pour ne pas créer un précédent, c'est purement stratégique. Les facteurs sont extrêmement déçus par ce qui leur est rapporté. On a beau faire des concessions, La Poste n'en a que faire, c'est comme ça pas autrement !

La tension est montée d'un cran aujourd'hui, la Direction sur place s'en est rendue compte...

 

INCOHERENCES ET ALERTES

Nous lançons une alerte concernant l'éternisation du conflit. Les conséquences impactent à la fois sur le moral du personnel gréviste et le service rendu aux usagers. Certains d'entre nous sont à bout. Le mouvement est usant.

Si nous avons détaillé précédemment un grand nombre d'incohérences liées au projet de réorganisation, il faut aussi noter que maintenir une plénière de signature pendant un conflit relève de la sottise. Au lieu de se concentrer sur l'important, l'urgent, La Poste s'entête à justifier la mise en place de son projet calamiteux.

Un autre fait marquant discuté ce jour concerne l'arrivée matinale du camion délivrant le courrier du jour au bureau de Saint-Gaudens. Si nous nous sommes battus en vain durant bien des années afin d'obtenir l'avancée horaire de notre prise de service, aujourd'hui, La Poste, comme par enchantement, se rend compte qu'elle peut en effet remédier à ce point qui ne posait plus vraiment problème. Certes c'est une bonne nouvelle, mais de qui se fiche t-on ?

Comment La Poste peut-elle croire qu'en avançant sur des futilités (en ce sens qu'elles ne représentent pas les points esentiels du débat), les postiers rentreraient gentiment travailler ? Nous avons apporté du concret sur la table, nous avons des idées solides et surtout fiables. La Poste doit maintenant prendre ses responsabilités car la patience des grévistes commence à atteindre ses limites ! Nous avons tous l'impression que La Poste laisse pourrir le conflit, à côté de cela, malgré la meilleure volonté du monde des cadres et brigadiers venus couvrir les tournées grévistes, le boulot n'est pas fait ou mal. Plusieurs personnes sont venues se plaindre que le courrier se trouvait chez le voisin ou carrément toute une liasse dans une seule boîte. On a beau dire, facteur, c'est un métier et ce ne sont pas la quelque vingtaine de renforts appelés à écouler la charge de travail qui nous font trembler par leur manque de maîtrise de notre secteur. La grogne s'installe progressivement et La Poste joue l'ignorance.

Que dire aussi de toutes ces petites infractions que nous pourrions remonter en CHSCT. Entre autre distribuer toute une avenue en transportant à bout de bras un bac archi rempli, le non port des EPI si cher à notre Direction qui, pourtant, ne fait pas l'effort de montrer l'exemple, une structure à laquelle on ne met pas le frein et qui tombe du quai de chargement (mauvaise doublure à l'agent en formation) etc... Dans les jours qui suivent, nous ferons un listing des couacs que nous constaterons. Après tout, il y a de quoi dire, chiche !

 

TRIBUNE

Aux futurs facteurs guichetier

[Suite à un article publié en tout début de conflit par mes soins. Une collègue est venue me trouver après 18 jours de grève pour me dire que si elle ne se joignait pas au mouvement, c'est parce que j'avais dénigré les facteurs guichetier...

Par ce paragraphe je tiens à expliquer clairement mon point de vue, voici le texte posant problème :

" La création de postes de facteur guichetier est certes une avancée en ce sens où des postiers vont bénéficier d'une promotion, mais un recul inégalé en terme d'emploi et de qualité de service. C'est aussi un moyen d'isoler un peu plus les agents, ceux-ci seront en contact réduit avec le gros des troupes. Ainsi il sera plus difficile de se réunir, de communiquer. Une question reste cependant en suspens. Comment se fait-il qu'avec toutes les candidatures retenues, aucune ne concerne de près ou de loin des syndiqués ou sympathisant CGT ? Ca sent la discrimination à plein nez et la punition de 2015 ! Pourtant plusieurs parmis eux ont plus d'expérience et d'années de travail voire même sont plus consciencieux ou encore ont déjà le grade... La réponse n'est pas si difficile à trouver, il est impératif de ne pas placer des "grévistes potentiels" sur des positions stratégiques. Encore une fois, c'est finement joué de la part de La Poste."

Ici, il ne s'agit pas de dénigrer des collègues, ceux qui l'entendent ainsi ne savent pas lire entre les lignes ou se cherchent des raisons pour ne pas assumer leurs actes. Ca ,n'est pas non plus un règlement de compte, il fallait juste attirer l'oeil du lecteur. Or donc il est vrai que j'aurais pu placer un "peut-être" après "Pourtant plusieurs parmis eux ont" mais s'il faut aussi en venir à faire de la rhétorique ou des explications de texte alors que les faits sont là, que nous savons tous que La Poste n'a pas d'intérêt à positionner des "grévistes potentiels" alors qu'elle sait que ça représente un risque, il ne faut pas avoir BAC +5 pour comprendre que ce qui ressort de ce passage est le fait que La Poste avance dans sa stratégie pendant que d'autres se créent des attaques personnelles invraisemblables.

