Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CGTFAPT-Comminges
  • CGTFAPT-Comminges
  • : Face à la privatisation de la Poste, il y a urgence de relancer une activité syndicale offensive dans les bureaux de poste du Comminges pour gagner sur nos revendications. Un débat riche et interactif est nécessaire, c'est le but de ce blog. Postières, postiers débattons ensemble sans tabou !
  • Contact

  • Obi wan Kenobii - Desman - Rohann
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers.
Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr
www.facebook.com/CgtCommingesposte
  • Militants postiers syndiqués CGT du Comminges. Avec ce blog, nous avons voulu donner un moyen pratique d'informations profitant autant aux postiers qu'aux usagers. Contact : cgtcomminges-poste@hotmail.fr www.facebook.com/CgtCommingesposte

Se syndiquer à la CGT.

Se syndiquer à la CGT c'est exprimer la volonté de ne pas rester isolé(e), d'être actreur(trice) de son avenir et de vouloir faire évoluer les choses dans le bon sens, l'Humain.

Se syndiquer à la CGT c'est dire non à la politique ultra-libérale actuelle ne visant que ses seuls profits, c'est défendre nos services publics, nos salaires, nos valeurs, travailler dans de meilleures conditions.

Se syndiquer à la CGT c'est obtenir un rapport de force afin d'inverser la tendance et faire respecter nos droits.

Vous avez décidé de vous syndiquer :

  • informez-vous auprès des militants CGT (pour le site de Saint-Gaudens et bureaux rattachés)
  • écrivez-nous si vous avez des questions (rubrique contact à gauche ou par mail à l'adresse : cgtcomminges-poste@hotmail.fr)
  • demandez le bulletin d'adhésion.

La grève, c'est quoi ?

 

 

22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 20:34
*Postiers en force pour un 23 juin revendicatif !*

Nous y sommes !

Les bureaux de Saint-Martory et Montréjeau sont en train d'éclater. Qui dit nouvelle réorganisation dit nouveaux problèmes, nouvelles contraintes, nouvelles revendications.

A Saint-Gaudens, lors du CHSCT du 22 juin, la direction a annoncé que la restitution des bilans des tournées est reportée à... septembre. Pourtant, La Poste s'était engagée à les remettre fin mai et, par la suite, de trouver des solutions au malaise créé depuis la dernière réorganisation de juin 2015. La faute à pas de chance ? Rien de cela, il fallait apporter une réponse à ce retard, et c'est une Factrice Qualité qui remporte le trophée selon la direction.

En effet, loin d'accuser formellement l'agent, la direction lâche toutefois que celle-ci a pris du retard du fait de ne pas travailler assez vite. De notre côté, on constate.

Non seulement il est impossible aux facteurs qualité d'effectuer pleinement leur fonction puisque le fonctionnement même du bureau pose problème. Ceux-ci sont souvent sollicités à remplacer des agents en maladie tout comme les nombreux CDD utilisés depuis juin 2015. Ainsi, pour assurer leur part de "qualité" au sein du service, cela relève du miracle. Il faut toutefois noter que les FQ aussi dépassent largement leurs heures de travail.

Voilà donc où nous en sommes. Remettre à septembre ce que les postiers attendent déjà depuis des mois augmente l'incompréhension pour l'ensemble des agents. La communication de la direction n'étant plus à la hauteur de ce qu'elle était il y a quelques années...

Nous pouvons d'ores et déjà nous questionner sur ce que révèlera La Poste en septembre, la prochaine réorganisation se profilant pour 2017.

Il va falloir se montrer déterminés et surtout organisés pour faire face à cette situation qui devient pour le moins critique.

Le mot de la section :

Demain 23 juin 2016 en dépit de toutes les provocations, attaques, atteintes aux libertés et droits constitutionnels des citoyens, la CGT se veut forte et offensive prête à en découdre devant un Gouvernement devenu illégitime et irresponsable.

A Saint-Gaudens nous en serons, comme d'habitude, pour défendre les intérêts de tous, les droits et libertés fondamentaux, l'économie locale, la région Comminges.

La section CGT FAPT Saint-Gaudens appelle les postiers qui lisent ces mots à informer autour d'eux, venir en masse Place Jean Jaurès pour manifester pour le retrait d'une loi refusée par la majorité de la population et aussi pour porter leurs revendications locales.