Non je ne suis pas contre les facteurs guichetier, plutôt la méthode de choix de la Direction qui me semble à juste titre obscure et maladroite, c'est mon droit. Toujours est-il que cette question là aurait dû se traiter collectivement devant le bureau de posteavec l'ensemble des intervenants. Les grévistes essayent de trouver des solutions pour un collectif, si les principaux concernés ne sont pas présents, alors nous ne pouvons débattre avec eux. Quant au fait qu'aucune candidature n'a été retenue concernant de près ou de loin des membres de la CGT ou grévistes de 2015, c'est un fait avéré !

Pour ce qui est des termes employés  comme "consciencieux", je l'entendait du point de vue du service public : maintenant les guichetiers sont formatés à diriger les usagers sur du dématérialisé, internet et autre manipulations à faire depuis une machine ou un ordinateur. Est-ce cela les valeurs du service public ? Par ce fait, vous vous tirez une balle dans le pied...

Mes sincères excuses si j'ai heurté la sensibilité de qui que ce soit. Je précise toutefois que ce point de vue est largement partagé, restons prudents sur le poids des mots, je vous l'accorde, mais je confirme que la cible de ces propos n'est pas celle qui m'a interpellé aujourd'hui. Ne vous trompez pas vous non plus qui êtes dedans ça serait une erreur pour les années à venir...

Je finirais ici en rappelant que les avancées obtenues profiteront à tous comme après chaque conflit. A un moment donné, il va falloir que chacun prenne ses responsabilités et peut-être réfléchir autrement. Quel intérêt aurait-on à jouer la division ? Il semble que les rôles se soient inversés, je n'entrerais pas ici dans les détails. Mais on en reparlera très certainement dans 2 ans...]

------------------------------

Le mouvement est reconduit à demain, en attendant plus d'éléments de la DSCC, ça commence à chauffer les nerfs comme on dit chez moi.

On invite tous ceux qui le désirent à venir partager un moment de convivialité avec ces "fainéants" de grévistes qui "foutent le bordel" ! A venir construire plutôt que détruire ensemble, et à avancer sur nos revendications. Tâchons de savoir où sont nos priorités, les notres sont de défendre le service public postal, nos conditions de travail pour pouvoir travailler correctement et rendre le meilleur service possible à la population.

A bientôt sur le campement et le 19 octobre tous dans la rue !

 

 

 

 

Atelier dessin
Atelier dessin
Atelier dessin
Atelier dessin
Atelier dessin
Atelier dessin
Atelier dessin
Atelier dessin

Atelier dessin

*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
*Grève des postiers d'Aspet et Saint-Gaudens, des négos plus que tendues*
Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 19:30

En cette journée nationale d'appel contre les ordonnances Macron et pour les services publics, les rues de Saint-Gaudens ont tremblé au son des manifestants et notamment des postiers qui ont bien foutu le bordel ! #lebordel

UN RASSEMBLEMENT DE MASSE :

  • Une grève très suivie

Plusieurs collègues du bureau de Saint-Gaudens ont gonflé nos rangs aujourd'hui. Le bureau ne fonctionnait qu'avec les CDD, 3 titulaires et l'encadrement. Nous avons noté l'arrivée de nouveaux CDD sans doute pour continuer à combler les positions grévistes. L'important réside dans l'utilisation des agents à l'intérieur des locaux qui se voient répartir leur journée sur plusieurs positions. Les agents du back-office et du carré-pro étaient aussi grévistes. La Direction a dû mettre en place le système D après une cellule de crise. Autrement dit, ce 10 octobre fut un succès, La Poste s'en ait vu 36 chandelles et il a dû être ardu de gérer cette situation. Les postiers ont montré encore une fois qu'ils peuvent s'organiser en conséquence.

Nous étions en nombre en réponse aux attaques que nous encaissons que depuis trop longtemps.

  • Solidarité et soutiens

Dès notre arrivée tôt le matin, des camarades de l'Union Locale et de l'inter-pro sont venus sur place après avoir tracté dans Saint-Gaudens. Peu à peu, le "parking public postal" se remplissait avec des militants tenant à dénoncer la mise à mal du service public et souhaitant soutenir le mouvement que nous avons lancé depuis des semaines.

les camarades de la PIC

Nous avons partagé notre déjeuner avec ces renforts bienvenus. Des copains de la PIC ont même fait le déplacement, cela nous a réchauffé le coeur et donné plus de gnaque pour la suite. Ce fut une journée d'action, d'échange, de débat riche en convivialité placée sous le signe de la fraternité. Nous tenons à remercier l'ensemble des participants qui ont oeuvré à nous aider : les camarades des Hôpitaux de Luchon et Saint-Gaudens, d'EDF, d'ENEDIS, du SICASMIR, des Finances Publiques, des Territoriaux, de Cassagne, de Fibre Excellence, des retraités et bien d'autres en n'oubliant pas non plus les nombreux postiers des bureaux de Montréjeau, Saint-Martory ou encore Luchon qui suivent de près l'évolution de la situation. Beaucoup ont contribué à la caisse de solidarité mise en place.