Il est désormais impossible de ne pas se rendre compte que le travail est soumis au dictat de la finance, maîtresse absolue couverte par les futures lois dictées par le MEDEF. Le Gouvernement est en mauvaise posture, il tremble, est à court d'argument et s'attaque donc lâchement aux opposants par des procédés maintenant dénoncés par beaucoup.

Unissons-nous plus que jamais, soyons maîtres de notre futur, ne laissons pas une minorité richissime dicter sa loi !

En suivant vous trouverez des liens permettant d'enrichir votre esprit critique et forger votre propre opinion. Car sachez-le, votre opinion compte ! Informez-vous correctement, éteignez vos téléviseurs !

  • Pensez aussi à vous syndiquer, c'est important : http://cgt.fr/Syndiquez-vous-en-ligne.html
  • Votation en ligne : http://www.cgt.fr/Votation-citoyenne-en-ligne.html
Repost 0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 20:53

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.


Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.


On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.

Serge Carfantan

*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*
*19 mai 2016, retour sur une mobilisation forte sur Saint-Gaudens*

A comparer avec la mobilisation précédente, le 19 mai aura été un mouvement fort pour les manifestants et marquant. Plus du double de présents, indignés et prêts à en découdre pour défendre encore plus les droits et libertés de tous, les manifestants avec à la tête l'Union Locale CGT Comminges, ont tenu à faire un tour guidé de Saint-Gaudens.

Le cortège démarrant de la Place Jaurés comme d'accoutumée, fît le tour des commerces Rue de La République (pas un chat au lèche-vitrine), puis se rendit Boulevard De Gaulle pour faire un premier arrêt devant La Poste. La grogne des manifestants ciblée suite au licenciement abusif d'un agent pour "insuffisance professionnelle" on le rappelle, au bout de 8 années de service. Une délégation inter-pro était reçue par la Directrice du Centre Courrier, le but était de lui faire comprendre que licencier une personne dans ces conditions était lamentable et était une faute managériale grave, il y avait certainement d'autres solutions plutôt que d'appliquer cette extrême. Les militants ont exigé la réintégration de cet agent tandis que la foule à l'extérieur clamait : "licencions la direction !" (voir résumé vidéo).

La manif reprit en passant bien sûr devant la Société Générale impliquée dans le scandale des Panama Papers. Là aussi, une prise de parole marquait la détermination des manifestants à se faire entendre et à réclamer justice.

Nous reprîmes la route en passant à nouveau Rue de La République avant de nous rassembler au rond point de la Sous-Préfecture. Nouvelle prise de parole demandant des comptes aux élus, condamnant toutes les violences depuis le début du conflit, dénonçant le mépris du Gouverne-medef et l'irresponsabilité des merdias !

Encore une fois, en Comminges les salariés prouvent qu'ils sont capables d'actes forts, pacifiques mais piquants. La lutte continue bien sûr, on ne baisse pas les bras tant qu'on nous menace de 49.3, que les dirigeants renient la démocratie au profit de la loi du pognon et que l'humain n'est pas au centre du débat ! La question que tout le monde devrait avoir en tête est : qu'adviendra t-il de nos enfants, de notre Terre si nous ne sommes pas capables d'agir ?

Aurez-vous l'honnêteté de reconnaître vos torts ? Ferez-vous un effort de réflexion alors que l'on vous impose la médiocrité au niveau télévisuel ?

De jour en jour, tout s'accélère, mais personne ne semble remarquer quoi que ce soit sinon nous serions des millions dans les rues... Comme quoi les politiques ont compris. Rien de plus facile que de gouverner l'ignorance. Des années de préparation à la servitude intellectuelle, l'immobilisme, la méritocratie engendrant la jalousie et le mépris de l'autre. L'éducation sabotée pour formater des moutons dociles incapables de réfléchir collectivement. Perte des valeurs fondamentales, c'est bon, la majorité du peuple est prête à subir encore plus, résignés, vidés de tout espoir. Ils ont réussi à façonner la résignation, la fatalité, l'individualisme. Les victimes muettes et manipulées du système ne voient rien venir, au contraire, beaucoup croient encore, beaucoup s'enlisent dans l'irréel. Plus d'idéal, juste s'accrocher aux choses qui ne servent à rien, matérialiste et vénale, la population sage se contente de vivre, oublie sa progéniture, ses proches qui triment peut être. Confortée par les belles paroles d'une élite prônant la réussite sociale, faisant l'éloge de la surconsommation les menant au surendettement au moyen du matraquage publicitaire. Il faut être formaté, dénué de réflexion, juste obnubilé par le paraître, s'identifier à des stars millionnaires, bref perdre toute identité personnelle.

Que faut il de plus pour se réveiller ?

Que faut il de plus pour faire comprendre que la solution, c'est vous, c'est nous ?

Nous vous attendons toujours plus nombreux, ne croyez pas que la loi El Khomri ne passera pas les frontières commingeoises... Celui qui lutte n'est pas sûr de gagner mais celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu !

Note de la section : Nous tenions à saluer le comportement exemplaire et le professionnalisme des forces de l'ordre de Saint-Gaudens.

Manif...

... puis intervention de l'UL

Repost 0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 21:53

Olivier Besancenot s’adresse à la jeunesse mobilisée contre la loi travail, lors du meeting du NPA Jeunes "Face à la loi travail, pour un nouveau mai 68 !", le 25 mars 2016 à Paris « Il y a quelque chose qui est en train de déborder dans la société, et vous êtes en train de le vivre. (…) Nous les salariés, on arrive et on arrive nombreux. Le 31, quoi qu’il en soit c’est déjà un succès, c’est une mobilisation qui se construit et ne fait que débuter, en réalité. (...) Le problème c’est pas seulement d’être contre la loi travail. L’enjeu c’est de regrouper ceux qui pensent que d’être contre ça suffit pas, mais qu’il faut contrer la loi travail. (...) L’arme la plus efficace, c’est la conscience qu’on a de nous-mêmes. Et ça c’est quelque chose que vous êtes en train d’acquérir maintenant, et qu’il va falloir consolider en militant. On a besoin de ça pour les semaines à venir. »

Repost 0
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 18:42

Dans cet article sont regroupés quelques liens vous apportant des réponses sur ce qu'il se passe actuellement en France, dans le monde du travail.

Comme un seul homme !

La mobilisation s'étend à tous les corps de métier, il est rassurant de voir que les salariés du privé se réveillent enfin. La lutte n'est pas réservé qu'aux fonctionnaires ou autres gueulards du service public. L'effervescence due aux attaques répétées contre le Code du Travail agite de plus en plus les esprits.

Pourtant il faut constater que ce qui bloque la plupart du temps c'est la peur du conflit, la peur de perdre le peu que l'on a. Parfois c'est juste une question d'individualisme, on ne grogne que lorsqu'on est touché de prêt.

Or ce que nous voyons aujourd'hui, ce sont des gens courageux, révoltés, empreints de justice et d'une volonté de défendre leurs droits. C'est une lutte collective et non individuelle entamée depuis déjà plusieurs jours. La France retrouverait-elle ses valeurs ?

En allant plus loin, ce sont des hommes et des femmes, des jeunes, des moins jeunes, des précaires, des chômeurs, des cadres, etc, qui disent un NON ferme à la casse sociale. Un NON unanime à la politique du profit, aux intérêts d'une élite, à la connerie humaine d'une minorité !

Notre pays, symbole social un temps, mis à mal par la loi du marché, de la finance, des racailles perchés dans leurs bulles détruisant peu à peu notre monde.

Unissons-nous plus que jamais, ne laissons pas notre jeunesse maltraitée, ne fermons plus les yeux devant ces actes de terreur orchestrés par les plus riches.

Oui, les français se soulèvent, oui, le gouvernement finira par tomber ! Il y aura certainement beaucoup de batailles, beaucoup de pertes, mais c'est un moindre mal pour obtenir gain de cause !

Finissons-en avec la loi du fric ! Sortons à grands coups de pied les réels profiteurs du système, ceux de Matignon, du Sénat, du MEDEF.

Partagez, débattez, organisez vous et comme un seul homme, un seul, allons prendre la Bastille ! Pour nos droits, nos libertés, nos vies, nos enfants, avec la CGT construisons NOTRE avenir ! Vos armes, citoyens, ce sont la parole et le rapport de force, utilisez-les !

Repost 0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 20:26
Monde du travail, un fiasco organisé par les différents gouvernements depuis des decennies

L'État, c'est le plus froid de tous les monstres froids : il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche: "Moi, l'État, je suis le Peuple." (...) Ce sont des destructeurs, ceux qui placent des pièges pour le grand nombre et qui appellent cela un État : ils suspendent au-dessus d'eux un glaive et cent appétits.

Friedrich Nietzsche

MENSONGES, TRAHISONS, MANIPULATIONS, ATTAQUES ET COUPS BAS !