Au nom des postiers de Saint-Gaudens et Aspet, la section CGT FAPT locale remercie l'ensemble des acteurs de cette belle journée.

LES POSTIERS EN TETE DE CORTEGE :

10h30, il était temps de se rendre Place Jean Jaurès afin de retrouver l'ensemble des manifestants. Partis du bureau sono à fond et au rythme des tambours, les postiers ont ouvert le premier cortège avant de prendre la tête du gros des troupes. Sur place, quelques 400 personnes avaient répondu présent afin de semettre "en marche" contre les graves attaques lancées par le Gouvernement Macron.

La place résonnait au son des manifestants, de l'inter-syndicale et des collectifs venus se faire entendre. Le départ fut lancé, les rues tremblaient sous la musique et l'animation des manifestants. Les postiers n'étaient pas de reste, au contraire, nous avons enflammé le cortège ! Un moment inoubliable.

Arrivés à notre point de chute, devant le bureau de poste, nous constations que le Réseau avait fermé ses portes et ses grilles sans doute pour montré son soutien à notre mouvement, ou pas... Peut-être de peur de faire fuir les clients, oublierait-on que les manifestants sont ausi pour la plupart des clients ? Nous sommes là pour défendre le service public pas pour le détruire, enfin. Après une prise de parole résumant la situation sur le conflit, le cortège s'est réuni tout autour du "parking public postal" pour la prise de parole de l'Union Locale CGT.

S'en est suivi une collation solidaire sur place bien sûr. Encore une démonstration des multiples possibilités de la CGT, nous en avons profité pour reserrer les liens avec l'inter-pro, échanger sur nos conditions de travail et ce à quoi nous devons nous attendre avec aux manettes du pouvoir des spécialistes d la casse sociale.

 

 

CONVERGER LES LUTTES POUR GAGNER :

S'il est important dans une entreprise de créer un rapport de force à la hauteur et de rédiger le cahier revendicatif, il est encore plus important de sensibiliser l'ensemble des salariés. Ca n'est pas toujours évident de faire avec le nombre, il y a des haut et des bas mais il ne faut pas oublier l'essentiel, l'unité.

Pour créer l'unité il est vital de composer avec les différences de chacun. Il s'agit aussi de laisser de côté ce qui ne sert pas à construire le débat ou faire aboutir nos revendications. Parfois des discordes inutiles d'une minorité peuvent entraîner de graves conséquences ur la majorité. A nous de faire en sorte d'aller au-delà de ce qui pourrait nuire à nos luttes.

C'est ce qu'il se passe aujourd'hui au sein de notre bureau. Nous avons réussi à faire fi des petits conflits sans intérêts qui nous séparaient, nous avons mis de côté nos égos afin de rassembler le plus grand nombre et nous nous félicitons de cette ouverture d'esprit, de cette prise de conscience commune qui a fait que nous avons pu tenir jusqu'ici.

Personnellement, je suis fier de tous ces courageux qui tiennent jour après jour sans faiblir, qui donnent de leur personne pour le collectif dans cette bataille pour les usagers et pour le service public.

Il faut absolument que cet exemple se propage dans tous les secteurs en Comminges. Il faut créer le meilleur rapport de force possible capable d'inverser la tendance. Il faut se donner les moyens d'avancer collectivement. La réflexion est de mise. L'unité passe par l'humilité.

Déjà la lutte des facteurs de Saint-Gaudens et Aspet se propage au-delà des frontières du département, le mouvement est très suivi malgré qu'il soit lancé par des petites bourgades.

Continuons ensemble à unir nos forces, converger les luttes et avancer d'un seul bloc.

Nous reconduisons le mouvement à demain. Même heure, même endroit.

LA POSTE DOIT REPONDRE A NOS REVENDICATIONS.

 

La note en plus :

A notre rentrée au domicile, les facteurs grévistes curieux de voir s'ils ont été livré en courrier ont tous trouvé dans leur boîte une lettre de la DSCC. Le Directeur Départemental lui-même nous a écrit (voir lettre ci-dessous) stipulant qu'il "ne lâcherait rien" non plus vu que ce qui nous a été proposé est, selon lui, plus que considérable... à vous de juger mais il faut arrêter les sucettes comme on dit !

Les tentatives d'intimidation, on en voit fleurir depuis quelques jours, on reste déterminé, on vaut mieux que ça !

 

 

*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
*10 octobre 2017 - Le show des postiers en grève, une mobilisation de folie !*
Repost0