Le démantèlement du monde du travail, ce n'est pas nouveau. Depuis plusieurs années, l'abandon de la lutte par les salariés a laissé place aux lubies du patronat.

Les différents gouvernements ont participé à cette destruction orchestrée ne visant qu'enrichir les plus riches.

Il convient de constater la faible syndicalisation des salariés, actuellement 7 % tous syndicats confondus, pour se rendre compte que nous avons laissé filé les conquis sociaux et assisté indifféremment à l'extermination des services publics.

Aujourd'hui nos droits et libertés sont menacés par le gouvernement MEDEF à l'assaut des militants, étudiants et autres mécontents organisant la lutte. Tout est possible afin de casser le mouvement, et la fin justifie les moyens !

Il est important que chacun se mêle au débat, organise à son échelle la résistance et participe au mouvement. Nous sommes à un tournant de l'histoire française, chacun doit être acteur, c'est l'occasion, il est temps !

Ne rien faire c'est se soumettre, lutter c'est déjà gagner !

TOUS ET TOUTES EN GREVE LE 31 MARS? PUBLIC COMME PRIVE, ENSEMBLE !

Repost 0
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 18:19
Pour de meilleures conditions de vie, s'unir pour agir !

Dans des temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire.

Georges Orwell

Prendre le temps de réflexion est essentiel par ces temps incertains.

Nous sommes à un tournant de l'histoire française que nous, le peuple, devons nous approprié. Nous ne devons pas laisser les plus riches continuer à nous malmener en cassant nos conquis sociaux.

Celui qui ne réagit pas à ces attaques du gouvernement MEDEF est un inconscient ou un soumis. Il n'est pas possible de rester inactif face à ces "actes de guerre".

Nous vivrons d'âpres batailles où et nous devrons tenir bon !

Les postiers commingeois doivent répondre à l'appel national. L'avenir que l'on nous réserve n'est pas celui dans lequel nous voulons vivre, le but du jeu étant de supprimer les droits des salariés, détruire leurs seules défenses (Code du Travail, syndicats) avant de s'attaquer à soumettre leur esprit, en faire donc des pantins décérébrés.

Aujourd'hui, il n'y a qu'à voir comment sont traités les étudiants, lycéens qui ne souhaitent qu'à s'assurer un avenir où ils pourront vivre correctement et non survivre.

En effet, les héros de la nations qui ont défendu notre pays, nos droits, nos libertés contre des terroristes armés jusqu'aux dents s'en prennent maintenant à des militants armés de leurs stylos se réunissant en AG pour organiser la suite de la lutte (voir la vidéo).

Certes, les ordres viennent d'en haut mais nous appelons les forces de l'ordre à réfléchir et à débattre avec nous et non contre nous ! L'avenir de leurs enfants, tout comme des nôtres se tracera suivant ce que donnera la mobilisation générale. Voulez-vous que ce gouvernement qui vous a déjà puni en supprimant des effectifs continue à agir sans la moindre impunité ?

Ces escrocs trempés d'or qui nous dirigent ne souhaitent que soumettre un peu plus le peuple pour leurs seuls profits et celui des plus riches patrons. Diviser le peuple est la stratégie adoptée depuis trop longtemps. Ils doivent être stoppés.

Visionnez bien la seconde vidéo, une analyse très bien faîte pour mieux comprendre en quelques minutes.

Reprenons le pouvoir ! Marchons ensemble dans les rues dans la liberté, l'égalité et la fraternité la plus totale !

200 lycées bloqués, dont 80 en région parisienne, une coordination nationale des universités, des cortèges massifs d'étudiants et de lycéens... Découvrez les trois ustensiles utilisés par François, le tenancier du resto du même nom, pour essayer de calmer ceux qu'il ne voudrait voir que comme ça clientèle...

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 21:40

C'est ça, allez chercher la baballe !

La meute versus le Code du Travail

Les chiens de garde – journalistes serviles, éditorialistes à gage et « experts » médiatiques – sortent les crocs pour dépecer le code du travail. Laissez donc nos maîtres entreprendre sans entraves. Une protection pour les travailleurs ce machin obèse et archaïque ? Allons.. Soyons sérieux.

Le mot de la section :

Des "acquis d'une autre époque", heureusement que ces acquis ont été gagné sinon nous serions toujours sous un régime souverain... d'ailleurs c'est en train de tourner au vinaigre. Beau discours pour le pays des droits de l'homme.

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 10:04
HEURES SUPPLÉMENTAIRES : COMMENT LES PROUVER ?

DURÉE DU TRAVAIL

Dans certaines circonstances, un simple décompte des heures établi par le salarié peut suffire. À condition d’être suffisamment précis.

Prouver que l’on a effectué des heures supplémentaires non payées peut sembler impossible. Souvent, le salarié travaille sans penser à conserver des éléments de preuve. En cas de litige, ce dernier doit au minimum établir un relevé des heures effectuées. Les juges en tiendront compte à défaut d’éléments apportés par l’employeur justifiant les heures de travail accomplies. Mais attention, la Cour de cassation vient de rappeler que ce décompte devait être très précis.

QUI DOIT PROUVER QUOI ?

Aux prud’hommes, lorsqu’un salarié réclame le paiement d’heures supplémentaires, on a coutume de dire que la charge de la preuve est « partagée ». Chacun de leur côté, employeur et salarié doivent apporter des éléments au juge pour l’aider à déterminer si oui ou non des heures de travail non payées ont été effectuées.

C’est l’article L.3171-4 du Code du travail qui établit ce subtil équilibre :
« En cas de litige relatif à l’existence ou au nombre d’heures de travail accomplies, l’employeur fournit au juge les éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié.
Au vu de ces éléments et de ceux fournis par le salarié à l’appui de sa demande, le juge forme sa conviction (…). »
Certes, c’est à l’employeur de contrôler la durée du travail de ses salariés. Les relevés de pointeuse, fiches de temps émargées et autres modes de décompte du temps de travail sont en sa possession. Mais la jurisprudence exige du salarié qu’il fournisse « des éléments » à l’appui de sa demande. Sur ce point, un arrêt du 1er décembre 2015 de la Cour de cassation apporte un nouvel éclairage.

PLANNING ÉTABLI DE LA MAIN DU SALARIÉ

En l’absence d’éléments présentés par l’employeur concernant les heures de travail réalisées, les juges admettent qu’un simple document manuscrit émanant du salarié récapitulant ses horaires puisse étayer une demande en paiement d’heures supplémentaires. Plusieurs arrêts vont dans ce sens (voir notamment Cass. Soc. 12 octobre 2004, pourvoi n° 02-41.289, Office du tourisme de la culture et des sports ; ou, plus récemment, Cass. Soc. 10 juillet 2013, n° 12-13229, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines).

Mais attention, pour être retenu comme élément de preuve, ce décompte doit être particulièrement détaillé. Dans une affaire récente, un salarié, manœuvre sur des chantiers, a vu sa demande rejetée au motif que le relevé présenté aux juges était trop imprécis. En l’espèce, il ne fournissait qu’un relevé manuscrit identique pour chaque mois, sans tenir compte de ses absences et quelles que soient la distance et la nature du chantier. Les juges ont relevé qu’aucun élément extérieur, date, lieu des chantiers ou attestations de collègues, ne venait à l’appui de ce décompte, trop vague pour emporter leur adhésion (Cass. Soc. 1er décembre 2015, n° 14-15077, Sté Entreprise J. Y.).

Un planning produit par le salarié doit donc être suffisamment précis et circonstancié. En tout état de cause, il est préférable de présenter aux juges un maximum d’éléments pour étoffer le dossier : témoignages des collègues, anciens collègues, clients, fournisseurs, photo du planning affiché, captures d’écran comportant l’heure et la date, envoi de mails, tickets de caisse pour les salariés du commerce, etc., etc.

Enfin, en application de l’article L. 3171-4 du Code du travail, il est possible de demander au juge qu’il ordonne toutes les mesures d’instruction qu’il estime utile.

source : http://www.nvo.fr/0-0-4161-heures-supplementaires-comment-les-prouver

Repost 0
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 16:34

Sarko en rêvait, Hollande le fait !

Il est important de bien comprendre à quoi sert le Code du Travail. Il est un outil de défense du salarié contre la main mise du patronat.

Il représente 100 ans de conquêtes sociales et est maintenant en proie aux attaques du patronat qui harangue nos dirigeants afin de le réformer. Le but étant de piétiner un peu plus nos droits.

Nous ne devons pas laisser faire !

Regardez la vidéo, faîtes vous une opinion.

Repost 0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 19:47

Prenez le temps de regarder la vidéo jusqu'au bout, 16 minutes.

Repost 0
Published by Obi wan Kenobii - MachoManN - dans Des infos pour tous Le travail et le stress
commenter cet article